Voir la fiche complète du film : Little Deaths (Sean Hogan, Andrew Parkinson, Simon Rumley - 2010)

Little Deaths

Un film à sketches malsain, souvent réussi et maitrisé, parfois un peu moins...
Publié le 12 Mars 2012 par GeoffreyVoir la fiche de Little Deaths
6
Les films à sketches sont souvent l'occasion pour de jeunes réalisateurs de se faire connaître et/ou d'expérimenter des choses qui n'auraient pas été possibles dans des longs métrages classiques (histoires décalées, ambiances pesantes,...) et Little Deaths s'inscrit parfaitement dans ce schéma, car il propose trois histoires glauques tournant autour d'un thème commun : le sexe pervers et déviant.

Mais comme trop souvent dans ce genre de films, Little Deaths souffre d'inégalités entre ses différentes composantes.


Un film plein de sexe qu'on vous dit !

House And Home de Sean Hogan

On entame donc la projection par le métrage House And Home qui est sans doute le plus classique des trois, et constitue un bon moyen d'ouvrir le bal. Sean Hogan nous propose une plongée dans l'univers d'un couple normal en apparence, Richard et Victoria. En réalité, ces braves chrétiens charitables s'avèrent être des adeptes de la torture et du viol de SDF. Tout un programme.

Si l'histoire est assez prévisible, House And Home reste un film intéressant car avec sa mise en scène efficace, ses bons acteurs et ses images travaillées, il parvient à créer une ambiance poisseuse. Il a également le mérite de surprendre grâce à un final inattendu, mais malheureusement un peu (trop) à contre-courant de tout ce qui a précédé.
Dommage, mais pas rédhibitoire.


Perversion et sadisme derrière un visage d'ange...

Mutant Tool de Andrew Parkinson

Ce second segment est sans doute le moins abordable car il se montre particulièrement barré et parfois peu compréhensible. Il démarre pourtant de manière tout à fait banale avec une droguée tentant de se défaire de son addiction. Mais par la suite, l'histoire va s'orienter vers une espèce de trip hallucinatoire à base d'expérimentations nazis, de récolte de sperme, de sexe énorme, de vol d'organes et de nymphomanie. Un cocktail aussi explosif que bizarroïde.

Mutant Tool bénéficie heureusement d'une qualité visuelle aussi réussie que celle de House And Home, de même pour l'interprétation. Par contre, sa grosse faiblesse se situe au niveau de son scénario mal construit et trop déviant pour être crédible. Néanmoins il a le mérite d'intriguer et de déranger, mais ses incohérences le rendent un peu plus faiblard que son prédécesseur.


Y z'avaient de drôles d'idées les nazis...

Bitch de Simon Rumley

Claire et Pete vivent une relation assez particulière : ayant une phobie envers les chiens, Claire a transformé son petit ami en véritable toutou à sa maman. Tout fonctionne donc plus ou moins bien jusqu'au jour où Pete en a marre d'être traité comme un animal...

Bitch est assurément le plus réussi des trois segments et se présente sous la forme d'un revenge movie avec une mise en scène oppressante et une musique superbement utilisée. L'histoire revient à quelque chose de plus réaliste mais n'en reste pas moins dérangeante, que du contraire. Son ancrage dans la réalité, dans la "normalité" du monde, ne fait que le rendre plus éprouvant et dérangeant.
Car les humiliations que fait subir Claire à son compagnon ne sont qu'une variante de jeux de rôle plus classiques, sauf qu'au lieu du patron et de la secrétaire nous avons ici le maître et le chien.

Toutefois, le plus réussi dans le métrage Simon Rumley est la manière dont sont dépeints les personnages. Claire, égoïste mais sensible, mais surtout Pete, touchant malgré sa condition de dominé. Le spectacteur ne peut faire autrement que se rallier à sa cause et le soutenir dans sa quête de vengeance, laquelle éclatera dans un final magnifiquement mis en images et en musique. Une vraie réussite.


Pete a été un vilain toutou...

Little Deaths nous offre donc trois segments de qualité inégale, parfois dérangeants, souvent glauques et malsains, mais toujours bien réalisés et interprêtés. Le thème central, le sexe déviant, est bien utilisé et évite de tomber dans la vulgarité gratuite ou le piège de la nudité à outrance.
Bref, Little Deaths est une expérience à tenter.
Geoffrey Claustriaux
A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Alcatraz
Alcatraz a déjà été la figure de proue du monde cinématographique. On songe notamment à Rock, Meurtre à Alcatraz ou L'évadé d'Alcatraz pour ne citer que les plus connus. Hormis des séries telles que Prison break ou Oz, l'univers carcéral est assez peu usité à la télévision. Aussi, le mariage de la célèbre prison sur un support qui permet une certaine largesse (surtout sur la longueur...
Last Son : La Malédiction, The
Chez les Furlong, les hommes sont sujets à un étrange héritage qui change de génération en génération. Le grand-père devient aveugle pendant 37 minutes lorsqu'il songe au sexe. Le père dérègle les appareils mécaniques et électroniques quand le stress monte. Mais pour James, le dernier de la lignée, cette curiosité est une véritable malédiction. À chaque fois qu'il subit une violence quelconque (...
The Monster Project
Sans sombrer dans l’euphémisme, le found-footage est un genre parsemé de déclinaisons inégales qui, bien souvent, ont tendance à le niveler par le bas, parfois au point de le décrédibiliser. Du côté des occurrences notables dotées d’un budget très modeste, on peut évoquer Grave Encounters ou, dans un autre exercice de style, Noroï: The Curse et The Poughkeepsie Tapes . À l’...
Black Christmas
Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante ). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans...
Flesh for the Beast
Le cinéma horrifique est un cinéma novateur, bourré d'idées plus ou moins bonnes. Parfois, il y a des films qui sortent du lot amlgré un manque de budget flagrant, parce qu'ils sont juste maîtrisés ou parce que le scénario est vraiment extraordinaire. Mais parfois, on tombe sur des immondices réalisés avec trois sous et une caméra de chez Lidl. C'est le cas de ce Flesh for the beast (de la chair...