Voir la fiche complète du film : Terreur dans l'Arctique (Terry Ingram - 2011)

Terreur dans l'Arctique

En dépit d’un traitement relativement fluide et un cadre intéressant à explorer, ce survival animalier souffre d’un scénario anémique affublé d’incohérences en pagaille. Il s’en dégage un certain sens de l’absurdité permanente entretenu par des situations dépourvues de logique.
Publié le 24 Mars 2018 par Dante_1984Voir la fiche de Terreur dans l'Arctique
3
Camion

Quand on s’attaque au survival animalier, on peut choisir de créer sa propre bestiole, de reprendre un animal existant ou une espèce disparue. Parfois, l’amalgame de ces éléments donne lieu à quelques aberrations tant biologiques que cinématographiques. Aussi, le fait de se cantonner à une ligne directrice plutôt claire relève déjà de l’exploit. Cela sans compter les multiples obstacles qui se dressent devant les limites d’un genre qui ont tôt fait de le décrédibiliser depuis maintes années. Un cadre inattendu et un traitement un tant soit peu sérieux ne peuvent qu’aider à fournir un métrage prévisible et néanmoins correct. Enfin, presque...

Cours toujours, tu m'intéresses...

Grand habitué des productions de seconde zone, Terry Ingram a réalisé par le passé quelques navets pour SyFy dont le pathétique Phantom Racer. Au vu du niveau, on peut donc craindre le pire pour ce Ice Road Terror dont l’appellation résonne comme un mauvais tour de manège qui vire à la catastrophe. Et, en un sens, on ne peut l’infirmer. Si le pitch initial prête à sourire, l’entame vue du point de vue des routiers n’est pas forcément déplaisante. Le fait de mettre sur le devant de la scène ces convois de l’extrême a le mérite de sortir du cadre de simples reality-show. D’ailleurs, une partie de l’intrigue use de cette contrainte avant et pendant les attaques de la bête pour mieux justifier le propos.

Il y a bien quelques aberrations, comme l’épaisseur de la glace du lac, mais l’ensemble se laisse suivre sans déplaisir dans un environnement à l’hostilité toute naturelle. Le bât blesse autre part. À commencer par l’origine de la bestiole. D’une part, un lézard préhistorique qui surgit d’une mine diamantifère après une explosion a de quoi amuser. D’autre part, les scénaristes auraient dû se renseigner à minima avant de baptiser leur créature «Prédateur X».Ce pliosaure, qui ferait passer le grand requin blanc pour une crevette, est en réalité un animal aquatique. Au-delà des problèmes purement pratiques, comme la physionomie ou la taille, le cadre ne correspond absolument pas.

Un face-à-face sanglant !

Dès lors, on tente de rattraper le coup avec une légende locale qui, au lieu d’atténuer la bêtise initiale, l’aggrave. À la rigueur, le reptile évoque un dragon de Komodo version XXL, la peau pixellisée et les mouvements raides en sus. Car il faut bien reconnaître que SyFy excelle en monstres mal digitalisés. Et ce n’est pas la succession de lieux qui change grand-chose à la débâcle. Néanmoins, un modeste effort a été fourni pour ne pas se cantonner à un cadre unique. Le site de la mine, le lac glacé, le chalet au cœur de la forêt montagneuse... Pourtant, cette variété appréciable n’est guère mise en valeur. Les scénaristes ayant préféré se concentrer sur les nombreuses absurdités qui en découlent.

Là encore, les aptitudes du lézard sont contradictoires et farfelues. Outre le simple fait qu’il semble se téléporter à des endroits opportuns, il révèle une force exceptionnelle pour venir à bout d’une maison, mais pas d’un amas de palettes. Quant à sa plongée en apnée sous le lac, elle trahit une fois de plus le traitement négligé dont il a pâti. Toutefois, la décision de se cantonner à une seule créature (si improbable soit-elle) et à une progression linéaire atténue à minima la médiocrité de l’ensemble. La part humoristique au ras des pâquerettes est également moins prépondérante qu’à l’accoutumée, ce qui limite les dégâts dans une certaine mesure.

Sur la glace ensoleillée...

Au final, Ice Road Terror est un survival animalier plus que dispensable. Malgré quelques idées qui resteront au stade des intentions, il en découle un mauvais film qui fait peu de cas de la véritable nature de son monstre. Si cela n’est pas forcément le propos, un minimum de réalisme aurait pu amoindrir la somme des incohérences et autres stupidités que l’on peut relever çà et là. Les sorties de route sont nombreuses et certaines situations tiennent plus du gag que d’un danger imminent. À ce titre, la fuite de la mine et le saut entre deux camions sont aussi saugrenus qu’improbables. Exception faite d’une ambiance un peu plus timorée que d’habitude, l’ensemble n’en demeure pas moins une pénible odyssée sauvage dans le Grand Nord.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

My Amityville Horror
Tout semble avoir été dit sur le 112 Ocean Avenue. Du massacre des DeFeo à la fuite soudaine de la famille Lutz, Hollywood a surexploité le sujet jusqu’à en dénaturer les faits réels. Entre les objets possédés et autres manifestations paranormales, on nous a servi un peu tout et n’importe quoi. Bien que non dénué de reproches, le remake avait au moins le mérite de revenir aux origines...
Doom
La saga Doom est connue de tous les fans de jeux vidéo pour avoir popularisé tout un genre : le FPS (First Person Shooter). Certes, il y avait bien Wolfenstein , mais Doom était tellement novateur et supérieur à son aîné de seulement un an qu'on lui donna son nom pour caractériser les jeux de tirs à la première personne, soit "Doom-like". Des couloirs labyrinthiques, des beuglements...
Skinwalkers
Selon une ancienne légende navajo, un enfant fêtant son treizième anniversaire durant une lune rouge pourrait rompre la malédiction des Skinwalkers , créatures humaines se changeant en lycanthropes les nuits de pleine lune. Après une période de vache maigre, le loup-garou est revenu sur le devant de la scène par le biais de la saga Underworld . Depuis, le lycan tente tant bien que mal de suivre...
Urban cannibals - The Ghouls
Pour tourner un film, il faut quatre choses très précises : l'envie (l'envie de faire quelque chose de bien, de fort et de narrer une histoire prenante et originale), le talent (Certains réalisateurs se font remarquer dès le premier court-métrage comme Neill Blomkamp), des acteurs (difficile d'être crédible si l'on fait jouer ses potes ou sans un rôle principal charismatique) et...
La Stratégie Ender
Adapté du formidable roman d' Orson Scott Card , la Stratégie Ender narre la trajectoire peu commune d'un apprenti soldat malmené par ses camarades : le jeune et surdoué Ender Wiggin, considéré comme une mauviette à cause de sa frêle constitution alors qu'il a, en réalité, du mal à refréner ses accès de violence. On pouvait craindre qu'une telle histoire, passée à la moulinette...