Voir la fiche complète du film : Pandorum (Christian Alvart - 2009)

Pandorum

Un film de SF classieux et stylisé, mais un peu brouillon et manquant d'une pointe de suspense...
Publié le 4 Décembre 2010 par GeoffreyVoir la fiche de Pandorum
8

Un film qui serait un croisement d'Alien, d'Event Horizon, de la Machine à Explorer le Temps et de The Descent, ça vous dit? Si la réponse est oui, alors peut-être devriez-vous jeter un oeil sur Pandorum.


Faut pas l'énerver...

Deux astronautes. le Lieutenant Payton et le Caporal Bower se réveillent dans leur gigantesque vaisseau spatial après un long séjour en hyper-sommeil. Désorientés et plongés dans le noir. ils ne se souviennent ni de leurs identités ni de leur mission. Les seuls sons qui leur parviennent sont des vibrations provenant du coeur du vaisseau. Le Caporal Bower part en exploration et ne tarde pas à découvrir que le vaisseau est habité par des survivants, lesquels sont poursuivis par d'étranges créatures...


Complètement givré...

On ne compte le nombre de fois où Le Alien de Ridley Scott a été copié/pompé/cloné, généralement avec des résultats peu concluants. Produit par l’équipe de Resident Evil (Paul W. Anderson, Jeremy Bolt et Robert Kulzer), Pandorum se présente de prime abord comme un énième erzatz du chef d'oeuvre de Ridley Scott. A tort puisque les deux films n'ont, au final, que peu de choses en commun.

Pandorum est le genre de film qui accroche avant même que le générique n'apparaisse à l'écran. Les affiches, superbes, donnent l'eau à la bouche, de même que le résumé de l'intrigue ou les visuels. Tout le problème est que si le film s'avère décevant, les critiques négatives seront proportionnelles à l'attente qu'il avait généré.
Dans le cas de Pandorum, heureusement pour lui, ses qualités ont fait qu'il a évité le lynchage public mais ses défauts l'ont empêché de remporter un franc succès. Voyons cela en détails et commençons par les points positifs.

Tout d'abord, le plus évident: sa beauté plastique.
Malgré un budget d'à peine 33 millions de dollars (tout est relatif), Christian Alvart a su tirer le meilleur de ses décors et de ses maquettes pour offrir au spectateur un intérieur de vaisseau délabré très crédible et qui flatte la rétine. Certaines salles sont impressionnantes et jamais on a l'impression de voir un film tourné en studio.
On pourra par contre mégoter sur un léger abus de gros plans, lesquels soulignent les limites du budget, mais dans l'ensemble, il n'y a pas beaucoup de défauts à signaler au niveau visuel car en plus de la beauté du vaisseau, les créatures ont un look très sympa et les accessoires futuristes sont bien pensés.


Des affiches qui ont de la gueule.

C'est au niveau du rythme que le film pêche un peu. Car si le scénario est très bon, avec un concept général alléchant, il présente un coté brouillon parfois gênant, renforcé par une réalisation stylisée mais manquant d'une pointe de suspense. Elle ne parvient que trop rarement à nous faire ressentir l'enfermement des personnages et le danger permanent qui plane sur leur tête. De plus, les enjeux tardent à se dessiner puisqu'il faudra attendre une petite heure pour que les contours de l'intrigue prennent forme. De plus, le mystère entourant l'origine des créatures est rapidement éventé, pour peu que l'on soit un adepte des films de SF (Les néophytes ne devraient donc pas être perturbés par ce point).

Le vaisseau, comme dans Event Horizon, est présenté comme un endroit dangereux et presque vivant, où tout peut arriver, à n'importe quel moment. Le souci, comme évoqué ci-dessus, c'est que la sensation d'enfermement et de claustrophobie peine à voir le jour, tant le vaisseau est grand. Du coup, le réalisateur a choisi d'alterner les séquences entre des couloirs plongés dans la pénombre et des salles un peu plus larges, avec un résultat parfois inégal.
Aussi étrange que cela puisse paraître, certains passages (principalement les assauts de créatures) font penser à The Descent, mais dans un environnement de métal. Malheureusement, ces attaques sont souvent illisibles à cause d’un montage très cut qui ne laisse pas le temps au spectateur de comprendre l'action. C'est d'autant plus dommage que les maquillages sont crédibles et assez originaux, pour ce qu'on peut en voir.
Tout ceci participe au fait que le film présente quelques longueurs et qu'amputé d'une petite dizaine de minutes, il aurait sans doute pu être bien plus trépidant, à l'image du twist final, réussi car relativement imprévisible.


Ne vous y trompez pas, nous sommes toujours dans l'espace...

A coté de ces quelques défauts, les qualités du film font malgré tout qu'il ne méritait pas la dégelée qu'il s'est pris au Box-Office US (à peine plus de dix millions de dollars). Les acteurs sont bons (Ben Foster en tête) et l'envie de faire un film de SF intelligent, au lieu d'une succession de scènettes pétaradantes, est bien là. C'est suffisamment rare pour être salué.
Espérons que l'on revoie le réalisateur Allemand dans un avenir proche, aux commandes d'un scénario un poil plus maîtrisé et avec une réalisation peut-être moins lêchée, mais plus prenante.

Pour la petite histoire, sachez que le terme "Pandorum", tel qu'il est décrit dans le film, désigne une maladie psychologique pouvant atteindre les membres d'équipage d'un vaisseau spatial, que l'isolement a rendu paranoïaques. Ceci peut évidemment engendrer des conséquences désastreuses...

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Detention
Il y a parfois des films qui sont injustement boudés dans les salles obscures, voire même privés de projection pour diverses raisons plus ou moins fallacieuses. Du coup, et c'est de plus en plus fréquent, en fouillant dans les sorties en direct to vidéo, on trouve des petits bijoux, des films indépendants bandants, ou même des pépites inventives et totalement loufoques. C'est le cas avec ce...
Slice
À Bangkok, un serial killer sévit dans les rues les plus sordides de la ville. Il abandonne les cadavres atrocement mutilés de ses victimes dans une valise rouge. Devant le manque d’indices et son impuissance à arrêter le tueur, la police décide de relâcher un prisonnier pour l’aider dans son enquête. S’il permet la résolution de ses meurtres, il sera à nouveau libre. Kongkiat...
Don't Open Till Christmas
** Attention, cette critique contient des spoilers.** A l'approche des fêtes de Noël, Scotland Yard est en état d'alerte. Dans les rues de Londres, chaque nuit, un tueur masqué s'attaque à tous les Santa Claus qu'il croise, les tuant sauvagement à l'aide d'armes blanches. Période heureuse et bienfaitrice, en règle générale propice aux films pour la jeunesse, Noël a aussi...
Byzantium
** Attention, cette critique contient des spoilers.** Une jeune fille et sa mère sont contraintes de fuir régulièrement, poursuivies par les membres d'un groupe visiblement très influent. Discret depuis plusieurs années, le cinéaste irlandais Neil Jordan retrouve l'univers vampirique, près de vingt après Entretien avec un Vampire . Privilégiant sans conteste la fable sociale et humaniste aux...
Les Démons du Maïs 4: La Moisson
La saga des Children of the Corn est un exemple, que dis-je, un cas d'école dans ce qu'on appelle généralement les films d'exploitation "direct-to-video". Si aujourd'hui, ces métrages bon marché garnissent généralement les bacs à soldes des grandes surfaces ou font le bonheur des chaînes câblées telles que SyFy (le remake du premier film de la saga a d'ailleurs été...