Voir la fiche complète du film : Welcome to the Jungle (Jonathan Hensleigh - 2007)

Welcome to the Jungle

Un film au potentiel certain mais qui est plombé par des personnages antipathiques au possible. Grosse déception!
Publié le 1 Janvier 2008 par GeoffreyVoir la fiche de Welcome to the Jungle
4
Cannibales Jungle

Depuis quelques temps, une nouvelle vague des films shootés à l'épaule façon documentaire nous submerge. Cloverfield, [REC] et Diary of the Dead sont autant d’exemple de cet engouement pour le faux-documentaire.

Welcome to the Jungle s'inscrit dans cette lignée et nous présente donc un film monté en vue subjective, via une caméra que les héros portent chacun à leur tour, et traite de cannibales. Si cela vous rappelle quelque chose c'est tout à fait normal puisque le film de Jonathan Hensleigh se veut une « réactualisation » officieuse du grand classique du cinéma gore italien : le cultissime Cannibal Holocaust...


N'y voyez rien de sexuel!!

Deux couples jeunes et intrépides se mettent en tête de quitter les paradisiaques îles Fidji pour partir en Nouvelle-Guinée, à la recherche de Michael Rockefeller, fils du milliardaire disparu en 1961. Arrivés sur place, ils remontent sa trace jusqu'au profond de la jungle indonésienne, là où vivent encore de mystérieuses tribus de guerriers cannibales...


"Ils n'ont pas l'air amicaux!" Dira l'une des filles...

Tout d’abord, un petit mot sur le réalisateur. Jusqu'ici Jonathan Hensleigh était surtout connu pour avoir été le scénariste de plusieurs blockbusters tels qu'Armaggedon, Jumanji ou Die Hard 3: une journée en enfer. En 2004, pour sa première réalisation, il s'était mis en tête d'adapter le célèbre Punisher et le film qui en avait résulté se distinguait par un manque notable de violence graphique à l’écran alors que le sujet s’y prêtait tout de même assez bien (rappelons que le Punisher n’est pas vraiment connu pour faire dans la dentelle).

Et bien dans Welcome to the Jungle, c’est un peu la même chose. On ne verra finalement que très peu de choses. Quelques furtifs morceaux de barbaque en pleine nuit à peine éclairés par une lampe-torche et une femme empalée par la bouche. Pour un film « gore », c’est beaucoup trop peu. Surtout que ces moments de boucherie tant attendus sont la principale source d’intérêt et de raison d’être du film, parce que ce n’est pas avec l’histoire téléphonée et les quatre imbéciles qui nous servent de héros que l’on a envie de rester devant son écran.


L'un des plans les plus gores du film. (Sans rire!)

Le scénario donc, est déjà bancal à la base. Quatre jeunes gens, qui se connaissent à peine, décident de partir à l’autre bout du monde, dans un des pays les plus dangereux de la planète, à la recherche de quelqu’un qui a disparu depuis quarante ans dans une région cannibale. Franchement, personne ne ferait un truc comme ça pendant ses vacances ! Ils ne doivent vraiment pas tenir à la vie car c’est carrément du suicide de tenter une aventure pareille, encore plus lorsqu’on ne connait pas ses coéquipiers !

Autre incohérence, cette fois inhérente au genre même du film, les héros ne lâchent jamais leur caméra, même quand la situation exigerait qu’ils fuient en courant. Par exemple, quand ils retrouvent leur copine empalée et suspendue, la premère réaction du mec c’est « vas-y filme-la ». Mais c’est vrai que s’ils ne faisaient pas ça, on ne verrait rien. Donc passons.

Quelques dialogues valent par contre le détour avec notamment l'extraordinaire réplique "Mais que s'est-il passé?!" quand la brune découvre son pote dont les jambes et les bras ont été coupé par les cannibales! Ce n'est pas du Audiard, mais ça fait tout de même son petit effet.


Nos quatre andouilles et leur guide "Que ne faut-il surtout pas faire pour rester en vie"

En fait, le plus gros problème du film, ce n’est pas tellement son manque de gore qui aurait pu être pallié par une tension permanente, mais bien le fait que cette dernière ne soit présente à aucun moment. Les personnages sont tellement antipathiques qu’on ne souhaite qu’une chose, les voir mourir dans d’atroces souffrances. Aucune angoisse n’étreint donc le spectateur à l’idée qu’ils sont en danger et du coup, on se retrouve très frustrés quand ils se font massacrer mais qu’on n’en voit pas la moindre goutte de sang.

Les "héros" du film sont des têtes à claques peu crédibles qui font absolument tout ce qu’il faut pour ne pas rester en vie. Deux d’entre eux ne pensent qu’à boire, baiser et se promener comme au Club Med alors qu’ils sont en plein territoire cannibale tandis que l’autre couple s’aventure dans la forêt au lieu de fuir par la rivière alors qu’ils sont entourés par les mangeurs de chair humaine.


Bigre! On croirait presque que le film est violent!

Tout ceci est fort dommage car l’aspect documentaire est assez bien rendu et aurait pu donner lieu à quelques séquences barbares d’anthologie. A la place, on se retrouve avec quatre crétins qui passent leur temps à se disputer au lieu d’essayer de survivre et des cannibales trop peu présents à l’écran.

Bref, une grosse déception par rapport à ce qu'on pouvait en attendre! Cannibal Holocaust a encore de beaux jours devant lui avant de se trouver un digne successeur.
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

En eaux troubles
Vouloir produire un film de requins à l’heure actuelle peut relever du suicide artistique si l’on souhaite s’engouffrer dans la brèche abyssale laissée par Asylum, SyFy et consorts. Hormis Instinct de survie et 47 Meters Down , peu de bobines se sont révélées intéressantes ces cinq dernières années. En ce sens, une sortie sur grand écran est tout aussi surprenante qu’...
L'exorcisme de Hannah Grace
Que l’on parle d’exorcisme ou de possession, le sujet fait les beaux jours du cinéma de genre depuis les années1970. En marge de la saga de William Friedkin, les productions se sont essayées à de nombreuses itérations avec un résultat plus ou moins convaincant. Sous forme de found footage ( The Devil Inside , Le dernier exorcisme ...) ou de métrages classiques ( Possédée , L’...
Ghost Rider : L'esprit de Vengeance
Le retour du Rider avec sa grosse moto enflammée et sa tête de carbonisé pas frais, vous l'attendiez avec impatience, hein, bande petits coquins ? Comment ça, non ? Je vois ce que c'est, vous pensez encore à Mark Steven Johnson ... mais rassurez-vous, braves gens, le réalisateur du premier opus n'est plus de la partie. A la place, vous aurez droit aux deux barjots derrière les Hyper Tension ...
L'Effet Papillon 2
Mais pourquoi diable les producteurs ont-ils choisi de faire une suite Direct-to-video à l'excellent Effet Papillon alors que ce dernier avait rencontré un énorme succès, tant public que critique? Une décision d'autant plus incompréhensible que la fin du premier film telle qu'elle apparaissait dans le Director's cut n'ouvrait pas la porte à une suite et que pour obtenir une...
The Turning
À l’instar d’autres fleurons gothiques de la littérature anglo-saxonne, Le Tour d’écrou est un récit qui a été adapté à maintes reprises dont la plus célèbre itération demeure Les Innocents . Le métrage de Jack Clayton s’est notamment distingué par son ambiance exceptionnelle et l’appropriation de l’ambiguïté qui définissait la nouvelle d’Henry James...