Voir la fiche complète du film : Fear Street - Partie 1: 1994 (Leigh Janiak - 2021)

Fear Street - Partie 1 : 1994

Une incursion dans l’univers de R. L. Stine qui s’éloigne bien vite de son modèle littéraire pour se contenter de produire un slasher basique et sans imagination. Cela tient autant à ses contradictions de ton, sa réalisation pénible et sa narration maladroite minée par plusieurs incohérences. Un film horrifique qui souhaite satisfaire tous les publics (jeunes et moins jeunes), mais qui se révèle sans âme.
Publié le 28 Novembre 2021 par Dante_1984Voir la fiche de Fear Street - Partie 1: 1994
4

Peu d’écrivains peuvent prétendre à une bibliographie aussi dense que celle de R. L. Stine. Essentiellement versé dans le fantastique et l’horreur pour la jeunesse, l’auteur a « bercé » l’enfance de plusieurs générations de lecteurs avec ses innombrables histoires. On l’associe sans conteste à la série de livres Chair de poule. Avec plus d’une cinquantaine d’ouvrages, la saga Fear Street constitue son second Magnum Opus. Eu égard à des sorties éditoriales inconstantes, cette dernière est moins populaire que Chair de poule. Il n’en demeure pas moins un univers à part entière qui, au fil des romans, s’est forgé une mythologie d’une grande richesse.

Pour cette première partie de Fear Street, l’ambition de Netflix n’est pas d’inaugurer une série par l’entremise d’un pilote, mais de concevoir une trilogie sous forme de longs-métrages. Le projet suit un cadre commun, mais se différencie par trois axes temporels distincts. L’idée est bonne même si, de prime abord, le choix des époques tient surtout à des nécessités marketing, plus qu’à une réelle cohérence narrative. Comme son titre le présage, cette première incursion s’insinue donc au cœur des années 1990 avec force et repères matériels à l’appui. Ce qui permet de bien appuyer le contraste avec tout traitement contemporain qui, cela dit, demeure présent dans la gestion du rythme et la mise en scène.

Les producteurs modernisent le propos avec cette volonté de contenter un large et jeune audimat tout en interpellant les amateurs de slasher. Cependant, le résultat n’est pas aussi réussi qu’escompté. L’immersion peine à convaincre, ne serait-ce qu’à travers une bande-son peu marquante (exception faite de White Zombie) et peu évocatrice de la décennie. De même, les éléments associés à la période sont exposés de manière aléatoire et présentés avec tout autant de maladresse ; sans doute de peur que le spectateur ne saisisse pas les allusions ou les clivages technologiques qui séparent la production de l’histoire. Avec son groupe d’ados, ses couleurs chatoyantes et un évènement perturbateur qui les unit, il est difficile de ne pas faire la comparaison avec Stranger Things.

L’un des problèmes de Fear Street est de multiplier les références et les clins d’œil sans parvenir à s’en affranchir. À force de faire « comme les autres productions » et de souffrir d’un effet de mode rétro (sans connotation péjorative), le métrage de Leigh Janiak manque clairement d’originalité. Il est facile de distinguer ce calibrage grand public pour satisfaire une audience aussi large et variée que possible. Pourtant, il ne suffit pas d’insérer quelques allusions LGBT ou une mixité bienvenues dans les relations pour faire la différence. À la rigueur, cela peut créer un sentiment d’identification auprès de certains protagonistes, mais certainement pas de creuser des personnalités minées par les stéréotypes. Dommage.

Autre bévue qui se constate durant toute l’histoire : Fear Street alterne entre une approche orientée teen-movie qui sied à l’atmosphère des livres de R. L. Stine et la violence de certaines séquences. Le changement de ton se fait sans transition et interpelle sur le profil ciblé. De même, les réparties légères succèdent à des propos plus « matures » en ce qui concerne sexualité, rapports et conflits sociaux. Cela sans compter sur moult incohérences et faux raccords. Le corps de l’un des personnages semble contenir davantage que 5 litres au vu du volume d’hémoglobine versé çà et là. Mention spéciale au pauvre quidam qui se fait trancher le talon d’Achille, puis qui court comme un cabri sans boiter.

Au final, cette première partie de Fear Street peine à convaincre. Le film de Leigh Janiak se retrouve constamment écartelé entre une tonalité inquiétante et une orientation grand public superficielle. Si l’hommage au slasher s’avérait prometteur, il laisse plutôt perplexe dans l’évolution de l’histoire avec ses rebondissements alambiqués et ses séquences à l’intérêt tout discutable. On a beau apprécier la mythologie dépeinte avec un passé riche en psychopathes, l’ensemble n’est guère original. Il faut se contenter d’une mise en scène impersonnelle qui s’apparente à un ersatz de Stranger Things en version horrifique. Un potentiel sous-exploité qui, s’il ne manque pas d’ambitions, se veut trop timoré et peu inventif dans l’expression de ses moyens.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Scream 4
Attention, cette critique contient un élément révélant la fin du film, situé entre les deux balises rouges. Plusieurs années se sont écoulées depuis les meurtres commis par Ghostface à Woodsboro. Sidney Prescott est enfin parvenue à tourner la page et retourne dans sa ville natale pour le lancement de son premier roman, Out of Darkness. C’est à ce moment précis que le tueur au masque renaît de...
Mushishi
Les Japonais sont doués dans le domaine du fantastique, particulièrement dans les histoires de fantômes. Plus ouvert d’esprit sur ce point que les Occidentaux, ce qui est invisible fait partie intégrante de leur existence. S’ils aiment explorer cet aspect de leur quotidien dans des légendes urbaines et des récits de hantise, ils n’ont pas leur pareil pour des œuvres plus posées...
Battleship Pirates
Il y a différentes façons d'être étonné par un film. Le mieux reste d'être épaté par le talent, la mise en scène ou encore l'intelligence du scénario. Mais très souvent, on se retrouve face à des films qui laissent un arrière-goût amer, celui de s'être fait prendre pour un débile profond. Scénarios indigents, acteur au rabais, effets spéciaux, très spéciaux, mise en scène calamiteuse, les raisons...
Insidious
Depuis le premier Saw et le choc qu'il a constitué (aussi bien pour les spectateurs que pour le cinéma d'horreur en général), James Wan fait partie des réalisateurs talentueux à suivre. Le hard-boiled Death Sentence et le très sympathique Dead Silence sont également là pour le rappeler. Du coup, en apprenant que l'australien allait s'attaquer au thème de la maison hantée, on ne...
L'Anthropophage
Attention, cette chronique contient des spoilers. Durant l'été, de riches étudiants font le tour des îles grecques et acceptent l'invitation d'une jeune photographe à séjourner quelques jours sur une île privée. Mais la totalité de la population semble avoir mystérieusement disparu. Directeur de photographie assez réputé en Italie, Joe d'Amato se lance dans la mise en scène de films d'aventures...
Fear Street - Partie 1: 1994
Réalisateur:
Sortie France:
Durée:
6.5
Moyenne : 6.5 (8 votes)

Dernières critiques spectateurs

Thématiques