Voir la fiche complète du film : The Grudge (Nicolas Pesce - 2020)

The Grudge

Cette nouvelle itération de l’œuvre de Takashi Shimizu s’avère une production opportuniste, agaçante et bâclée. Affublé d’une écriture brouillonne et guère maîtrisée, le scénario ressasse les ficelles du premier volet sans pour autant s’avancer comme un remake ou un reboot. The Grudge est dénué de la moindre tonalité anxiogène destinée à interpeller son public. De la réalisation au montage anarchique, le film de Nicolas Pesce est une incursion méprisante qui laisse perplexe sur l’avenir de la franchise…
Publié le 25 Octobre 2020 par Dante_1984Voir la fiche de The Grudge
3
Fantôme

Avec The Ring, la saga The Grudge a démocratisé le cinéma d’horreur asiatique à l’échelle internationale. Nantis d’une forte identité, les métrages en question se sont distingués par une approche de l’épouvante autant oppressante qu’immersive. Au fil des années, leurs qualités intrinsèques se sont progressivement délitées dans des incursions opportunistes et dénuées d’originalité. Le summum de l’occurrence inutile et stupide tenait au crossover improbable Sadako Vs Kayako. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le film de Nicolas Pesce n’est pas un reboot ou un énième remake, comme la production l’envisageait dès sa gestation en 2011.

 

De quoi donner des idées aux marques de shampoing...

Pour resituer le contexte, il s’agit vraisemblablement d’une suite à The Grudge 3, la trilogie américaine qui se « concluait » d’une bien piètre manière avec le film de Toby Wilkins. Or, le présent métrage s’insinue entre le premier et le second opus et propose d’exporter la malédiction de Kayako en Pennsylvanie. En considérant la trame temporelle et la présentation de nouveaux protagonistes, on peut donc penser que l’on découvre le quatrième volet, une sorte de « midquel » qui se sert d’inserts narratifs pour tenter de justifier son existence. Or, le constat n’est pas du tout clair sur ce point au vu de ce qui est avancé.

Bien que l’on appréhende un scénario « original », il s’appuie sur le premier remake américain et, par extension le métrage initié par Takashi Shimizu. La trame décousue suit le même schéma structurel et alterne entre différents points de vue entre 2004 et 2006. Dès lors, le montage chaotique rend la narration extrêmement confuse où les tenants s’entremêlent avec les aboutissants, tentant d’offrir un fil directeur qui relève de l’improvisation. À croire que l’écriture s’est faite au fil des séquences tournées ! Preuve en est avec des rappels qui considèrent le spectateur pour un imbécile. A cette occasion, le scénariste prend conscience de l’embrouillamini dans lequel il le plonge.

 

The Ghost Centipede !

Mais ce sont surtout les circonstances qui exposent les phénomènes surnaturels qui démontrent une fainéantise évidente. C’est bien simple, tout est plagié sur les modèles de référence. Il n’y a aucune prise de risque, pas la moindre surprise en termes d’effrois ou de mise en condition. Incapable de générer une atmosphère angoissante, le réalisateur multiplie les jump-scares à tour de bras. De la séquence d’introduction ridicule aux fréquents assauts des spectres, il n’y a aucune suggestion ni appréhension dans la présentation des scènes. Même les subterfuges grossiers censés faire sursauter ne fonctionnent jamais. On arpente le film avec une froide indifférence et un agacement certain.

On déplore aussi des incohérences en pagaille par rapport à l’intrigue elle-même, ainsi qu’aux précédentes productions. En gardant à l’esprit la genèse de la franchise, on demeure perplexe face au don d’ubiquité du fantôme en question. De même, le transfert de malédiction d’une bâtisse à l’autre se justifie par des faits divers identiques, mais qui ne trouvent aucune continuité entre la maison domiciliée au Japon et la propriété de Pennsylvanie. Quant à la « contamination », elle ne se résume pas à un simple attachement, mais à un trépas qui précède à de nouveaux spectres errants. On a même droit à une parenthèse bucolique qui augure de retrouver ses proches défunts au sein de la demeure ! L’allusion est d’ailleurs coupée cahin-caha sans autre forme de procès pour revenir à une ambiance plus lourde.

 

Un fantôme qui trempe un peu trop dans son jus

Au final, la version 2020 de The Grudge constitue l’une des pires occurrences de la saga, surexploitant un concept éculé sans jamais rien apporter. À mi-chemin entre le reboot/remake non assumé et le stand-alone, le film de Nicolas Pesce se montre brouillon, pénible et maladroit à plus d’un titre. Les spectateurs coutumiers de la franchise distingueront d’emblée la teneur des enjeux, et ce, malgré la multiplicité des arcs narratifs qui cassent le rythme et le semblant d’ambiance instillé par la bande-son ; le seul effort notable de l’entreprise. Mal inspirée, la mise en scène se révèle incapable de suggérer la peur. Cadrage empoté, montage catastrophique, photographie qui privilégie les teintes « jaune pisse » à des contrastes gris/bleu pour développer une atmosphère froide et délétère… Un ratage complet sur toute la ligne.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Echap
Depuis l'avènement des caméras numériques, je ne vous apprends rien, il est devenu beaucoup plus simple pour n'importe quel cinéaste amateur de mettre en images ses créations. Cela étant, s'il sont bourrés d'idées, ces réalisateurs en herbe n'ont souvent pas les moyens de leurs ambitions. C'est ainsi qu'une profusion de films au budget rachitique ont vu le jour ces...
Sphère
Le psychologue Norman Goodman (Dustin Hoffman) est conduit en hélicoptère au beau milieu de l’océan pacifique pour ce qu’il croit être un accident d’avion. Lorsqu’il arrive sur place, il constate qu’il n’y a non seulement aucune trace d’un accident d’avion quelconque mais que plusieurs navires de guerre sont présents sur le même site. Il est rapidement conduit auprès d’Harold C. Barnes (Peter...
Saw 3D : Chapitre Final
Nous y voilà enfin! Après sept années et autant d'épisodes marqués par la torture, voici le dernier (?) opus de la saga Saw , initiée en 2004 par le film de James Wan . Sept ans de pièges machiavéliques et d'intrigues tordues de plus en plus nébuleuses qui ont engendrés les moqueries et les quolibets. Il était donc largement temps de mettre un point final à tout cela et les producteurs,...
Dream Home
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Li Sheung (Josie Ho) occupe deux emplois serviles afin de pouvoir économiser dans le but d'acheter l'appartement de ses rêves, avec vue sur la baie de Hong Kong. Malheureusement pour elle, l'immobilier est hors de prix en ville, sans compter les soins coûteux pour son père, gravement malade. Mais la jeune femme est prête à tout pour atteindre...
Razorback
Comme bien d’autres sous-genres du cinéma horrifique, le survival animalier a gagné ses lettres de noblesse au cours des années1970 - 1980. Des requins aux crocodiles, en passant par les araignées ou même les hominidés, le bestiaire se focalise essentiellement sur les prédateurs. En revanche, centrer l’intrigue autour d’un sanglier géant reste une première quand Razorback pointe...