Voir la fiche complète du film : Shiki (Tetsuro Amino - 2010)

Shiki

Sur fond de folklore japonais, Shiki est un anime qui propose un traitement intéressant du mythe vampirique. Cependant, il se perd dans une redite perpétuelle d’attaques et de morts inexplicables, quitte à enliser son récit dans un rythme à la répétitivité constante. Il en ressort un aspect routinier qui sous-tend la prévisibilité des aboutissants. Eux-mêmes sont expédiés dans la précipitation. Une approche perfectible dont l’ambiance soignée rattrape difficilement les errances de la narration.
Publié le 6 Décembre 2020 par Dante_1984Voir la fiche de Shiki
6
Vampire

À l’instar du mort-vivant, la figure mythique du vampire a été représentée à maintes reprises et sous toutes les coutures. Du serial-lover aux dents longues à la bête assoiffée de sang, on touche à de nombreux sujets autres que la mort et le romantisme gothique. La profusion des approches et des productions laisse donc peu de marge de manœuvre à l’innovation. Cela vaut également pour les mangas et les animes avec des œuvres telles que Vampire Knight, Hellblade ou encore Dance in the Vampire Bund. Dès lors, Shiki semble être une énième redite qui n’apporte que peu de choses au genre. Un constat qui va se vérifier au gré des épisodes, du moins en partie.

 

L’entame prend place dans un modeste village provincial de la campagne nipponne. Tout comme l’approche, le cadre se veut traditionnel, un rien ancré dans les superstitions des générations précédentes. Le contexte est donc particulièrement intéressant pour développer l’intrigue sur deux angles aux antipodes : le surnaturel et le rationnel. Les phénomènes étranges et la multiplicité des décès inexpliqués trouvent une résonnance particulière en évoquant une possible épidémie. Symptômes, mode de contamination, points communs des victimes, morts fulgurantes… L’ensemble reste bien amené pour entretenir le mystère du point de vue des protagonistes.

Seulement, on se heurte très vite à des problèmes de rythme où la gestion narrative se veut redondante au possible. En cause ? Un nombre effarant de personnages principaux et secondaires. La profusion est tel que l’on a droit régulièrement à une légende pour rappel l’identité et le rôle de chaque intervenant. Lorsque ce n’est pas le cas, ce sont des flashbacks qui les remettent en condition. Cet aspect didactique a beau être essentiel, il alourdit néanmoins l’évolution de l’intrigue. Certes, cela permet d’avoir un aperçu exhaustif de la situation. En dépit d’une caractérisation diversifiée et fouillée, on ressasse néanmoins une structure répétitive au possible.

 

C’est bien simple, près des trois quarts des épisodes se cantonnent à exposer des faits similaires dans un intervalle de 3 à 4 mois. On constate alors l’impuissance et la frustration du médecin local, le fatalisme du bonze et l’apathie de la population. Les révélations ou les évènements clefs censés accéder à un nouveau stade de compréhension sont sporadiques et prévisibles. On a parfois droit à des retours en arrière inopinés, des passages précipités et d’autres séquences nettement plus contemplatives où la teneur des échanges laisse perplexes sur leur intérêt. De même, il paraît difficile d’apporter une évolution pertinente pour chaque personnage présenté.

Dès lors, le dénouement s’écartèle sur un massacre de plusieurs épisodes. L’idée est bonne pour inverser les rôles ; proies et victimes, comportements humains et monstrueux. Pourtant, cette violence gratuite s’appesantit plus que de rigueur. Paradoxalement, cette sensation de longueur se heurte à deux derniers épisodes réalisés dans la précipitation. Les différentes confrontations finales sont décevantes, l’épilogue inexistant et les retournements de situation inopinés perdent en crédibilité. Ce n’est pas le manque d’explications qui prévaut, mais l’absence d’une véritable conclusion. Un constat d’autant plus frustrant que l’intrigue est bel et bien censée se terminer de la sorte pour l’anime.

 

Au final, Shiki demeure un manga relativement moyen qui souffre surtout de gros problèmes de rythme et d’une structure narrative mal maîtrisée. La sensation de redondance est permanente et vient gâcher une atmosphère pourtant intéressante, car elle permet d’observer un contraste entre des conceptions archaïques et modernes. Le clivage est également correctement développé entre croyances religieuses, superstitions, science et pragmatisme sociétal de façade. Quant à la bande-son, certains morceaux appuient parfaitement la tonalité glauque du sujet, mais ils sont trop vite expédiés et pas assez mis en valeur. Une œuvre qui manque de « finitions » pour véritablement se démarquer de la profusion d’histoires sur les vampires.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Big Legend
Qu’il s’agisse du sasquatch ou du bigfoot, la créature des bois fait les jours heureux des cryptozoologues et des séries B, souvent officiant dans le survival animalier. Depuis les années1970 et le surestimé The Legend of Boggy Creek , elle est l’objet d’une surexploitation cinématographique qui a donné peu d’incursions notables. Cela sans compter les tentatives peu...
Doom Annihilation
Il est malheureusement de notoriété publique que le cinéma et les jeux vidéo ne font guère bon ménage quand il s’agit d’adapter une œuvre vers l’autre format. De titres à licence bâclés en longs-métrages qui relèvent du navet ou du nanar, il est difficile de trouver des productions notables, hormis le Silent Hill de Christophe Gans. En 2005, Andrzej Bartkowiak réalisait Doom ,...
Le Fils du Mask
Réaliser une suite au Mask de Chuck Russell ? Diantre, que voilà un pari culotté ! Il faut dire que le film original n'appelait pas franchement à une séquelle et que les risques de tomber dans le ridicule ou le grotesque étaient nombreux. Si Chuck Russell était parvenu à évoluer sur le fil du rasoir, toujours sur la corde raide entre cartoon et réalité, pour livrer au final un très bon...
8th Wonderland: Le Pays de la 8ème Merveille
Dans un monde où les véritables problèmes sont laissés de côté ; Dans une société qui n’a que faire des laissés-pour-compte, un site Internet voit le jour : 8th Wonderland . Un lieu où l’on débat sur des sujets aussi sensibles que les conflits entre les peuples ou les contrats de grosses multinationales en jeu. Une démocratie virtuelle qui, peu à peu, prend de l’ampleur. Son...
Elle s'appelait Scorpion
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Un an après sa sanglante évasion, Nami, alias Scorpion, endure toujours mille tortures au fond d'un cachot humide et isolé. Le directeur de la prison, qu'elle a éborgné, décide enfin de la laisser voir la lueur du jour, afin d'en faire un exemple pour les autres détenues. Mais Nami parvient à blesser de nouveau le directeur au visage, et une...
Shiki
Réalisateur:
Durée:
6
Moyenne : 6 (2 votes)

Shiki Trailer

Thématiques