Voir la fiche complète du film : L'Incroyable Hulk (Frank Orsatti, John McPherson, Jeffrey Hayden - 1978)

L'Incroyable Hulk (série)

Pour la génération née au début des années 70, la série l'Incroyable Hulk a bouleversé le paysage audiovisuel de l'époque. Malgré le caractère basique et répétitif de la plupart des intrigues, l'Incroyable Hulk conserve aujourd'hui encore un charme intimiste inexplicable.
Publié le 25 Août 2018 par GORE MANIACVoir la fiche de L'Incroyable Hulk
7

Souhaitant découvrir à tout prix le facteur déclencheur d'une force surhumaine permettant des sauvetages incroyables dans certaines situations de danger extrême, le Docteur David Banner (Bill Bixby) expérimente sur lui une solution qui le transforme en monstre doté d'une force monumentale.

Pour la génération née au début des années 70, la série l'Incroyable Hulk a bouleversé le paysage audiovisuel de l'époque. Trente après, comment appréhender un tel phénomène ? Au milieu des années 70, Kenneth Johnson, déjà à l'origine des séries les plus en vue du moment (Super Jaimie, l'Homme qui valait Trois Milliards) est en charge de l'adaptation d'un comics. Il est rapidement séduit par le double personnage de Banner-Hulk, qui évoque selon lui une relecture moderne du mythique Dr Jekyll et Mr Hyde. La série est lancée en 1977, avec des budgets conséquents pour l'époque.

1

D'emblée, Johnson est confronté à un problème de taille : Hulk ! Sans les effets numériques actuels à disposition, le producteur doit faire preuve d'ingéniosité. Il engage alors un culturiste impressionnant, Lou Ferrigno, qu'il peinturlure de vert. Avec quelques maquillages faciaux réussis, le monstre fait sensation dès l'épisode pilote, avec l'aide d'effets spéciaux d'excellente facture. Ainsi, Hulk renverse des voitures, arrache des arbres et balance ceux ont le courage (ou la folie) de lui barrer le chemin. Entre ces séquences, parfois tournées au ralenti afin d'optimiser l'aspect spectaculaire de tels exploits, le plus complexe concernait peut être la personnalité du Docteur Banner.

Après plusieurs séries à succès (Mon Martien Favori, le Magicien), Bill Bixby semble avoir attendu toute sa vie le rôle de David Banner. Tour à tour fragile, énigmatique et mélancolique, il apporte une touchante humanité à ce rôle difficile.

Par rapport au comics imaginé en 1962 par Stan Lee (scénario) et Jack Kirby (dessins), Kenneth Johnson a pris quelques libertés. Dans l'épisode pilote, d'une durée de 90 minutes, Johnson nous éclaire sur les motivations du Dr Banner, qui se sent responsable du décès de son épouse. Hulk, même si sa "naissance" est accidentelle, représente surtout un manque ressenti par Banner. Plus qu'un monstre effroyable, le géant vert peut être considéré comme le complément de Banner, son double commandé par des instincts primitifs. Au fil des épisodes, une réelle complicité se créera entre ses deux personnages solitaires, bannis de la société (Banner est officiellement déclaré mort à la fin du premier épisode). Cette dualité trouble, marquée par une interprétation remarquable du tandem Bixby-Ferrigno, au jeu diamétralement opposé, reste, trente ans plus tard, la principale qualité de la série.

1

Contrairement aux films sortis depuis l'an 2000, la série privilégie en effet le jeu des acteurs aux effets spéciaux. Ainsi, Ferrigno restera à jamais LE Hulk, son regard bestial ne pouvant avoir d'équivalent numérique. Face à lui, Bixby, tantôt famélique, tantôt halluciné, livre une prestation qui le place également largement au dessus de ses clones cinématographiques. Malgré le caractère basique et répétitif de la plupart des intrigues (Banner changeant de ville presque à chaque épisode, poursuivi par un journaliste accrocheur), l'Incroyable Hulk conserve aujourd'hui encore un charme intimiste inexplicable, accentué par l'excellente partition musicale de Joseph Harnell.

A l'occasion de cet anniversaire, l'éditeur français Elephant Films, amateur de séries old school, nous propose de redécouvrir l'intégralité de la série en Blu-ray, dans un coffret collector en édition limitée riche en bonus (incluant notamment un épisode inédit en France et de nombreux documentaires). Une belle manière de rendre hommage à l'une des meilleures adaptations de comics à la télévision.

Incroyable HULK

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Douce Nuit, Sanglante Nuit 2
En 1984, Douce Nuit, Sanglante Nuit s'offre une petite place dans le paysage très prisé des slashers. On se souvient d'un film modeste, parfois longuet, mais assez honnête dans l'ensemble. Il semblait presque inévitable qu'une suite surgisse quelques années plus tard (trois pour être précis). On n'aura pas droit au syndrome de l'increvable et voir Billy s'extirper de...
Blood Snow
Blood Snow ... Quel titre d'une banalité affligeante alors que le Necrosis originel a tout de même une autre gueule. Vous me direz que ça ne change rien au contenu du film (et vous aurez raison) mais il n'empêche que cette manie de remplacer les titres anglophones par d'autres également en Anglais afin d'assurer l'exploitation en France est agaçante. Bref, après ce petit coup de gueule salvateur...
Black Christmas
Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante ). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans...
Massacres dans le Train Fantôme
Deux couples d'adolescents passent la soirée à la fête foraine locale. Ils décident finalement de s'aventurer toute la nuit au coeur du train fantôme et vont être le témoin d'un meurtre effroyable. Décédé il y a quelques semaines, à l'âge de 74 ans, Tobe Hooper faisait partie des derniers illustres réalisateurs américains des années 70-80. Avec Massacres dans le Train Fantôme ,...
Kong - Skull Island
Depuis le chef d’œuvre de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, King Kong est devenu une figure emblématique du septième art. Au fil des époques, le gorille géant s’est initié dans des remakes tout à fait convenables, mais aussi dans des séries B et des nanars pour le moins discutables. Preuve en est avec King Kong 2 de John Guillermin, un métrage de sinistre mémoire. Malgré ces...