Voir la fiche complète du film : Le Cauchemar de Freddy (Renny Harlin - 1988)

Le Cauchemar de Freddy

Un bon Freddy. Quelques meurtres sympas et de bonnes idées. Avec toujours un Robert Englund impérial.
Publié le 1 Janvier 2008 par GeoffreyVoir la fiche de Le Cauchemar de Freddy
8
Rêve et Cauchemar

Après l'excellent Freddy 3: les griffes du cauchemar, Le cauchemar de Freddy a la dure tâche de faire au moins aussi bien que son prédecesseur, que ce soit au niveau des meurtres inventifs ou de l'humour. Reconnaissons que de ce point de vue, c'est relativement bien réussi, la plupart des morts étant agréables (l'aspiration de la fille asthmatique) et l'ensemble se laissant suivre sans déplaisir, loin de là. Mais pour frissonner ou sursauter, on peut passer son chemin. Toutefois ce 4ème volet des tribulations de notre tueur défiguré est encore loin de la catastrophe que sera le 5è opus. Un Freddy somme toute sympathique.

Deux ans après sa 1ère confrontation avec Freddy, Kirsten, l'une des survivantes, est à nouveau victime de cauchemars. Elle en parle à ses deux amis, également rescapés, Joey et Kincaid, mais ceux-ci ne croient pas au retour de Freddy. Kincaid fera pourtant un cauchemar dans lequel il voit la résurrection du tueur d'enfants. Il en sera sa première victime...


Freddy en mode Playboy...

Derrière la caméra on retrouve Renny Harlin, réalisateur relativement connu et qui a réalisé quelques gros succès (58 minutes pour vivre, Cliffhanger). Il s'agissait ici de son premier long métrage et pour une entrée en matière, il faut tout de même reconnaître qu'il ne s'en sort pas trop mal. Pas simple de prendre la succession de Chuck Russel et surtout de Wes Craven mais on peut dire que la pari est réussi. Niveau réalisation ce cauchemar de Freddy fait partie du haut du panier (aah cette fameuse scène de la pizza. ou encore la transformation en cafard, très bien rendue graphiquement.)


Attention scène culte!

Comme beaucoup suites de films d'horreur, Le cauchemar de Freddy rend à plusieurs reprises hommage au film originel de la série, Les Griffes de la nuit, par l'intermédiaire de petits clins d'oeil disséminés dans le film. Par exemple, les deux pierres tombales visibles lors d'une scène où Kristen Parker et Roland Kincaid sont au cimetière portent le nom de Donald et Nancy Thompson, deux personnages présents dans le premier épisode. De plus, le restaurant où travaille Alice porte le nom de "Crave Inn", référence directe à Wes Craven. Le fan de la série pourra ainsi s'amuser à relever tous ces petits détails.


Ses arrivées ont quand même toujours la classe...

Dans ce film, encore plus que dans le précedent, Freddy devient un croquemitaine clownesque qui rivalise d'inventivité pour tuer ses jeunes victimes, tout en nous gratifiant de phrases humoristiques. Et là on touche au plus gros défaut du film. Il va un peu trop loin dans le délire cartoonesque. Il n'y a presque pas de touche d'horreur, à aucun moment on ne frissonne. On sourit régulièrement, on rit parfois mais le film n'étant pas censé être une comédie à la base, ça laisse un gout bizarre. Il aurait sans doute gagné à développer une ambiance un petit peu plus angoissante, plus dans l'esprit des griffes de la nuit. Mais bon c'est probablement un choix artistique du réalisateur de faire dans la continuité des griffes du cauchemar.


Douloureuse transformation en cafard...

Toutefois, malgré ses quelques défauts, ce cauchemar de Freddy fait partie des bons films de la série, un peu en retrait du 1 et du 3 mais largement devant le 5. Il faut dire que l'ingéniosité des meurtres fait passer un agréable moment et on reste scotché devant son écran pour savoir comment sera assassinée la prochaine victime. De très bonnes idées parsèment le film (la scène qui se répète, la transformation en cafard, la pizza, le "baiser" à la fille asthmatique) et font de cette 4ème de cuvée de Freddy un très agréable divertissement. Finalement c'est tout ce qu'on lui demande.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Haunter
En dépit des années et de plusieurs échecs commerciaux, Vincenzo Natali demeure un réalisateur à part, fidèle à ses principes, car au lieu de tomber dans la facilité et le commercial à l'instar de bon nombre de ses collègues, il continue sans relâche à se creuser la tête pour trouver LE concept fort capable de fournir un film original, quitte à déstabiliser le public. Le mémorable Cube et ses...
Gretel & Hansel
On ne compte plus les adaptations de contes de fées dont les variations ont donné lieu à des interprétations des plus édulcorées aux plus brutales. Depuis sa publication voilà plus de 200 ans, Hansel & Gretel n’échappe pas à cette réappropriation pour la télévision et le cinéma. Sous forme de films indépendants ou de blockbusters, les différentes productions se sont montrées plus ou...
Death valley
Si l’on excepte l’incontournable Walking dead et les animes japonais, le zombie et la série TV sont un mélange plutôt rare. Cette créature en décomposition est davantage à l’aise sur grand écran. Pourtant, l’on a eu droit à Dead set , mini-série savoureuse tournant en dérision la télé-réalité de fort belle manière. Plus récemment, le projet avorté de Zombieland et son...
Action ou Vérité
Qui n'a jamais joué à Action ou Vérité (ou à une de ses variantes) avec ses potes lors d'une soirée de beuverie ? Pas grand monde, je pense. Pourtant, ce jeu populaire a jusqu'ici été peu utilisé dans les films d'horreur malgré un potentiel certain. Imaginez un tueur forçant ses victimes à accomplir des gages dégueulasses... j'en vois déjà qui frétillent d'impatience. C...
Terra Nova
En 2149, la planète agonise et l'humanité vit ses derniers instants. Tout espoir semble perdu, mais une élite parvient à découvrir une faille spatio-temporelle qui les ramène voilà 85 millions d'années en arrière. La colonisation de cette nouvelle Terre se heurte à la faune locale... On connaît le talent incontesté de Steven Spielberg pour réaliser des films somptueux. Bien souvent, ils font...