Voir la fiche complète du film : Les Dents de la Mer : 2ème partie (Jeannot Szwarc - 1978)

Les Dents de la Mer : 2ème partie

Une suite qui tient la route mais qui ne prend pas trop de risques...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Les Dents de la Mer : 2ème partie
8
Requin Bateau

Quatre années ont passé depuis l’attaque d’un grand requin blanc dans la station balnéaire d'Amity. Le chef de la police locale, Martin Brody, qui a déjà affronté un redoutable squale, est toujours en fonction. Lorsque deux plongeurs disparaissent sans laisser d’autres traces qu’un appareil photo de plongée trouvé sous leur luxueux yatch, Brody est persuadé qu’un nouveau requin rôde dans les eaux d’Amity. Mais le maire et ses conseillers ne veulent plus entendre parler de requin et ne prêtent pas attention aux histoires de Brody…

Steven Spielberg tourne un autre chef d’œuvre (Rencontres du Troisième Type) et ne peut donc s’atteler à la réalisation d’une suite à son film. C’est donc un certain Jeannot Szwarc qui est chargé de nous faire détester un peu plus la mer et les plages… Mais Jeannot Szwarc n’est pas Steven Spielberg et même s’il fait preuve d’un certain talent lors des séquences sous-marines (la scène d’ouverture fonctionne très bien), les scènes « en surface » prennent un peu l’eau (!). La faute incombe à un scénario qui se contente de reprendre les ingrédients du premier film (du moins, dans sa première partie) sans y apporter la moindre once d’originalité. On retrouve le chef Brody et sa peur viscérale de l’océan (assez bien retranscrite lors d’une scène au suspense intéressant, lorsqu’il essaie de récupérer un morceau de bois à quelques mètres du rivage), persuadé qu’un squale se promène tranquillement dans les eaux avoisinantes. On assiste à quelques attaques assez « sympathiques » (celle avec la skieuse nautique renvoie directement à celle du Piranhas de Joe Dante, sorti la même année) et on arrive à une transition qui nous éloigne du premier film. Une bande d’adolescents sur des voiliers de plaisance s’éloignent un peu trop au large et sont la proie du grand requin blanc. Parmi eux, se trouvent les deux fils de Brody, Sean et Michael. Papa Brody embarque donc pour une mission de sauvetage…

Dès lors, le film se concentre sur les teen-agers et sur le chef Brody essayant de les tirer de ce mauvais pas. Le problème c’est que le tout manque singulièrement d’émotion et de suspense. Les personnages sont peu intéressants et l’on a du mal à s’identifier, ne serait-ce que quelques secondes, à l’un d’entre eux (ils sont cependant loin d’être caricaturaux). Au moins, dans le premier, il y avait Quint (remarquablement interprété par Robert Shaw) qui, lorsqu’il nous racontait l’histoire de l’Indianapolis, nous prenait vraiment aux tripes. Une chose qu’aucun des protagonistes de cette suite, pas trop mal emballée d'un point de vue technique, ne parvient à faire…

S’il ne fait aucun doute que le film de Spielberg se situe au-dessus de cette suite, il n’en demeure pas moins que le film de Jeannot Szwarc se laisse regarder avec un certain plaisir. Dommage que le requin soit un poil moins convaincant que celui du film original…

 

Autres critiques

Freddy contre Jason
Le fameux crossover entre Freddy Krueger et Jason Voorhees a enfin vu le jour en 2003. Une rencontre attendue par des millions de fans. Le film aura connu un "development hell" qui a fait couler pas mal d'encre depuis l'annonce du projet. Au départ, le maquilleur Rob Bottin ( The Thing ) était pressenti pour être le réalisateur du film. Mais bon, comme toujours, les producteurs...
La Maison au Bout de la Rue
Le foyer révèle l’intimité de chacun. Il est à la fois un refuge et un exutoire. Une fois les portes fermées, les rideaux tirés, les barrières sociales s’effondrent pour laisser entrevoir une vérité que l’on préfère ignorer. La maison est le catalyseur parfait pour les films de genre : fantômes, psychopathes, maltraitances ou persécutions. D’ailleurs, les titres de certains métrages plus ou moins...
Conjuring : les Dossiers Warren
On ne présente plus James Wan, grand talent du cinéma de genre révélé dans les années 2000 par la plus célèbre saga du torture-porn, Saw . Fort heureusement pour lui, il s'en détourne assez rapidement pour se tourner vers des films plus intimistes, mais non dénués d'ambitions. Après Insidious en 2010 qui avait partagé la communauté (il en ressortait tout de même un métrage à l'...
The Hills run red
Un slasher/survival en milieu forestier, ça vous dit? Comment ça, non? Mais si allez, je vous promets que celui-ci vaut le détour. Tout d'abord, sachez que le film jouit d'une très bonne réputation grâce à un buzz sur le net et à quelques apparitions réussies en festival. Ce Direct-to-dvd produit par Dark Castle et distribué par la Warner permet au réalisateur Dave Parker ( Les Morts...
Don't Open Till Christmas
** Attention, cette critique contient des spoilers.** A l'approche des fêtes de Noël, Scotland Yard est en état d'alerte. Dans les rues de Londres, chaque nuit, un tueur masqué s'attaque à tous les Santa Claus qu'il croise, les tuant sauvagement à l'aide d'armes blanches. Période heureuse et bienfaitrice, en règle générale propice aux films pour la jeunesse, Noël a aussi...