Voir la fiche complète du film : Le Fantôme de Milburn (John Irvin - 1981)

Le fantôme de Milburn

Malgré une interprétation sans faille, le Fantôme de Milburn se révèle une adaptation bancale d’un classique de la littérature fantastique. Privé d’une bonne partie de son intrigue et de son atmosphère, le film de John Irvin offre un résumé sans panache du roman de Peter Straub.
Publié le 15 Mai 2016 par Dante_1984Voir la fiche de Le Fantôme de Milburn
6
Fantôme

Adapter un roman pour le grand écran est toujours délicat. Si l’on part du principe que le livre est un best-seller, l’attente des lecteurs est une pression supplémentaire pour la production. Or, il existe deux types d’adaptation: celle purement mercantile qui se moque bien de l’histoire originelle et des personnes qui l’apprécient. Celle qui tente de coller au plus juste à la vision de l’auteur pour offrir un métrage cohérent et respectueux, n’en déplaise à quelques infidélités narratives. L’entreprise est encore plus délicate quand l’œuvre atteint le statut de classique dans son domaine. Le fantôme de Milburn fait-il honneur à son modèle littéraire?

Outre un budget et un format limités, cette production part avec de nombreux écueils avant même que le film commence. La densité du roman (notamment en ce qui concerne la structure et la progression de l’intrigue) ne peut entrer dans le cadre d’un long-métrage qui dure moins de deux heures. Même avec des coupes drastiques, on ne se rapproche guère du matériau de base. L’initiative a beau exister, il n’en demeure pas moins qu’on a l’impression d’avoir un résumé quatre étoiles du livre en oblitérant une majeure partie des éléments annexes qui permettaient de donner vie à la petite ville de Milburn.

Où sont passés les personnages secondaires qui donnaient le change au quotidien des membres de la Chowder Society? D’ailleurs, le club est amputé d’un de ses protagonistes, Lewis Benedikt. Sans s’amuser au jeu des différences, les divergences sont nombreuses quand il ne s’agit pas d’oublis purs et simples pour des raisons plus ou moins justifiables. Lawrence D. Cohen, le scénariste qui a notamment travaillé sur l’adaptation de Carrie et de bien d’autres œuvres de Stephen King par la suite, modifie l’importance du quatuor de tête, altère leur rôle et leur mort au fil de l’intrigue. Sans connaître le livre, l’illusion fonctionne, mais pour les inconditionnels de Peter Straub, le constat se révèle discutable.

Certes, les axes principaux répondent présents à l’appel. On a droit à deux flash-back qui permettent d’éclairer le nœud du problème, une ou deux histoires contées par la Chowder Society et la progression lancinante vers le point de rupture en entretenant un fort sentiment de culpabilité. Cela reste bien amené, même si, là encore, tout ce qui fait le charme et l’atmosphère de la petite ville de Milburn paraît secondaire. Ici, la bourgade se contente de panoramas figés, de quelques rues désertes qui ploient sous la neige. Ces plans extérieurs, assez rares, desservent l’ambiance si particulière qu’on retrouvait au fil des pages.

Autre difficulté notable: les personnages. Dans le roman, la place qui leur était allouée permettait un traitement exceptionnel où l’on se faisait une idée précise de leur importance, leur caractère et leurs réactions au regard d’événements paranormaux. Le fantôme de Milburn ne fait qu’effleurer chacun d’entre eux en retirant l’essentiel de ce qui les définit. Dommage, car le casting est impeccable autant par leur présence que par leur interprétation. Entre remords et impuissance, il en émane une vulnérabilité permanente prompte à susciter l’appréhension et l’angoisse latente chez le spectateur. De là à dire que les acteurs sauvent le film d’un piètre état des lieux, il n’y a qu’un pas.

Au final, Le Fantôme de Milburn est une adaptation en demi-teinte. Très éloignée du roman de Peter Straub au niveau de l’ambiance qui s’en dégage. L’histoire va à l’essentiel en occultant de nombreux éléments indispensables à son bon déroulement. L’ensemble a beau demeurer cohérent, l’intrigue fait se succéder les séquences sans vraimentleur conférer la puissance et l’étrangeté que l’on retrouvait au fil des pages. Pour ceux et celles qui n’ont pas lu Ghost Story, il en ressort un film d’épouvante honnête aux charmes désuets. Pour les autres, le récit paraîtra fade tant il est amputé de tous les côtés et n’hésite pas à transformer certains passages ou personnages, format cinématographique oblige.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Bunny the Killer Thing
Au pays du ridicule, les lapins baiseurs sont rois. Une citation bien éloignée d’un trait d’esprit de Jean-Paul Sartre, mais surtout une bonne occasion pour introduire une œuvre dont dire qu’elle est atypique relèverait de l’euphémisme. Bunny the Killer Thing est un pur délire nous montrant que le cinéma n’est limité que par notre imagination et même si c’est...
Le scaphandrier
Le slasher est un genre extrêmement codifié dont les seules limites narratives peuvent suffire à l’enclaver à un public de connaisseurs. Il y a bien les modèles et les précurseurs qui peuvent toucher le grand public, mais l’aspect bis, voire Z, a tôt fait de décourager des spectateurs non avertis. En général, le boogeyman ou psychopathe se pare d’un masque ou d’un...
Ghost Rider : L'esprit de Vengeance
Le retour du Rider avec sa grosse moto enflammée et sa tête de carbonisé pas frais, vous l'attendiez avec impatience, hein, bande petits coquins ? Comment ça, non ? Je vois ce que c'est, vous pensez encore à Mark Steven Johnson ... mais rassurez-vous, braves gens, le réalisateur du premier opus n'est plus de la partie. A la place, vous aurez droit aux deux barjots derrière les Hyper Tension ...
Pas un mot
On l'a souvent dit, le cinéma de genre espagnol est résolument l'un des plus inventifs au monde. Figure de proue de ce genre, Alex de la Iglesia s'est même forgé une réputation mondiale, faisant même un film de commande avec des acteurs américains ( Crimes à Oxford ). Mais si on veut voir une vraie créativité, il faut se plonger dans les premiers films des auteurs hispaniques. Ainsi, on peut voir...
Poltergeist
Quatrième long-métrage tourné par Tobe Hooper pour le cinéma, Poltergeist représente un sommet dans la carrière du réalisateur de Massacre à la tronçonneuse . Produit et scénarisé par Steven Spielberg, Poltergeist marque une certaine rupture de ton avec les précédents films de son réalisateur, tout en restant dans le registre de l’horreur et de l’épouvante. L’action se déroule dans une banlieue...