Voir la fiche complète du film : 28 Semaines Plus Tard (Juan Carlos Fresnadillo - 2007)

28 Semaines Plus Tard

Près de six mois après la catastrophe, la vie a repris le dessus à Londres, et l'armée aide à la reconstruction. La suite du film événement de Danny Boyle, avec Robert Carlyle en tête d'affiche.
Publié le 1 Janvier 2008 par GORE MANIACVoir la fiche de 28 Semaines Plus Tard
6
Zombie Virus
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.**

Plus de six mois après la fin de la propagation d'un virus mortel, Londres commence à revivre. Don (Robert Carlyle), unique survivant d'une effroyable attaque qui a coûté la vie à sa femme et à ses amis, retrouve ses deux enfants, Tammy et Andy, dans une ville en reconstruction, gérée par des instances militaires internationales. Quatre ans après l'apocalyptique 28 Jours Plus Tard, le virus a été maîtrisé et 28 Semaines Plus Tard nous dévoile l'après-catastrophe et une tentative de retour à la normale. Danny Boyle cède sa place derrière la caméra au réalisateur ibérique Juan Carlos Fresnadillo(Intacto), qui privilégie la densité psychologique de ses personnages, tout en restant dans la philosophie narrative du premier segment, à savoir sombre et pessimiste.

La scène initiale, d'une intensité dramatique remarquable, est un pont reliant à merveille les deux métrages, dont le principal lien réside dans la présence au générique de l'acteur fétiche de Boyle, Robert Carlyle, qui campe un héros atypique, à mille lieux des standards en la matière. Barricadés dans une petite maison perdue dans la campagne anglaise, Don, sa femme et des amis sont victimes d'une invasion soudaine de contaminés au cours de laquelle Don abandonnera sa femme au profit de sa propre sauvegarde, démonstration cynique d'un retour à l'instinct primaire de l'être humain redevenu la proie, et non le traqueur. Cette scène, brutale, filmée au taquet et dotée d'effets spéciaux réussis, est un point de départ époustouflant, transformant l'unique survivant de ce drame le héros méprisable de cette suite, sarcasme anti-hollywoodien bien senti.

C'est dans ce climat oppressant que Fresnadillo nous présente les autres protagonistes de ce métrage, changeant rapidement d'atmosphère, à notre plus grand désarroi. Car les lenteurs sont plus nombreuses à mesure que le cinéaste dépeind les états d'âme, les espoirs et les craintes des héros, jusqu'au moment où la vengeance prendra forme dans les yeux vairons de l'épouse de Don, atteinte du virus mais immunisée. Après une scène gore de toute beauté, à l'issue de laquelle le virus reprend le dessus, Don, infecté à son tour, devient le leader du renouveau zombiesque à travers une chasse grandeur nature entre contaminés et survivants (civils et militaires) dans les rues d'un Londres à nouveau à feu et à sang. Possibles porteurs d'un antivirus, les enfants deviennent l'enjeu de cette lutte. Dès lors, le film s'oriente différemment, Fresnadillo optant pour un film d'action peu original, flinguant à tout va dans la lignée d'un Resident Evil, lorgnant vers l'hommage appuyé aux oeuvres de Romero (les militaires du Jour des Morts-Vivants, l'hélicoptère comme moyen de survie cher au cinéaste de Zombie), oubliant complètement la moindre notion réaliste pour l'épisode de décapitation de morts-vivants par le biais d'un...hélicoptère. Le militaire baroudeur au grand coeur n'est pas non plus très proche du prologue et c'est là que le bât blesse principalement.

En effet, au fur et à mesure, le film louche vers un style assez brouillon et impersonnel, assez éloigné de l'état d'esprit du film de Boyle, davantage travaillé et troublant. le style de Fresnadillo s'effrite en fait au fur et à mesure du film, l'épilogue offrant surtout une suite possible (à Paris probablement) d'une série qui pouvait s'arrêter au film initial. En somme, 28 Semaines Plus Tard, bon film de zombies composé de quelques scènes efficaces (surtout le prologue et celle des retrouvailles entre Don et sa femme), n'arrive pas, sur la distance, à rivaliser avec son illustre modèle. Néanmoins, il offre une vision intéressante d'un contexte émotionnel dans lequel baigne les survivants assez rarement mis en avant avec une telle précision.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Histeria
Attention cette critique peut contenir des spoilers Depuis 1998 et The Ring , les films de fantômes asiatiques ont déferlé comme un tsunami sur nos écrans. C'est ainsi que les filles aux longs cheveux, Gamins blancs (ou bleus c'est selon) et une foule d'esprits nés du folklore local ont fait frissonner des millions de spectateurs. Il faut croire que le public asiatique ne lasse pas de ces...
Texhnolyze
Au coeoeur même de la Terre, la ville de Lux est gangrénée par le crime et la violence. Ichise, jeune boxeur mutilé, erre dans ce dédale en quête d'une vengeance dont il ne connaît pas les conséquences. C'est alors qu'il rencontre Ran, une fille capable de voir l'avenir. Mais la révolte gronde au sein de Lux, sans compter les luttes entre gangs rivaux qui menacent de briser une...
Clownhouse
Alors que les années 1980 touchent à leur fin, le cinéma d’horreur est particulièrement hanté par les boogeymans et autres psychopathes issus des slashers. Sous-genre en perte de vitesse à l’époque, ce dernier reste la principale base de travail de Clownhouse , même s’il n’officie pas vraiment dans ce style. Comme son titre l’indique, le premier métrage de Victor...
Batman et Red Hood : Sous le masque rouge
Un film Batman est toujours un événement, et puisque les long-métrages live sont plus difficiles et plus longs à mettre sur pied, DC Comics se tourne depuis quelques temps vers l'animation pour raconter les aventures du Chevalier Noir. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la qualité est au rendez-vous. Superman/Batman: Ennemis publics , Batman Vs. Dracula , Superman/Batman:...
TV Show
Attention, cette critique contient des spoilers. Pour les besoins d'une expérience scientifique très bien rémunérée, dix personnes de divers horizons acceptent d'être enfermés durant une semaine dans un bunker, filmés 24 heures sur 24. Très vite, ils se rendent compte qu'ils doivent respecter certaines règles, sous peine d'être "éliminés" ! Avec le succès fulgurant de Ring et autres Dark Water ,...