Voir la fiche complète du film : Sulfures: Don't Let Him In (Kelly Smith - 2011)

Sulfures: Don't Let Him In

Afin de se mettre au vert quelques jours, un riche héritier accepte d'accompagner une jeune femme à la campagne. Le film possède quelques atouts non négligeables. Toutefois, on ne conservera pas un souvenir impérissable de ce week-end en pleine campagne anglaise.
Publié le 30 Octobre 2011 par GORE MANIACVoir la fiche de Sulfures: Don't Let Him In
4
Tueur en série Forêt

**Attention, cette chronique contient des spoilers**.

Afin de se mettre au vert quelques jours, un riche héritier accepte d'accompagner une jeune femme, connue la veille, le frère de cette dernière et sa fiancée, à la campagne, le temps d'un week-end censé être reposant.
Tandis que la population locale évoque avec crainte un tueur en série sévissant dans les bois, le quatuor découvre un homme blessé grièvement aux alentours du chalet, le soir de leur arrivée.

Le cinéma de genre reprend depuis quelques années du poil de la bête outre-Manche. Sulfures possède une touche so british facilement identifiable dès les premières minutes de ce métrage. La campagne anglaise est en effet le théâtre de ce huis clos sanglant, dont le sujet peut faire penser, dans une certaine mesure, à la trame des Dix Petits Nègres d'Agatha Christie.

Davantage tourné vers le suspense que vers l'épouvante pure, Sulfures tente de brouiller les pistes, en s'attachant à orienter nos suspicions à l'encontre de ce financier désagréable et malhonnête.

Il est toutefois difficile de compatir à la peine qu'éprouve sa conquête d'un soir, potiche écervelée au sourire plus effroyable que les meurtres du tueur des bois. On préfèrera sans nul doute l'autre couple, ainsi que l'auto-stoppeur, blessé près du chalet.
Il faut tout de même admettre que le rythme reste assez nonchalant alors qu'on atteint déjà le milieu de ce film assez court (moins de 80 minutes).

La seconde partie s'accélère néanmoins, les meurtres se succédant à vive allure. Et alors que l'on pense à une possible échappatoire pour les survivants, Kelly Smith (également co-scénariste de son premier long-métrage), rebooste le film en lançant son tueur des bois dans l'intrigue.

En effet, hormis lors de la scène d'introduction et celle de la bohémienne, celui-ci reste en retrait et n'est pas un maillon essentiel de l'histoire. Seul l'endroit où l'on retrouve les cadavres (mutilés, ils sont attachés aux arbres en différentes parties distinctes) présente une marque de fabrique marquante chez ce tueur.

Bien interprété, ce dernier est principalement singulier à cause de l'ambiguïté de sa personnalité.
On regrette une étude psychologique à peine entamée alors que l'histoire pouvait développer les traits de caractère des différents protagonistes, afin de les pousser avec plus d'audace dans leurs derniers retranchements.

Ce sentiment d'esquisse ne fera que se renforcer au fil des minutes, jusqu'à un dénouement qui aurait mérité meilleur sort. Presque expédié, il n'apporte pas forcément l'aspect brutal et radical recherché par le metteur en scène, même si sa rudesse augmente l'aspect authentique de Sulfures.

Au final, on sort avec un sentiment plutôt mitigé à la vision de ce métrage.

Certes, le film possède quelques atouts non négligeables : interprétation sérieuse (le personnage de Tristan est d'emblée antipathique à souhait), mise en scène soignée et concise.
Toutefois, on ne conservera pas un souvenir impérissable de ce week-end en pleine campagne anglaise, la faute à une sensation de déjà vu, à une photographie sommaire (évoquant certains téléfilms vieillots des années 80), et à une impression d'inachevé, au regard d'un épilogue qui n'a rien de transcendant.
Dommage, car avec un peu plus de moyens et de soin apporté à quelques détails, Sulfures aurait sans doute retenu davantage l'intention de certains cinéphiles.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Helix
Malgré leur taille microscopique, les virus s’arrangent toujours pour menacer la planète entière. Thème récurrent dans les films catastrophe, ils alimentent avec constance les grands et petits écrans. Citons rapidement l’éphémère Burning zone ou le classique de Michael Crichton: La menace Andromède . Alors, quand Ronald D. Moore, amateur de science-fiction ( Star Trek, Battlestar galactica ), s’...
Tron : L'Héritage
Sam Flynn découvre l’ancienne cachette de son père, brillant informaticien disparu il y a de cela une vingtaine d’années. Il réussit à entrer dans le programme créé par Kevin, mais il va se rendre compte que ce monde virtuel est sous le joug d’un dénommé Clu qui n’a d’autre aspirations que de parvenir à rejoindre la réalité. Il aura fallu presque trente ans pour qu’une suite du cultissime Tron...
Dark Side
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Ethan, un journaliste divorcé, est harcelé par son propriétaire véreux, qui souhaite raser son immeuble. Un soir, deux hommes tentent d'entrer chez lui par effraction. Acteur britannique abonné aux seconds rôles, Cary Elwes avait changé de registre avec le premier épisode de la série des Saw , en 2004, s'ouvrant une seconde partie de carrière...
Balada triste
Dès son plus jeune âge, Javier s'est vu confronté à la guerre civile qui a ravagé son pays et sa famille. Il en garde un souvenir amer et ne semble pas trouver le bonheur. Trente-cinq ans plus tard, il est embauché dans un cirque itinérant en tant que clown triste. Néanmoins, Sergio, le clown marrant, est un homme violent et impulsif qui tient sous son joug la troupe. C'était sans compter que...
Brynhildr in the Darkness
Avec Elfen Lied , chef d’œuvre incontesté, Lynn Okamoto offrait à l’animation japonaise l’une de ses plus sombres et poignantes histoires. Une petite dizaine d’années plus tard, son successeur connaît également une adaptation télévisée. Sans être une suite directe, il est facile d’y déceler la patte graphique et les thèmes exploités par le mangaka. Si Elfen Lied...