Voir la fiche complète du film : La Prophétie de l'Horloge (Eli Roth - 2018)

La Prophétie de l'Horloge

Développé pour contenter les petits amateurs de frisson, comme les parents, La prophétie de l’horloge remplit son contrat, notamment par sa richesse visuelle et son enthousiasme communicatif. Pas foncièrement original, il demeure néanmoins un film convaincant à l’ambiance soignée. Peut-être le chaînon manquant entre Harry Potter et Chair de poule…
Publié le 14 Octobre 2018 par Dante_1984Voir la fiche de La Prophétie de l'Horloge
7

Lorsqu’on pense aux films familiaux de fin d’année, pour Noël ou Halloween, l’on songe à des productions calibrées pour le grand public. L’ajout d’éléments de fantasy ou fantastique suggère des adaptations littéraires plutôt qu’à des créations originales pour le 7e art. En marge des ouvrages de J.K. Rowling ou les films-live de chez Disney reprenant leurs plus célèbres histoires, il est d’autres initiatives louables, comme La cité de l’ombre ou Cœur d’encre. Si l’on a pour habitude d’associer son nom au domaine horrifique, Eli Roth se lance dans une drôle d’aventure puisqu’il s’agit d’un projet à contre-emploi pour le réalisateur d’Hostel et de Cabin Fever.

Tirée du roman éponyme de John Bellairs, l’intrigue de La prophétie de l’horloge reste assez attendue dans ses fondamentaux. De l’événement perturbateur à la découverte d’un nouvel environnement de vie, la trame se balise de repères facilement reconnaissables pour les plus jeunes. On ne s’embarrasse pas de dépeindre une mythologie qui exigerait plusieurs films (ou livres) pour mieux se concentrer sur l’essentiel. En l’occurrence, l’objectif escompté est de ne pas se perdre sous un afflux d’informations, mais de proposer une alternative à d’autres œuvres. La volonté de s’affranchir de références et de se forger sa propre identité laisse néanmoins place à quelques comparatifs d’usage.

Au vu des thématiques évoquées (la sorcellerie, Halloween...), il est difficile de ne pas effectuer un raccourci facile entre Harry Potter et Chair de poule. Pour des raisons évidentes, la première occurrence résulte de la magie et de son apprentissage par un enfant. Certes, le cadre des leçons est le domicile familial et non une école, mais le fait de dépeindre un univers sous-jacent au nôtre va en ce sens. Si l’on songe à l’œuvre de R.L. Stine, outre la présence de Jack Black dans les productions respectives, c’est par rapport à l’ambiance distillée par la propriété des Barnavelt. L’on reste éloigné des contes macabres, mais l'irruption des automates, des citrouilles ou du cimetière noyé sous le brouillard sont des symboles difficilement indissociables de l’horreur, tout enfantine est-elle.

Si les tenants sont relativement simples, on notera le contexte des années1950 qui tranche avec des métrages contemporains à l’atmosphère stérile. Là encore, l’architecture de la demeure ou la décoration intérieure concourent à créer une aura très particulière où le charme désuet des lieux se heurte à quelques fantasmagories issues d’un autre monde. Le tout est servi par des effets spéciaux sans faille qui ne manquent pas d’imagination quand il s’agit d’exposer des manifestations magiques. L’animation des objets, l’intégration dans des environnements clos et restreints, la variété des sorts... Autant de qualités qui offrent un beau spectacle à l’écran.

On peut même déceler des sujets plus graves et réalistes au fil du récit. On songe au deuil d’un proche, à la notion de famille ou encore aux rôles des parents et la place qu’ils occupent dans la vie de leur enfant. À ce titre, le scénario propose des confrontations assez subtiles entre chaque passé. Le jeune garçon devenu orphelin, la voisine ayant perdu sa fille ou Jonathan Barnavelt, tuteur improvisé ayant quitté le domicile familial. Cet aspect n’est pas forcément prépondérant dans chaque scène, mais il trouve une résonnance particulière, jouant plus sur la maîtrise et l’expression des émotions que sur les éventuelles dissensions des relations entre chaque intervenant.

Au final, La prophétie de l’horloge s’avance comme un blockbuster pour le moins plaisant. Derrière des ficelles narratives assez prévisibles, le film d’Eli Roth n’en demeure pas moins un modèle de divertissement pour réunir un public familial. Il en ressort une approche enthousiaste et dynamique où l’ambiance propre aux années1950 déploie ses atours. Au même titre que la mise en scène, la forme ne souffre d’aucun écueil avec un cadre détaillé et particulièrement inventif pour intégrer la magie dans un quotidien à l’apparence morne et suranné. Une prise de risque minimale, mais qui se solde par un film efficace et qui remplit son office sans trop de peine.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Priest
Dans un avenir proche, un prêtre se met en tête de sauver sa nièce des canines acérées d'une horde de vampires. Après l'imparfait et mésestimé Légion , Scott Stewart poursuit dans le thème de la religion et de la spiritualité avec Priest . Comme son précédent film, Priest pâtit d'une piètre réputation envers son public. Si les suceurs de sang ont subi maints revers depuis quelque temps, il n'en...
House II : la Deuxième Histoire
Le premier film tourné par Sean S. Cunningham avait le mérite d'être des plus symathiques, et l'affiche de cette Seconde Histoire avait le mérite d'être réussie et dans l'esprit du premier film. Hélas, le film se révèle très moyen et plusieurs éléments fâcheux en font un spectacle à peine divertissant. Voyons cela plus en détail dans les lignes qui suivent... Premier élément...
Clownhouse
Alors que les années 1980 touchent à leur fin, le cinéma d’horreur est particulièrement hanté par les boogeymans et autres psychopathes issus des slashers. Sous-genre en perte de vitesse à l’époque, ce dernier reste la principale base de travail de Clownhouse , même s’il n’officie pas vraiment dans ce style. Comme son titre l’indique, le premier métrage de Victor...
Vendredi 13
En 1980, le réalisateur et producteur américain Sean S. Cunningham lançait Vendredi 13 , premier opus d’une saga horrifique qui, à ce jour, compte déjà douze épisodes. Le postulat est toujours le même : des adolescents se font tour à tour massacrer à Crystal Lake, en pleine campagne, par un tueur fou connu sous le nom de Jason, qui cache les traits de son visage derrière un masque de hockey. Il...
Horror story
Avec les hôpitaux psychiatriques, les hôtels sont sans doute les endroits les plus propices pour la manifestation de phénomènes paranormaux. Sûrement est-ce dû au passage incessant d’individus disparates dont les lieux sont victimes. Toujours que le cadre n’est pas endémique à l’Occident. Des productions asiatiques ( The Quiet Family , The Victim , Réincarnation ...) se sont...