Voir la fiche complète du film : La Nuit de la grande chaleur (Terence Fisher - 1967)

La Nuit de la grande chaleur

Sur fond d’une invasion extraterrestre silencieuse, La Nuit de la grande chaleur essaye d’imposer une atmosphère suffocante avec peu de moyens. Le résultat s’avère en demi-teinte et plutôt discret dans le domaine de la science-fiction. La faute à un scénario sommaire et un rythme timoré qui privilégie l’inertie de la situation à une menace latente progressive. Sans grande originalité ni éclat, le film de Terence Fisher s’avance surtout comme un hommage aux productions SF des années 1950 du même acabit.
Publié le 5 Avril 2020 par Dante_1984Voir la fiche de La Nuit de la grande chaleur
6
Extra-Terrestre Ecrivain

Dans les années 1950 et 1960, la science-fiction se focalise surtout sur le sujet de l’invasion extraterrestre. Majoritairement catégoriser dans le domaine des séries B, cette vague de productions met en avant les grandes peurs sociétales de l’époque. Guerre nucléaire, anticommunisme et, par extension, rejet de l’étranger. Des inquiétudes plus ou moins flagrantes qui trouvent en la présence d’une espèce hostile venue d’un autre monde, une subtile analogie. Avec La Nuit de la grande chaleur, on demeure dans des sujets de préoccupation similaires dont les influences vont des Envahisseurs de la planète rouge à L’Invasion des profanateurs de sépulture.

 

Il est vrai que le scénario du présent métrage semble cousu de fils blancs. Le propos est clair et ne laisse que peu de place à la surprise. Ce manque d’originalité fait directement écho à une carence budgétaire flagrante. Preuve en est avec une restriction volontaire du cadre à une poignée de lieux-clefs sur l’île qui rappellent, en de nombreuses circonstances, un huis clos. On songe aussi à ces plans rapprochés, censés masquer un budget et une décoration malingres. Cependant, l’expérience de Terence Fisher réussit généralement à dissimuler l’aspect fauché de son métrage par une mise en scène parfaitement adaptée à cette problématique, à défaut de la résoudre.

En revanche, il est difficile de faire l’impasse sur l’indigence des effets spéciaux qui, fort heureusement, ne surviennent qu’au moment du dénouement. À voir le design des extraterrestres, il aurait été de bon ton de poursuivre le traitement sous l’angle de la suggestion… En cela, le réalisateur use d’astuces simples et néanmoins efficaces. Cela tient essentiellement à ces sons lancinants, voire obsédants, qui présagent de la proximité d’un représentant extraterrestre et de sa dangerosité. Dans un ordre d’idées similaire et toutefois moins percutant, le changement de colorisation de l’image suffit à présenter le trépas des victimes. Basique et suranné, mais correct, compte tenu du contexte.

 

Le constat est un peu plus nuancé pour retranscrire une canicule d’autant plus improbable qu’elle survient en dehors de la saison estivale. Pour ce faire, les acteurs portent des vêtements auréolés de sueur ou complètement trempés, tandis que les femmes se dévêtissent progressivement. D’ailleurs, la connotation scabreuse du titre n’a pas échappé au distributeur français qui a saccagé le film avec l’ajout de scènes érotiques pour toucher un public différent. Il n’y a qu’à voir l’affiche de l’époque et le cliché de la pomme en corrélation avec la femme pour prendre conscience de l’étendue des dégâts. Autre point « amusant », le tournage s’est réalisé dans des conditions glaciales au sens propre.

Afin de souligner l’atmosphère étouffante des lieux, les personnages principaux et secondaires se contentent de haleter en répétant « Il fait chaud ! » ou « Quelle chaleur ! ». Au lieu d’imposer de telles considérations sommaires, il aurait été plus inspiré de privilégier certaines thématiques à peine esquissées. Comme évoqué plus haut, on distingue quelques allusions à la peur d’une attaque atomique de la part d’une nation ennemie. On peut même apprécier un rapprochement intéressant avec la dangerosité des technologies, ainsi qu’un processus de terraformation plutôt bien senti pour justifier la canicule. Cependant, cela reste trop évasif pour véritablement convaincre et en faire des points prépondérants de l’intrigue.

 

Au final, La Nuit de la grande chaleur demeure un film de science-fiction mineur qui prévaut surtout pour la présence de Peter Cushing et de Christopher Lee à l’écran. On salue aussi Terence Fisher derrière la caméra qui réalise de véritables prouesses pour dissimuler cahin-caha l’indigence de son budget. Il en ressort une histoire assez prévisible qui atténue l’absence de surprises par une ambiance toujours plus oppressante, et ce, en dépit de certaines ficelles grossières. À défaut de fournir un récit foncièrement anxiogène, Terence Fisher s’en sort avec les honneurs face aux velléités des producteurs. Une œuvre modeste et peu ambitieuse qui aura subi les affres de producteurs et de distributeurs peu scrupuleux.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Dragonball : Evolution
Dire que cette adaptation live du manga culte d’ Akira Toriyama s’est faite désirer est un doux euphémisme. En effet, cela faisait presque une dizaine d'années que des rumeurs couraient sur un possible long métrage et que des légions de fans s’excitaient à la moindre image "fake" débarquant sur le net. L’annonce officielle par la FOX de la mise en chantier du projet a donc logiquement attisé l’...
Alfred Hitchcock Présente
*Attention, cette critique contient quelques spoilers.* Le maître du suspense, Alfred Hitchcock en personne, présente une série d'histoires macabres et singulières, ayant souvent pour thème central le meurtre. De 1955 à 1962, la série Alfred Hitchcock Présente proposa plus de 250 épisodes, d'une trentaine de minutes chacun, réunissant de nombreuses stars, devant et derrière la caméra. A l...
Stranger things
Les années 1980 auront été particulièrement prolifiques et inventives dans le domaine cinématographique. Quelques-unes des plus grandes figures horrifiques y ont vu le jour (Freddy, Jason...) tandis que des réalisateurs comme Spielberg avaient les coudées franches pour les projets qu’ils estimaient particulièrement intéressants. En ce sens, cette décennie reflète une certaine insouciance que le...
Epic : La bataille du royaume secret
Initiateur de la lucrative franchise L'âge de glace, Chris Wedge s'était fait plutôt rare dans le domaine de la réalisation depuis le moins bon Robots (qui date de 2005). Quelques doublages et productions plus tard, le cinéaste revient derrière la caméra avec Epic, sorte de croisement entre Arrietty et 1001 pattes. On le sait, il est très dur pour des studios de se faire une place dans le...
Space Battleship : L'Ultime Espoir
En France, Leiji Matsumoto est synonyme d' Albator et des dérivés de son univers. Normal, tant les aventures du corsaire de l'espace ont marqué une génération. C'est cependant loin d'être la seule œuvre majeure de M. Matsumoto et j'en veux pour preuve l'épopée du Yamato qui compte de nombreux films et séries. Cette saga, injustement méconnue chez nous, mérite pourtant le détour et le film de...