Voir la fiche complète du film : Stripped Naked (Lee Demarbre - 2009)

Stripped Naked

Un thriller anecdotique mais sympathique...
Publié le 7 Août 2010 par GeoffreyVoir la fiche de Stripped Naked
6

Lorsque Cassie danseuse exotique tombe sur une transaction de drogue qui tourne mal : elle vole l'argent et la drogue pensant qu'elle a maintenant les fonds nécessaires pour réaliser son rêve et aller reconstruire une nouvelle vie à Paris. Mais attendre trois jours pour obtenir son passeport s'avère plus difficile qu’elle le pensait quand tout le monde qu'elle connaît : son ex-petit ami, son patron toxicomane, sa colocataire lesbienne, et le propriétaire légitime de l'argent décident de se lancer dans l'action. Mais Cassie est prête à enjamber tous les corps qui se mettront sur son passage...


Rêve Cassie, rêve...

Réalisé par Lee Demarbre, solide artisan qui nous a déjà offert Smash cut, Stripped naked est un thriller en apparence banal. Toutefois, il va prendre une orientation légèrement différente de ce qu'on pouvait en attendre pour nous offrir une intrigue diabolique réservant quelques surprises.

En effet, pour une fois, l'héroïne malchanceuse ne subit pas les évènements (du moins pas en totalité) mais les provoque par sa volonté de récupérer le magot à tout prix. Ce parti-pris est sympathique et donnera lieu à quelques séquences sortant de l'ordinaire. Je pense notamment à la manière dont elle va mépriser Jade, son amie de longue date, ainsi qu'aux scènes où elle manipule ses proches comme des pions. Cassie nous est ainsi présentée comme une sale garce égoïste et manipulatrice, prête à toutes les bassesses pour réaliser ses rêves. Bref, une vraie anti-héroïne, bien incarnée par la jolie Sarah Allen.

Il faut dire que le monde dans lequel elle évolue est loin d'être rose. Elle est strip-teaseuse dans un club minable, son petit ami est un con fini et elle n'a aucune perspective d'avenir. Personne ne pourrait la blâmer pour ses envies de changement.
Toutefois, ses méthodes laissent un peu à désirer.


Tu vas parler oui?!

Qui dit club de strip-tease, dit évidemment strip-tease. Sous-entendu au cinéma : profusion de "plan-nichons". Pourtant, le réalisateur ne s'attardera pas trop sur les généreuses poitrines des actrices mais va en profiter pour illustrer toute une galerie de personnages plus vrais que nature qui vont graviter autour de Cassie.
En parallèle à la présentation des "gentils", l'intrigue nous montre les pérégrinations d'un homme de main à la solde d'un mafieux, lequel cherche à récupérer la drogue et l'argent se trouvant dans la voiture que Cassie a volée. S'en suit une espèce de vaudeville morbide où l'argent va changer de mains et les personnages se croiser sans cesse, parfois par hasard.

Cet aspect vaudeville du scénario est sans doute son plus gros point faible car même si les circonstances sont encore crédibles (le patron va chez son employée pour trouver la drogue qu'elle lui a promis, mais il tombe sur le tueur), l'ensemble paraît un peu facile et téléphoné. A part quelques surprises telles que la cruauté envers les personnages principaux, il n'y a rien qui fasse tomber le spectateur de sa chaîse. Heureusement que le personnage principal est une vraie garce, cela relève l'intérêt général du film.

Précisons aussi que la réalisation de Lee Demarbre est de bon niveau et ne fait pas trop "téléfilm".


Allez bande de coquins, voici l'un des rares plan-nichons...

Stripped Naked est donc un thriller sympathique mais un peu anecdotique à cause d'un scénario facile et relativement convenu. La jolie Sarah Allen mérite toutefois le coup d'oeil et son personnage apporte un vrai plus à l'ensemble.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Häxan - La sorcellerie à travers les âges
Au même titre que le vampire, la sorcière est une figure emblématique du cinéma de genre. Tour à tour tournée en dérision dans des comédies familiales, objet de répulsion pour certains films d’horreur, représentation glamour à travers des récits romanesques plus ou moins contemporains... Le sujet a été exploité sous toutes ses formes, quitte parfois à perdre de vue son origine historique et...
Amityville 4
Malgré la présence de Richard Fleischer à la réalisation, Amityville 3D se révélait un échec critique et commercial. Une histoire aussi simpliste qu’éculée, un traitement maladroit, une ambiance angoissante remisée au strict minimum… C’était sans compter le potentiel de la franchise qui s’ouvre désormais au marché du DTV ou, pour l’époque, des téléfilms à...
Trailer Park of Terror
On a tous des références. Dire le contraire serait mentir, car on a tous en tête des histoires faisant références à des films, des livres, voir même à des musiques qui nous parlent. Et bien souvent, quand on réalise un film ou que l'on écrit un livre, on a plusieurs auteurs ou réalisateurs en mémoire, en référence, et parfois même quelques films dont on s'inspire plus ou moins librement...
Zombies Anonymous
Diable, voilà longtemps qu'un film de zombies ne nous avait pas offert un pitch aussi excitant! Je ne parle ici que du pitch de départ et pas du résultat final, car il faut bien reconnaître que ces dernières années ont été d'une grande qualité pour les productions estampillées "Zombies". Mais jugez plutôt: " Depuis peu, les morts reviennent à la vie, en pleine possession de leurs capacités. La...
Gallowwalker
Ce sont dans les mélanges de genre que l'on trouve les meilleures idées ou tout du moins les plus osées. Mai s'il y a bien un genre qui n'est pas très sujet aux mélanges, c'est bien le western. Certes, il peut explorer certains thèmes, comme la vengeance, le drame ou encore l'action, mais il rentre peu dans le fantastique ou dans l'horreur. Vorace de feu Antonia Bird en est un excellent exemple,...