Voir la fiche complète du film : Little Deaths (Sean Hogan, Andrew Parkinson, Simon Rumley - 2010)

Little Deaths

Un film à sketches malsain, souvent réussi et maitrisé, parfois un peu moins...
Publié le 12 Mars 2012 par GeoffreyVoir la fiche de Little Deaths
6
Les films à sketches sont souvent l'occasion pour de jeunes réalisateurs de se faire connaître et/ou d'expérimenter des choses qui n'auraient pas été possibles dans des longs métrages classiques (histoires décalées, ambiances pesantes,...) et Little Deaths s'inscrit parfaitement dans ce schéma, car il propose trois histoires glauques tournant autour d'un thème commun : le sexe pervers et déviant.

Mais comme trop souvent dans ce genre de films, Little Deaths souffre d'inégalités entre ses différentes composantes.


Un film plein de sexe qu'on vous dit !

House And Home de Sean Hogan

On entame donc la projection par le métrage House And Home qui est sans doute le plus classique des trois, et constitue un bon moyen d'ouvrir le bal. Sean Hogan nous propose une plongée dans l'univers d'un couple normal en apparence, Richard et Victoria. En réalité, ces braves chrétiens charitables s'avèrent être des adeptes de la torture et du viol de SDF. Tout un programme.

Si l'histoire est assez prévisible, House And Home reste un film intéressant car avec sa mise en scène efficace, ses bons acteurs et ses images travaillées, il parvient à créer une ambiance poisseuse. Il a également le mérite de surprendre grâce à un final inattendu, mais malheureusement un peu (trop) à contre-courant de tout ce qui a précédé.
Dommage, mais pas rédhibitoire.


Perversion et sadisme derrière un visage d'ange...

Mutant Tool de Andrew Parkinson

Ce second segment est sans doute le moins abordable car il se montre particulièrement barré et parfois peu compréhensible. Il démarre pourtant de manière tout à fait banale avec une droguée tentant de se défaire de son addiction. Mais par la suite, l'histoire va s'orienter vers une espèce de trip hallucinatoire à base d'expérimentations nazis, de récolte de sperme, de sexe énorme, de vol d'organes et de nymphomanie. Un cocktail aussi explosif que bizarroïde.

Mutant Tool bénéficie heureusement d'une qualité visuelle aussi réussie que celle de House And Home, de même pour l'interprétation. Par contre, sa grosse faiblesse se situe au niveau de son scénario mal construit et trop déviant pour être crédible. Néanmoins il a le mérite d'intriguer et de déranger, mais ses incohérences le rendent un peu plus faiblard que son prédécesseur.


Y z'avaient de drôles d'idées les nazis...

Bitch de Simon Rumley

Claire et Pete vivent une relation assez particulière : ayant une phobie envers les chiens, Claire a transformé son petit ami en véritable toutou à sa maman. Tout fonctionne donc plus ou moins bien jusqu'au jour où Pete en a marre d'être traité comme un animal...

Bitch est assurément le plus réussi des trois segments et se présente sous la forme d'un revenge movie avec une mise en scène oppressante et une musique superbement utilisée. L'histoire revient à quelque chose de plus réaliste mais n'en reste pas moins dérangeante, que du contraire. Son ancrage dans la réalité, dans la "normalité" du monde, ne fait que le rendre plus éprouvant et dérangeant.
Car les humiliations que fait subir Claire à son compagnon ne sont qu'une variante de jeux de rôle plus classiques, sauf qu'au lieu du patron et de la secrétaire nous avons ici le maître et le chien.

Toutefois, le plus réussi dans le métrage Simon Rumley est la manière dont sont dépeints les personnages. Claire, égoïste mais sensible, mais surtout Pete, touchant malgré sa condition de dominé. Le spectacteur ne peut faire autrement que se rallier à sa cause et le soutenir dans sa quête de vengeance, laquelle éclatera dans un final magnifiquement mis en images et en musique. Une vraie réussite.


Pete a été un vilain toutou...

Little Deaths nous offre donc trois segments de qualité inégale, parfois dérangeants, souvent glauques et malsains, mais toujours bien réalisés et interprêtés. Le thème central, le sexe déviant, est bien utilisé et évite de tomber dans la vulgarité gratuite ou le piège de la nudité à outrance.
Bref, Little Deaths est une expérience à tenter.
Geoffrey Claustriaux
A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Haunter
En dépit des années et de plusieurs échecs commerciaux, Vincenzo Natali demeure un réalisateur à part, fidèle à ses principes, car au lieu de tomber dans la facilité et le commercial à l'instar de bon nombre de ses collègues, il continue sans relâche à se creuser la tête pour trouver LE concept fort capable de fournir un film original, quitte à déstabiliser le public. Le mémorable Cube et ses...
Animals
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Ancien grand espoir de football américain à l'université, Syd Jarrett n'est plus que l'ombre de lui-même depuis une grave blessure qui l'a forcé à retourner dans sa ville de naissance, un patelin paumé. Désormais ouvrier, son seul plaisir est de retrouver chaque soir ses amis dans le bar de la ville. Un soir, il fait la connaissance de...
Meurtres
Le premier contact avec Meurtres est des plus agréable. En effet, la superbe jaquette peinte n'est pas sans rappeler les grands classiques d'antan et n'hésite pas à proclamer fièrement "L'un des meilleurs slashers de ces dernières années". Honnêtement, après les tonnes de slashers tous plus banals les uns que les autres qui ont fleuri durant la vague de Néo-slashers...
Jupiter : Le destin de l'univers
Certains réalisateurs ne cessent de se partager entre une communauté d’inconditionnels et les détracteurs de tout poil. Aussi chaque sortie de films est l’occasion de susciter une polémique plus ou moins vive et justifiée. À la fois décriés et encensés, les Wachowski ont multiplié les échecs commerciaux et parfois critiques depuis la conclusion de leur trilogie Matrix . Quel que soit...
Sharks - L'Attaque du Requin à Deux Têtes
Asylum et les requins, c'est une grande histoire d'amour. Depuis le premier opus de sa mythique saga Mega Shark et sa nullité abyssale, la firme d'aliénés a vite compris les intérêts de ce filon décidément très porteur. Leurs productions sont d'une telle diversité ignominieuse que les requins sont une manne toute trouvée pour poursuivre leur périple à travers les méandres de la...