Voir la fiche complète du film : Le Dieu d'osier (Robin Hardy - 1973)

The wicker man - Le dieu d'osier

À travers une atmosphère mystérieuse et un discours sur la religion assurément réfléchi, Robin Hardy signe une œuvre culte et audacieuse sur le paganisme. Un bijou cinématographique inclassable.
Publié le 4 Juin 2017 par Dante_1984Voir la fiche de Le Dieu d'osier
9

Il est difficile de définir ce qui fait une œuvre culte. Est-ce le temps ? Son atmosphère par trop particulière ? Le contexte dans lequel elle est née ? À moins qu’il ne s’agisse d’une association de ces talents pour fournir une histoire subtile et engagée ? Toujours est-il que The Wicker Man demeure aujourd’hui un film à part dont la (re)découverte justifie bien des spéculations sur le rapport de l’homme à la religion, notamment sa crédulité ou son aveuglement. Plus de quarante ans après sa sortie, le métrage de Robin Hardy n’a rien perdu de son étrangeté, de cette singulière mise en scène qui expose les vicissitudes d’une communauté isolée.

Sacrée ménagerie !

Et c’est sans doute l’impossibilité d’ancrer The Wicker Man dans un genre précis qu’il déstabilise le spectateur. S’il s’arroge les codes d’une enquête policière, on y distingue une multitude d’influences et d’éléments propres au fantastique, à l’érotisme, à l’horreur, à la comédie musicale et, dans une certaine mesure, au documentaire. Ce mélange hétéroclite instaure une ambiance peu commune, voire unique. Oppressante, décalée, délétère... Les adjectifs ne manquent pas pour définir cette succession d’impressions, de ressentis qui égrènent chaque séquence. De plus, cette évolution s’accorde avec une progression narrative mesurée et parfaitement maîtrisée.

Pourtant, ce climat d’étrangeté s’appuie sur une trame relativement simple. On part d’une disparition d’enfant pour mieux dépeindre l’environnement, ses mœurs, ses traditions et surtout ses croyances. Car la grande force du film est de développer une fascinante analyse des religions. Ici, l’on retrouve tous les codes qui régissent de tels mouvements. Le référent ou leader, un besoin (l’espoir), la crédulité des masses et une base historiquepour étayer les propos. Si le paganisme avait déjà été l’objet de transpositions cinématographiques, The Wicker Man demeure le plus marquant, notamment par sa confrontation avec le christianisme.

Il serait préférable de ne pas demander un coup de main...

L’intégration d’un point de vue extérieur (le sergent Howie) apporte une sorte d’anormalité dans ce qui est considéré par la majorité comme parfaitement ordinaire et naturel. L’intolérance de l’un, la commisération des autres. Le pragmatisme froid d’un enquêteur opposé à l’illogisme. La raison face aux superstitions. Le clivage progresse sensiblement vers le point de non-retour et, en cela, l’intrigue se veut plus complexe qu’escomptée, notamment dans ce qu’elle implique dans sa finalité. Une question de foi et non de certitudes, même si la frontière entre ces deux concepts est beaucoup plus confuse qu’il n’y paraît.

Un peu comme certains indices soigneusement dissimulés qui prennent une signification différente une fois la conclusion révélée. Qu’il s’agisse de notions celtiques, druidiques ou plus généralement païennes, la symbolique religieuse reste prépondérante tout au long du métrage. Les mégalithes, les rituels et les costumes concourent à remplir ce creuset multiréférentiel. On pourrait même y distinguer quelques allusions au culte de Mithra (dans sa connotation initiatique et mystérieuse) et aux mythologies polythéistes, comme celle de l’Égypte Antique. On sent une documentation particulièrement dense et non ostensible au moment du visionnage.

Un accueil chaleureux au propre, comme au figuré !

Au final, The Wicker Man est une œuvre intemporelle, aussi étrange que profonde. À travers un discours fascinant sur les religions et les cultes païens, Robin Hardy signe un métrage anticonformiste que seul le cinéma indépendant est en mesure de produire. L’amalgame des genres et des croyances (sans sombrer dans le syncrétisme), les comportements décalés et l’aura paranoïaque qui s’en dégage n’ont rien perdu de leur force. De plus, la confrontation entre un Edward Woodward rigoriste au possible et un Christopher Lee à l’élégance toute libertine, nuance une intrigue qui gagne en finesse au cours de sa progression. Plus qu’une valeur sûre, un incunable du septième art.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Subspecies
En Roumanie, trois étudiantes en histoire passent quelques semaines dans un ancien couvent afin d'y découvrir les coutumes locales. Mais elles ignorent qu'un vampire a élu domicile dans les ruines d'un mystérieux château. Lorsque la firme Full Moon s'intéresse au vampirisme, on a droit à une série B folklorique mais authentique, première étape d'une des plus célèbres...
Zombeavers
Il est des productions que l’on sait d’avance ratées ou destinées à public amateur de nanars et autres navets. Avec les films catastrophe, le survival animalier est les porte-étendard le plus malmené. Ce n’est pas parce que l’on évoque des sujets plus irréalistes que crédibles, qu’il faut en faire n’importe quoi. Même un pitch complètement idiot, on peut...
Conan
L'annonce d'un énième remake proposant de remettre « au goût du jour » (une vilaine expression) un chef d'oeuvre cinématographique, c'est un peu comme les mauvaises herbes qui poussent et repoussent dans votre jardin. On peut décider de les ignorer, les enlever, mais elles ne cessent de proliférer à notre insu quoique l'on fasse. Toutefois, il est des réalisateurs...
Dagmar : L'Âme des vikings
Toutes les modes passent, certaines étant plus persistantes que d'autres. En ce moment, le Viking est à la mode. Cela vient sûrement du fait que voir des hommes torse nu, plein de tatouages et avec une bonne grosse hache dans les mains fait fantasmer un nombre d'ados faramineux ou plus vraisemblablement du succès mérité de la première saison de Vikings , ou encore de cette faculté de se...
Escape from Cannibal Farm
Suite à une série de mésaventures, une famille lambda se voit contrainte de demander l’asile dans une ferme reculée où vivent des rednecks sanguinaires, à tendance débile. Derrière ce synopsis, matière propice à un bon torture-porn/survival sans prétention, se dissimule un scénario un peu tiré par les cheveux rendant le tout indigeste. « On va cacher le fait qu’on n’a pas...