Voir la fiche complète du film : Shiki (Tetsuro Amino - 2010)

Shiki

Sur fond de folklore japonais, Shiki est un anime qui propose un traitement intéressant du mythe vampirique. Cependant, il se perd dans une redite perpétuelle d’attaques et de morts inexplicables, quitte à enliser son récit dans un rythme à la répétitivité constante. Il en ressort un aspect routinier qui sous-tend la prévisibilité des aboutissants. Eux-mêmes sont expédiés dans la précipitation. Une approche perfectible dont l’ambiance soignée rattrape difficilement les errances de la narration.
Publié le 6 Décembre 2020 par Dante_1984Voir la fiche de Shiki
6
Vampire

À l’instar du mort-vivant, la figure mythique du vampire a été représentée à maintes reprises et sous toutes les coutures. Du serial-lover aux dents longues à la bête assoiffée de sang, on touche à de nombreux sujets autres que la mort et le romantisme gothique. La profusion des approches et des productions laisse donc peu de marge de manœuvre à l’innovation. Cela vaut également pour les mangas et les animes avec des œuvres telles que Vampire Knight, Hellblade ou encore Dance in the Vampire Bund. Dès lors, Shiki semble être une énième redite qui n’apporte que peu de choses au genre. Un constat qui va se vérifier au gré des épisodes, du moins en partie.

 

L’entame prend place dans un modeste village provincial de la campagne nipponne. Tout comme l’approche, le cadre se veut traditionnel, un rien ancré dans les superstitions des générations précédentes. Le contexte est donc particulièrement intéressant pour développer l’intrigue sur deux angles aux antipodes : le surnaturel et le rationnel. Les phénomènes étranges et la multiplicité des décès inexpliqués trouvent une résonnance particulière en évoquant une possible épidémie. Symptômes, mode de contamination, points communs des victimes, morts fulgurantes… L’ensemble reste bien amené pour entretenir le mystère du point de vue des protagonistes.

Seulement, on se heurte très vite à des problèmes de rythme où la gestion narrative se veut redondante au possible. En cause ? Un nombre effarant de personnages principaux et secondaires. La profusion est tel que l’on a droit régulièrement à une légende pour rappel l’identité et le rôle de chaque intervenant. Lorsque ce n’est pas le cas, ce sont des flashbacks qui les remettent en condition. Cet aspect didactique a beau être essentiel, il alourdit néanmoins l’évolution de l’intrigue. Certes, cela permet d’avoir un aperçu exhaustif de la situation. En dépit d’une caractérisation diversifiée et fouillée, on ressasse néanmoins une structure répétitive au possible.

 

C’est bien simple, près des trois quarts des épisodes se cantonnent à exposer des faits similaires dans un intervalle de 3 à 4 mois. On constate alors l’impuissance et la frustration du médecin local, le fatalisme du bonze et l’apathie de la population. Les révélations ou les évènements clefs censés accéder à un nouveau stade de compréhension sont sporadiques et prévisibles. On a parfois droit à des retours en arrière inopinés, des passages précipités et d’autres séquences nettement plus contemplatives où la teneur des échanges laisse perplexes sur leur intérêt. De même, il paraît difficile d’apporter une évolution pertinente pour chaque personnage présenté.

Dès lors, le dénouement s’écartèle sur un massacre de plusieurs épisodes. L’idée est bonne pour inverser les rôles ; proies et victimes, comportements humains et monstrueux. Pourtant, cette violence gratuite s’appesantit plus que de rigueur. Paradoxalement, cette sensation de longueur se heurte à deux derniers épisodes réalisés dans la précipitation. Les différentes confrontations finales sont décevantes, l’épilogue inexistant et les retournements de situation inopinés perdent en crédibilité. Ce n’est pas le manque d’explications qui prévaut, mais l’absence d’une véritable conclusion. Un constat d’autant plus frustrant que l’intrigue est bel et bien censée se terminer de la sorte pour l’anime.

 

Au final, Shiki demeure un manga relativement moyen qui souffre surtout de gros problèmes de rythme et d’une structure narrative mal maîtrisée. La sensation de redondance est permanente et vient gâcher une atmosphère pourtant intéressante, car elle permet d’observer un contraste entre des conceptions archaïques et modernes. Le clivage est également correctement développé entre croyances religieuses, superstitions, science et pragmatisme sociétal de façade. Quant à la bande-son, certains morceaux appuient parfaitement la tonalité glauque du sujet, mais ils sont trop vite expédiés et pas assez mis en valeur. Une œuvre qui manque de « finitions » pour véritablement se démarquer de la profusion d’histoires sur les vampires.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Die : Le Châtiment
En Anglais, Die signifie mourir , mais désigne également les dés à jouer . D'où, le double-sens du titre du film de Dominic James . Die : le Châtiment est décrit par son le dossier de presse comme la rencontre entre Saw et Cube . Les références sont costaudes et si la filiation avec le premier est indéniable (elle crève même les yeux), je pencherais, pour ma part, pour une sorte de Saw "light"...
Kill Dead Zombie!
Nous sommes tous influencés par les choses que l'on voit, que l'on vit ou que l'on écoute et lit. Il en ressort alors un conglomérat d'idées que l'on essaye de façonner, de défaire et de refaire pour être original ou sortir de cet amas une petite pépite totalement inédite et jamais vue. Mais en décortiquant cette petite pépite, on peut se rendre compte à quel auteur, quel réalisateur on a pris...
Tous les garçons aiment Mandy Lane
On peut dire qu'elle s'est faite attendre cette Mandy Lane! En effet, le film, qui date de 2006, a mis presque quatre ans pour arriver en France, si l'on excepte l'un ou l'autre passage dans des festivals. Généralement, cet état de fait découle d'une qualité très moyenne, mais dans le cas de All the Boys Love Mandy Lane , les critiques étaient plutôt flatteuses. Il avait...
Space Time : L'Ultime Odyssée
Connaissez-vous le groupe de punk-rock américain Blink 182 ? Si vous avez moins de 35 ans, je parierais que oui. Dans le cas contraire, sachez simplement que ce groupe a eu beaucoup de succès au début des années 2000 avec des titres tels que What's My Age Again? , Adam's Song , All the Small Things ou encore The First Date . Si je vous en parle, c'est parce que son guitariste Tom...
Amityville : Darkforce
Depuis le second volet, la saga Amityville n’a plus grand-chose à offrir. Les suites se sont enchaînées et se sont révélées au mieux moyennes, au pire d’une infâme nullité. Le fait de voir arriver une septième itération relève donc plus de la gageure cinématographique que d’une nécessité à fournir une nouvelle pierre au mythe du 112 Ocean Avenue. La qualité déclinante, le manque...