Voir la fiche complète du film : Frankenstein's Army (Richard Raaphorst - 2013)

Frankenstein's Army

Un bon Found Footage malgré quelques défauts plus ou moins gênants.
Publié le 16 Février 2014 par GeoffreyVoir la fiche de Frankenstein's Army
6
Zombie
Le monde du Found Footage est décidément bien vaste. Je ne vous apprendrai rien en écrivant que ce sous-genre du cinéma d'horreur possède de nombreux détracteurs à cause de ses qualités visuelles souvent discutables, mais force est de reconnaître qu'il propose aussi un cadre cinématographique propice à de nombreux délires et qu'il sait s'adapter à toutes les sauces, que ce soit la SF (Apollo 18), le Fantastique (Troll Hunter), l'Épouvante (Paranormal Activity) ou l'Horreur pure, avec [REC] notamment.
En outre, malgré tous ses défauts, il faut aussi admettre que le Found Footage permet souvent d'offrir un nouveau point de vue sur des scénarios et des histoires usées jusqu'à la corde, comme en témoignent les nombreux films d'exorcisme ou encore le "documenteur" qui nous occupe aujourd'hui, à savoir Frankenstein's Army.


Promenons-nous dans les bois qu'ils disaient...

L'histoire est simple : une escouade de soldats découvre un laboratoire secret où les nazis (toujours eux) mènent des expérimentations scientifiques en vue de créer une armée invincible.
Vous en conviendrez, ce n'est pas au niveau du scénario qu'il faudra chercher une folle originalité. On nous a déjà fait le coup avec Outpost, notamment.

Passons rapidement sur l'un des défauts les plus communs du Found Footage, à savoir le syndrome de la caméra greffée. Vous savez, cette étrange maladie qui fait que les personnages préfèrent filmer leur meurtrier plutôt que de tout laisser tomber pour sauver leur peau. Dans Frankenstein's Army, ce défaut prend parfois des proportions amusantes. Ainsi, le caméraman perd souvent de précieuses secondes à filmer les différentes créatures qui l'assaillent au lieu de prendre ses jambes à son cou. Vous me direz « heureusement qu'il le fait, sinon on ne verrait rien » et vous aurez raison, mais personnellement c'est quelque chose qui me gêne. Chronicle avait brillamment contourné le problème, Frankenstein's Army n'y parvient qu’occasionnellement.
Mais passons, car comme je l'ai dit plus haut, il s'agit là de l'un des défauts les plus communs du Found Footage.


Qu'est-ce que ça fait si je touche là ?

Plastiquement, Frankenstein's Army est globalement réussi. L'ambiance des années 40 est très correcte, les effets gores sont plutôt sympas et le design des différentes créatures est franchement imaginatif. C'est même dommage que ces dernières n'interviennent pas plus dans l'histoire car elles rendent vraiment bien à l'écran, malgré un petit côté « monstre de Power Rangers » chez certaines. Les concepteurs graphiques s’en sont donné à coeur joie pour le plus grand bonheur des spectateurs.
Notons au passage que les maquillages (blessures et autres) sont également de bonne facture et que les acteurs sont tous crédibles dans des rôles pourtant stéréotypés (le soldat sadique, le type qui sait tout mais ne dit rien, le scientifique fou...).

La réalisation est d'un bon niveau, même si c'est toujours difficile à juger dans un Found Footage. En tout cas, le spectateur ne perd pas une miette de ce qui se passe à l'écran et rien que pour ça, on peut dire que Richard Raaphorst a réussi son coup.


Edward avait un cousin nazi...

Le gros point faible de Frankenstein's Army réside en fait dans son scénario linéaire et prévisible, lequel connait en outre un gros coup de mou à mi-parcours. De fait, l'intérêt s'étiole peu à peu avant de reprendre du poil de la bête grâce à un dernier acte plus nerveux et foutrement sympa.
Frankenstein's Army se termine donc sur une note assez positive. Cela ne suffit malheureusement pas à en faire un film indispensable, mais le place tout de même dans le haut du panier des Found Footage, et donc des oeuvres que l'on peut recommander aux amateurs du genre, ce qui n'est déjà pas si mal.
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Vol 7500
Co-production impliquant les Etats-Unis et le Japon, Vol 7500 : Aller sans retour établit ce lien dans le récit par le biais d’un voyage en avion entre les deux pays. Au départ de l’aéroport de Los Angeles, les passagers embarquent pour un vol en direction de Tokyo. Différents groupes de personnes se constituent au fur et à mesure qu’ils s’installent dans la cabine. On découvre ainsi les...
Laid to Rest
Laid to Rest n'a toujours pas connu les honneurs d'une sortie en Europe francophone, que ce soit au cinéma ou en DTV. Un sort étonnant au vu de la réputation correcte du bazar sur le net, mais finalement assez logique si l'on ne tient compte que de ses quelques qualités intrinsèques. On pourrait toujours objecter en avançant que de nombreux DTV sont bien moins réussis que ce Laid to...
Deadly Cargo
Qu’il s’agisse d’horreur ou de thriller, l’océan est un lieu particulièrement propice à développer des atmosphères oppressantes. Une vaste étendue d’eau confère un isolement similaire à des espaces restreints où s’épanouissent les huis clos. En cela, le sujet possède d’indéniables qualités retranscrites dans des productions telles que Calme blanc ou Un...
Conjuring 2 : Le cas Enfield
Rompu au cinéma de genre depuis les prémices de la saga Saw , James Wan s’est très vite montré un réalisateur curieux et talentueux, n’hésitant pas à lâcher certaines franchises pour en créer d’autres. Si Insidious s’est révélé d’une étonnante constance au fil de ses différents opus, Conjuring redonnait ses lettres de noblesse aux films d’épouvante et de...
Soleil Rouge
Quelques années après son premier court métrage, Maniak , le jeune réalisateur Mickael Perret nous revient avec Soleil Rouge , un second métrage plus ambitieux, dont l'ambiance moite et pesante serait au service d'une terrible histoire de vengeance. Malheureusement, ces belles intentions furent fortement bridées par des aléas de production imprévus. Ainsi, le film était initialement prévu...