Voir la fiche complète du film : Le Loup-garou de Londres (John Landis - 1981)

Le Loup-garou de Londres

Une excellente comédie horrifique qui n'a pas pris une ride.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Le Loup-garou de Londres
10
Loup-Garou

Deux jeunes touristes américains, Jack et David, parcourent la campagne anglaise en auto-stop et s'égarent. Ils font halte à l'auberge de "l'agneau égorgé", où ils sont assez froidement accueillis. Avant de quitter les lieux, les habitants leur conseillent de ne jamais s'écarter de la route et, en aucun cas, de ne jamais pénétrer dans la lande. Oubliant ces recommandations, Jack et David entrent par mégarde dans la lande. Jack est alors attaqué par une créature monstrueuse. David est lui aussi blessé par la créature. Les villageois sauvent in extremis David d'une mort certaine. De retour à Londres, David constate des changements dans son comportement. La malédiction du loup-garou semble avoir fait son effet...

John Landis surprend tout son monde en 1981 avec ce film de loup-garou hors normes qui vaut largement le détour. L'année précédente, Landis nous offrait l'une des meilleures comédies musicales avec The Blues Brothers (1980). Avec Le Loup-Garou de Londres, Landis signe un film fantastique (dans tous les sens du terme) certes, mais aussi une véritable comédie. C'est l'un des points forts du film: un humour omniprésent. Et c'est humour, il est du en grande partie à l'acteur Griffin Dune, qui interprète le rôle de Jack, le pote de David qui, après avoir été déchiqueté par le monstre, revient sous la forme d'un zombi pour mettre en garde David. Son état ne cesse d'empirer à chacune de ses apparitions (à la clinique, au cinéma...) et la putréfaction n'est pas loin à chaque fois.

Nous en venons aux effets spéciaux. Ce n'est pas par hasard si notre compère Rick Baker décrocha l'oscar des meilleurs spéciaux en 1982 avec ce film. En effet, il a fait un boulot tout simplement remarquable. La transformation de David au milieu du métrage demeure une scène culte d'un réalisme incroyable.
La réalisation, sans être exceptionnelle, est suffisamment bien emballée pour nous permettre de suivre les aventures de David sans encombres. Rappelons que Landis n'est pas un "spécialiste" en matière de cinéma d'horreur. Il fait toutefois un travail de qualité en soignant sa réalisation, ses lumières et la photographie.

Un film désormais culte dans le cinéma fantastique. Sa suite, Le Loup-Garou de Paris (Anthony Waller – 1997), fait bien pâle figure. Malgré des effets spéciaux assez impressionnants, il est loin d'égaler son modèle (en réalisation et au niveau de l'humour, notamment).

A noter que la même année(1981) sortait un autre classique du film de loup-garou: Hurlements (The Howling) de Joe Dante. Si vous n'avez pas non plus vu ce film... ben dépêchez-vous de le (re)voir !

 

Autres critiques

Désaxé
Avec cette critique, je tiens à rendre hommage à nos amis de chez Emylia qui ont l'art de nous présenter des films dont personne n'aurait entendu parler sans eux, parfois pour le meilleur ( Jack Brook : Tueur de monstres , The Woman , Ce cher Mr. Gacy ), un peu plus souvent pour le pire ( Chasseur de Têtes , Mega Piranha , Grizzly Park ). Néanmoins, je les remercie d'essayer de nous...
House II : la Deuxième Histoire
Le premier film tourné par Sean S. Cunningham avait le mérite d'être des plus symathiques, et l'affiche de cette Seconde Histoire avait le mérite d'être réussie et dans l'esprit du premier film. Hélas, le film se révèle très moyen et plusieurs éléments fâcheux en font un spectacle à peine divertissant. Voyons cela plus en détail dans les lignes qui suivent... Premier élément...
The Prodigies
Dans un avenir incertain, Jimbo, un talentueux professeur, réunit un groupe de cinq enfants aux dons très particuliers. Raillés pour leurs différences, tourmentés et bientôt victimes d’une sauvage agression, les cinq vont fomenter une vengeance froide implacable contre la société. Seul Jimbo est capable de les raisonner, mais le veut-il vraiment ? Adaptation du roman « La nuit des...
Swimming pool : la piscine du danger - The Pool
Avant toute chose, sachez que si vous êtes allergique aux slashers, vous pouvez arrêter tout de suite votre lecture, car Swimming Pool est un slasher 100% pur jus, 100% classique, avec tout ce que le genre comprend d'adolescents têtes à claques, d'incohérences géographiques et temporelles, et de mobiles foireux. Par ailleurs, il est clair que sans la vague de néo-slashers lancée par...
Destination Finale 4
Attention, cette critique s'appuye sur une vision en 2D du film, le cinéma préféré de votre serviteur n'ayant pas les installations nécessaires pour une projection 3D. Décevant. Tout simplement décevant. Ce nouveau volet de la saga des Destination Finale n'avait d'autre prétention que de divertir le public mais malgré celà, il fait au final assez pâle figure par rapport à ses...