Voir la fiche complète du film : Les Dents de la Mer : 2ème partie (Jeannot Szwarc - 1978)

Les Dents de la Mer : 2ème partie

Une suite qui tient la route mais qui ne prend pas trop de risques...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Les Dents de la Mer : 2ème partie
8
Requin Bateau

Quatre années ont passé depuis l’attaque d’un grand requin blanc dans la station balnéaire d'Amity. Le chef de la police locale, Martin Brody, qui a déjà affronté un redoutable squale, est toujours en fonction. Lorsque deux plongeurs disparaissent sans laisser d’autres traces qu’un appareil photo de plongée trouvé sous leur luxueux yatch, Brody est persuadé qu’un nouveau requin rôde dans les eaux d’Amity. Mais le maire et ses conseillers ne veulent plus entendre parler de requin et ne prêtent pas attention aux histoires de Brody…

Steven Spielberg tourne un autre chef d’œuvre (Rencontres du Troisième Type) et ne peut donc s’atteler à la réalisation d’une suite à son film. C’est donc un certain Jeannot Szwarc qui est chargé de nous faire détester un peu plus la mer et les plages… Mais Jeannot Szwarc n’est pas Steven Spielberg et même s’il fait preuve d’un certain talent lors des séquences sous-marines (la scène d’ouverture fonctionne très bien), les scènes « en surface » prennent un peu l’eau (!). La faute incombe à un scénario qui se contente de reprendre les ingrédients du premier film (du moins, dans sa première partie) sans y apporter la moindre once d’originalité. On retrouve le chef Brody et sa peur viscérale de l’océan (assez bien retranscrite lors d’une scène au suspense intéressant, lorsqu’il essaie de récupérer un morceau de bois à quelques mètres du rivage), persuadé qu’un squale se promène tranquillement dans les eaux avoisinantes. On assiste à quelques attaques assez « sympathiques » (celle avec la skieuse nautique renvoie directement à celle du Piranhas de Joe Dante, sorti la même année) et on arrive à une transition qui nous éloigne du premier film. Une bande d’adolescents sur des voiliers de plaisance s’éloignent un peu trop au large et sont la proie du grand requin blanc. Parmi eux, se trouvent les deux fils de Brody, Sean et Michael. Papa Brody embarque donc pour une mission de sauvetage…

Dès lors, le film se concentre sur les teen-agers et sur le chef Brody essayant de les tirer de ce mauvais pas. Le problème c’est que le tout manque singulièrement d’émotion et de suspense. Les personnages sont peu intéressants et l’on a du mal à s’identifier, ne serait-ce que quelques secondes, à l’un d’entre eux (ils sont cependant loin d’être caricaturaux). Au moins, dans le premier, il y avait Quint (remarquablement interprété par Robert Shaw) qui, lorsqu’il nous racontait l’histoire de l’Indianapolis, nous prenait vraiment aux tripes. Une chose qu’aucun des protagonistes de cette suite, pas trop mal emballée d'un point de vue technique, ne parvient à faire…

S’il ne fait aucun doute que le film de Spielberg se situe au-dessus de cette suite, il n’en demeure pas moins que le film de Jeannot Szwarc se laisse regarder avec un certain plaisir. Dommage que le requin soit un poil moins convaincant que celui du film original…

 

Autres critiques

Conan
L'annonce d'un énième remake proposant de remettre « au goût du jour » (une vilaine expression) un chef d'oeuvre cinématographique, c'est un peu comme les mauvaises herbes qui poussent et repoussent dans votre jardin. On peut décider de les ignorer, les enlever, mais elles ne cessent de proliférer à notre insu quoique l'on fasse. Toutefois, il est des réalisateurs...
Tony : London Serial Killer
En général, lorsque l'on parle de serial-killers, on a le choix entre des films divertissants, violents, mais pas vraiment réalistes pour un sou (comme avec les slashers) ou des thrillers assez sombres et glauques qui s'attachent à retranscrire les faits d'une manière moins tape-à-l'½il. Cette dernière approche est certainement la plus judicieuse pour mettre en scène des...
Taram et le Chaudron Magique
Film Disney mal-aimé et singulier au sein de la filmographie du studio aux grandes oreilles, Taram et le Chaudron Magique , sorti en 1985, vaut pourtant bien mieux que sa désastreuse réputation le laisse supposer. Déjà, c'est un spectacle étonnament adulte pour un Disney, mais en outre, il constitue l'une des rares tentatives de sortir du carcan des "films musicaux pour toute la...
The Dyatlov pass incident
Renny Harlin possède une filmographie pour le moins inconstante, alternants nanars de luxe ( Driven , Le pacte du sang ...) avec des productions plus recommandables, à tout le moins honnête ( Cliffhangher , Cleaner ...). Aussi, il est difficile d’aborder l’une de ses réalisations avec une idée arrêtée. De l’appréhension sur le fond, de l’esbroufe sur la forme, les craintes ne manquent pas pour...
Don't Blink
Cadre bucolique par excellence, le chalet à la montagne est synonyme d’évasion et de ressourcement. Dans le domaine horrifique, il est aussi un lieu idéal pour un huis clos âpre, notamment pour le slasher. Les amateurs d’expérience vidéoludique ont pu en saisir tout l’intérêt avec Until Dawn . Titre qui relevait plus de l’aventure narrative en maîtrisant tous les...