Voir la fiche complète du film : Night Monster (Ford Beebe - 1942)

Night Monster

Une modeste production des années 1940 qui présente un potentiel prometteur, mais se délite dans ses influences et le mélange des genres. La légèreté du ton côtoie une intrigue policière confuse et une atmosphère d’épouvante guère angoissante. Le scénario demeure prévisible à tel point que le récit ne s’embarrasse guère d’un dénouement incluant l’ensemble des survivants. Un huis clos terne et opportuniste au regard de la présence usurpée de Bela Lugosi.
Publié le 1 Février 2021 par Dante_1984Voir la fiche de Night Monster
5

Encore auréolées du succès des films de monstres au début des années 1940, les productions hollywoodiennes s’essayent à de nouvelles pistes d’exploration en matière de frissons cinématographiques. À l’époque, le thème de la maison hantée est généralement tourné en dérision avec des comédies pseudo-horrifiques. Idée reçue que l’on entretient ou délaisse à travers des huis clos plus ou moins probants. Dans un traitement sérieux, on songe à La Maison de la mort, tandis que le second degré est de rigueur avec One Body Too Many. Entre mystères, meurtres et confrontations sociales délictuelles, ces ingrédients sont souvent repris pour réaliser ce type d’incursion.

 

Vous avez demandé le croque-mort ? Ne quittez pas...

C’est notamment le cas avec Night Monster qui officie davantage dans le registre du policier que de l’épouvante. Certes, le cadre renvoie à cette dernière occurrence. La sinistre demeure, sa décoration et son architecture présagent déjà du cinéma gothique dans les années à venir. L’isolement à proximité d’un bois et de marécages n’est pas non plus étranger à une atmosphère lugubre, bien que dénuée de toute sensation oppressante. On joue également sur le côté irrationnel de l’affaire avec la présence d’un conseiller « spirituel » indien et ses pouvoirs. De là à distinguer l’autopersuasion à de réelles capacités parapsychiques, il est un écart que le scénario ne s’embarrasse guère de combler ou d’expliciter.

Dès lors, la suite de disparitions puis de meurtres s’ancre davantage vers le fameux « whodunit ». Une liste de suspects parmi les invités, des mobiles et des motivations plausibles, des jeux de pistes qui se perdent dans les passages dissimulés et les méandres labyrinthiques de la propriété… Tous les ingrédients sont réunis pour poursuivre des investigations censées faire la lumière sur les crimes et les évènements dont ils sont la résultante. Tout semble réuni pour fournir une modeste distraction, mais globalement sympathique. Pourtant, cette production, qui a difficilement excédé la dizaine de jours de tournage, souffre de nombreux écueils et maladresses, tant dans le fond que dans la forme.

 

Une drôle de demande en mariage !

Les principales faiblesses sont d’ordre scénaristique. On compte plusieurs incohérences et approximations ; a fortiori lorsqu’on prend connaissance de la teneur des faits. Certains éléments sont purement factuels et relèvent du détail, tandis que d’autres sont plus embarrassants. Pour ces derniers, cela révèle d’une négligence évidente quant à la maîtrise de l’écriture et au déroulement de l’histoire elle-même. Malgré ces considérations plus tortueuses que nécessaire, la clef du mystère reste assez simple à trouver, même si pour cela il faut y inclure une part d’irrationalité, un rien farfelu au sortir du mobile et des moyens avancés.

À une progression somme toute brouillonne et alambiquée s’ajoute une mise en scène basique. L’exploration des lieux ne retranscrit guère l’ambiance ou les émotions que le spectateur est censé ressentir à la découverte de pièces poussiéreuses ou de sombres corridors. Il en ressort une sensation d’artificialité qui laisse à penser à une succession de décors de fond théâtraux. Les panneaux s’enchaînent sans que la caméra puisse capter l’essence du cadre ou y insuffler une âme. À noter que les protagonistes souffrent d’une caractérisation perfectible, presque caricaturale. Le parcours laborieux de Bela Lugosi débouche sur un rôle de second plan qui ne bénéficie même pas d’un épilogue.

 

Qui a fait le coup ?

Au final, Night Monster est un film qui ne parvient pas à instaurer des choix artistiques clairement définis. Entre policier et épouvante, le film de Ford Beebe atermoie et fait preuve d’inconstance quant au registre pseudo-comique de son entreprise. Certes, on n’atteint pas le degré farfelu de One Body Too Many, mais les trop nombreuses errances narratives et les personnages campés sans grande conviction concourent à entretenir une impression mitigée. On ne parlera pas de sentiment d’inachevé, mais d’une négligence manifeste des scénaristes et producteurs, eu égard aux faibles moyens déployés. Il en ressort un huis clos guère oppressant, une « comédie » pas foncièrement drôle et une itération policière maladroite. En somme, un métrage qui se contente de réaliser la moitié du travail dans tout ce qu’il entreprend.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

A Cadaver Christmas
Un temps délaissé dans les affres du bis, les films Grindhouse ont connu un regain d’intérêt ces dernières années, notamment avec le diptyque de Quentin Tarantino et de Robert Rodriguez. Depuis, quelques incursions ont vu le jour. La plus percutante et célèbre d’entre elles étant Machete . Toutefois, certaines productions sont complètement passées inaperçues. En cause, un budget...
Eyeborgs
Il me faut être honnête : lorsque l'on reçoit, pour chroniquer, un film qui s'appelle Eyeborgs , que la jaquette cherche à en mettre plein la vue avec son robot belliqueux sur fond de carnage, que l'acteur principal est Adrian Paul (la série télé Highlander ) et que le réalisateur est un illustre inconnu qui n'a accouché que de deux autres film dont le piteux Python (haha!),...
Jack Brooks : Tueur de Monstres
Comment résister à un film intitulé Jack Brooks: Tueur de Monstres avec, en tête d'affiche, ce bon vieux Robert Englund et dont la jaquette proclame, je cite: "Quand Super Mario rencontre Evil Dead !". Impossible, pour l'amateur de série B en quête de divertissement facile, de passer à côté. Alors quand, en plus, cette même jaquette a le bon goût d'être très attrayante, il...
Sharknado 2
Quand on touche au survival animalier, on découvre davantage d’étrons indigestes plutôt que de véritables pépites. Des producteurs peu scrupuleux tels que SyFy ou Asylum ont tôt fait de dénaturer le genre popularisé par les Dents de la mer pour en faire des «trucs» où l’absurde côtoie des abysses de stupidités insondables. Avec Sharknado , l’on se dit qu’on atteint le summum de la débilité...
Poltergeist
Quatrième long-métrage tourné par Tobe Hooper pour le cinéma, Poltergeist représente un sommet dans la carrière du réalisateur de Massacre à la tronçonneuse . Produit et scénarisé par Steven Spielberg, Poltergeist marque une certaine rupture de ton avec les précédents films de son réalisateur, tout en restant dans le registre de l’horreur et de l’épouvante. L’action se déroule dans une banlieue...