Voir la fiche complète du film : Spiders (Tibor Takács - 2013)

Spiders

Des effets spéciaux miteux au service d'un nanar que SyFy n'aurait pas renié. Très mauvais !
Publié le 15 Septembre 2013 par AqMEVoir la fiche de Spiders
2
Araignée
Le film d'horreur doit être un grand huit de l'âme pour paraphraser Guillermo Del Toro. En ce sens, les thèmes abordés font appel à nos craintes et nos peurs les plus profondes pour susciter diverses émotions que l'on ne retrouve pas dans d'autres genres. Alors bien entendu, nombre de thèmes ont été traités avec plus ou moins de succès, que ce soit notre peur des clowns, de perdre un être cher, ou encore les bestioles en tout genre, du serpent en passant par le rat ou le requin. Pas besoin de citer de films, les exemples fourmillent sur toute la toile.

S'il y en a un qui connaît bien les bestioles qui font peur, c'est bien Tibor Takacs. Alors dit comme cela, ce réalisateur ne vous dit peut-être rien et pourtant, il a fait une vingtaine de films, dont la plupart traitent de la peur des animaux. Il a entre autres réalisé Rats, Kraken : le Monstre des Profondeurs, Megasnake, Ice Spiders ou encore Spiders 3D qui nous préoccupe aujourd'hui. Bien entendu, il s'agit là d'un gros nanar, mais y a-t-il quelque chose à prendre tout de même dans ce métrage ? Allons voir cela de plus près… mais pas trop parce que les araignées sont assez agressives !


Des effets spéciaux crédibles !

Le scénario de ce film est relativement absurde. La première image est un vaisseau spatial à la dérive avec des cosmonautes morts à l'intérieur et des araignées qui se trimballent de partout. Ensuite, on rencontre notre héros, un chef d'équipe pour aiguiller le métro new-yorkais. Puis survint une explosion qui bouche une rame du métro. Une équipe descend et se fait attaquer par des araignées. L'armée prend les choses en main et on découvre que tout cela était une expérience pour créer une espèce hybride d'araignée à la soie si dense que l'on pourrait fabriquer des protections pour tous les soldats. Malheureusement, les araignées grandissent de façon exponentielle et la reine ne va pas tarder à montrer le bout de son nez. Voilà le genre de pitch stupide que propose Spiders. Alors bien entendu, on sait à quoi s'attendre avec ce genre de production, mais certains films sont assez réussis dans le genre, comme Arac Attack par exemple et qui pourtant commence à dater.

Mais on peut aisément passer outre le scénario du film et là, c'est aussi la douche froide. L'ambiance est digne d'un nanar sans être de luxe. Les décors sont tous sans intérêts, notamment les égouts et la pièce où logent les araignées qui ne comportent rien, hormis des animations dégueulasses et des vieilles toiles d'araignées que l'on peut trouver dans un magasin du coin lors d'Halloween. Du côté des personnages, c'est aussi très mauvais, aucun, que ce soit du côté des gentils ou des méchants, ne possède un quelconque charisme. On passera aussi sur la menace arachnide qui ne fait aucune différence entre les humains et le discours faussement politique qui montre que l'armée ne sont que des fascistes en quête de profit et de guerre. C'est bas de plafonds et déjà vu. Tout comme l'incapacité des humains à se mettre ensemble pour combattre une menace.


Attention, mémé attaque !

L'autre défaut du métrage, c'est aussi son casting. Et pourtant, s'il y en a bien un qui est habitué à chasser de l'arachnide, c'est Patrick Muldoon. Déjà vu dans Starship Troopers, il a subi une descente aux enfers par la suite, le forçant à jouer dans des nanars dégueulasses comme Bad Karma ou bien Spiders. Alors je pense que ce n'est pas lui qui manque de charisme, mais véritablement son personnage, sans épaisseur et reprenant tous les poncifs du héros avec son ex-femme qu'il aime encore et sa fille qu'il ne voit pas souvent à cause de son métier. Bref, tout cela n'est pas génial et demeure même affreusement cliché. D'autant plus qu'il ne joue pas très bien dans ce film, employant la phrase la mieux employée : c'est n'importe quoi !

À ses côtés, on retrouve bien évidemment une petite bombe qui est son ex-femme, mais qui deviendra sa nouvelle femme en la présence de Christa Campbell mais qui reste transparente (et puis on ne voit pas ses seins). Il reste la fille du héros qui demeure sympathique, mais qui sera le maillon faible de l'histoire comme à chaque fois dans ce genre de récit. Enfin, on peut parler du grand méchant, un chef d'armée aussi charismatique qu'un présentateur de TF1 et qui ne marquera pas les esprits. On peut aussi parler rapidement des araignées, toutes en CGI absolument infect. Les déplacements sont affreux, tout comme le design et je ne parle même pas de la reine, gigantesque, mais qui ressemble à une vieille araignée en fin de vie. Les quelques meurtres commis çà et là par les araignées sont tous identiques et on ne trouvera aucune originalité là-dedans. Bref, c'est très mauvais !

Au final, Spiders est vraiment mauvais et nous ressert tous les poncifs du genre araignées et gros insectes. Rien de neuf à l'horizon, le film est même servi par des effets spéciaux miteux et des acteurs peu enclins à faire du bon boulot. Pas de doute, nous sommes face à un nanar que SyFy n'aurait pas renié et qui montre que faire un film crédible avec de grosses bêtes est très difficile.

Autres critiques

Feast 2
Non, Feast 2 : Sloppy Seconds n'est pas un film à caractère pornographique où un petit chien noir et blanc s'en prendrait plein l'arrière-train. Il s'agit ici de la suite d'un film d'horreur qui a partagé le public, j'ai nommé Feast . Dans ce film, on dit adieu à Ben Affleck et Matt Damon pour la production et quand des gens quittent le navire, ce n'est jamais bon...
Timber Falls
Pour son premier film d'horreur, le réalisateur Tony Giglio s'est attaqué à un genre très prisé, voire surexploité: le Survival. Forestier dans le cas de Timber Falls . Pour ce faire, le réalisateur s'est muni de son petit livre "Le Survival pour les Nuls" afin de respecter le cahier des charges inhérent au genre. Le film ressemble donc à une succession de clins d'oeil...
Killer Mountain - Les Roches Maudites
Au vu de sa filmographie, Sheldon Wilson apprécie particulièrement le survival animalier, comme le démontre Kaw ou Carny . Des métrages modestes, perfectibles par leur moyen, qui réussissent néanmoins à se distinguer de la masse putride des DTV et autres ignominies inhérentes au genre. À l’évocation du réalisateur, on s’attend donc à un traitement relativement honnête compte tenu du...
Zombillenium
Occupés par une majorité de productions américaines, les films d’animation qui sortent sur grand écran aiment de temps à autre rendre un hommage au cinéma de genre. Ainsi, on concilie deux publics où les histoires sont parsemées de références en pagaille. Monstres contre Aliens, Monster House, L’étrange pouvoir de Norman ou encore Hôtel Transylvanie ... Autant d’exemples...
The Dinosaur Project
Qui a dit que le film de dinosaures était mort ? Les deux suites à Jurassic Park en deçà — pourtant très appréciées de votre humble serviteur — des attentes ? Ou la tentative de reboot/sequel Jurassic World , véritable déminage au box-office, mais flingué par-ci par-là par la critique ? Non, impossible, inconcevable. Rien n’atteindra la candeur de ces êtres surdimensionnés, pas...