Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : Masters of Horror 23 - Le Chat Noir (Stuart Gordon - 2007)

Masters of Horror 23 - Le Chat Noir

La série d'horreur phare de la décennie 2000 rend hommage à l'oeuvre d'Edgar Poe dans cet épisode de la Saison 2 réalisé par Stuart Gordon, habituel spécialiste de l'oeuvre de Lovecraft.
Publié le 1 Janvier 2008 par GORE MANIACVoir la fiche de Masters of Horror 23 - Le Chat Noir
6
Ecrivain

L'écrivain Edgar Poe tente, tant bien que mal, de subvenir aux besoins de son épouse, la jeune Virginia, gravement malade, en publiant ses poèmes et contes. Mais les ennuis s'accumulent suite à la présence toujours plus envahissante du chat du couple, Pluton.

S'inspirant rarement de nouvelles ou de romans, la série Masters Of Horror faisait ici exception en adaptant, pour l'un des épisodes de la deuxième saison, l'une des plus célèbres Histoires Extraordinaires d'Edgar Poe, Le Chat Noir. Habituellement fidèle à l'oeuvre lovecraftienne, c'est le cinéaste Stuart Gordon qui se charge de la mise en scène de cet épisode un peu différent des autres, par son contexte scénaristique donc, mais aussi par l'époque dans laquelle il se situe, le dix-neuvième siècle.

Épisode ambitieux et un peu à part dans la série, Le Chat Noir se paie même le luxe d'associer la trame de la nouvelle avec l'évocation de la vie même de l'écrivain, pari osé et en partie réussi. En partie, car il faut avouer qu'il y a du bon, mais aussi du plus convenu, dans cet épisode. Au rayon des satisfactions, il y a déjà le plaisir de revoir réuni le trio du cultissime Re-Animator : Paoli (scénariste)-Combs (acteur)-Gordon (réalisateur).

 

Après avoir souvent travaillé sur les ouvrages de H.P. Lovecraft, le couple scénaristique composé de Gordon et Paoli a déjà fait ses preuves de belle manière, en rendant plus accessibles les compositions de cet auteur phare, en les transcrivant à notre époque, et en y ajoutant souvent une bonne dose d'humour noir, de gore et d'érotisme macabre. La saga des Re-Animator est le parangon de la carrière de Stuart Gordon, excellent cinéaste de série B (Fortress, Les Poupées), qui peut se targuer d'avoir signé une filmographie fidèle à sa vision de l'horreur, redonnant à l'oeuvre de Lovecraft toute son ampleur et sa force. Bénéficiant le plus souvent de budgets restreints, Gordon s'est fait plutôt rare ces dernières années sur le grand écran, même si un quatrième Re-Animator est régulièrement annoncé. La série Masters of Horror lui avait permis, dès la première saison, de refaire parler de lui, avec une adaptation savoureuse d'une nouvelle de Lovecraft : Le Cauchemar de la Sorcière (l'un des meilleurs épisodes de cette saison).

Pour illustrer Poe, Gordon a travaillé sur une photographie rétro qui sonne assez faux, n'égalant en rien un classique noir et blanc (cf Elephant Man), même si le jaune du canari et, surtout, le rouge du sang sur le piano valent le coup d'oeil, apportant un cachet particulier à l'image. Le scénario, assez ingénieux bien que déroutant, associe la biographie de Poe à l'une de ses nouvelles. On y découvre donc mieux l'artiste, alcoolique notoire et quelque peu sensible mentalement, et on y évoque également la maladie grave de la jeune épouse de Poe, Virginia, cousine de l'écrivain, qu'il épousa alors qu'elle n'avait que quatorze ans, et emportée par la maladie environ dix ans plus tard.

La relation entre les deux personnages est assez touchante, mais l'interprétation n'évite pas certains excès, à commencer par le jeu d'un Jeffrey Combs aussi décevant que son nez est faux (quelle idée de lui faire ce nez digne d'un Cyrano ?). Exceptionnel en savant fou dans la série des Re-Animator, l'acteur fétiche de Gordon peine à donner la mesure de son talent dans un rôle qui aurait mérité plus de tempérance (le William Macy d'Edmond aurait probablement été parfait dans le rôle de Poe).

 

Autre déception dans cet épisode, une première partie lente et assez maladroite, que l'épilogue, plus sanglant et sombre (renouant par là avec l'esprit caustique de la nouvelle), n'efface pas totalement des esprits embrumés des spectateurs. La pendaison du chat et le crâne défoncé de l'épouse de Poe (scène plutôt bien rehaussée par de bons effets gore) permettent de finir sur une note plus positive, sans jeu de mot macabre cher à l'écrivain.

Néanmoins, on peut se demander si un scénario moins alambiqué n'aurait pas rendu l'ensemble plus agréable à suivre. En tout cas, un épisode assez représentatif d'une série quelque peu surestimée, et qui démontre que Gordon est moins à l'aise avec l'univers de Poe qu'avec celui de Lovecraft.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Doom
La saga Doom est connue de tous les fans de jeux vidéo pour avoir popularisé tout un genre : le FPS (First Person Shooter). Certes, il y avait bien Wolfenstein , mais Doom était tellement novateur et supérieur à son aîné de seulement un an qu'on lui donna son nom pour caractériser les jeux de tirs à la première personne, soit "Doom-like". Des couloirs labyrinthiques, des beuglements...
Massacre au Camp d'Eté 3
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Un an après le second massacre orchestré par Angela Baker, le camp New Horizons tente une expérience d'une semaine regroupant des adolescents de divers milieux sociaux. Toujours en fuite, Angela prend la place d'une des candidates, bien décidée à punir les campeurs les plus malsains. Visiblement certains du succès de Sleepaway Camp 2 , la...
Action ou Vérité
Qui n'a jamais joué à Action ou Vérité (ou à une de ses variantes) avec ses potes lors d'une soirée de beuverie ? Pas grand monde, je pense. Pourtant, ce jeu populaire a jusqu'ici été peu utilisé dans les films d'horreur malgré un potentiel certain. Imaginez un tueur forçant ses victimes à accomplir des gages dégueulasses... j'en vois déjà qui frétillent d'impatience. C...
The Dark Knight Rises
(Avec la participation de Geoffrey) Batman est un personnage de comics aujourd'hui âgé de 73 ans. Créé par Bob Kane en 1939, ce justicier masqué sans pouvoir est rapidement devenu l'égérie de DC Comics , mais aussi l'un des super-héros les plus adulés et au même titre que Spider-Man , Superman , ou même Captain America , le justicier noir s'est vu adapté en séries et en films...
Ginger Snaps : Resurrection
Après la mort de sa soeur Ginger, Brigitte s'est évadée dans la nature, tentant d'enrayer la progression de sa contamination en s'injectant régulièrement des doses d'aconit. Cependant, elle est poursuivie depuis plusieurs jours par l'un de ses féroces congénères. Donner une suite à un film n'est jamais chose aisée, surtout lorsque l'originel avait donné lieu à une...