Voir la fiche complète du film : Arachnid (Jack Sholder - 2001)

Arachnid

Une petite série B assez insipide qui ne mérite pas spécialement que l'on s'y attarde, même si vous aimez les films avec des grosses araignées...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Arachnid
4
Araignée

Les araignées et le cinéma, c'est une histoire qui ne date pas d'hier ! On pourrait remonter au Tarantula de Jack Arnold, en passant par le Tarantulas : Cargo de la Mort de Stuart Hagmann, ou encore L'Horrible Invasion et, plus récemment, Arac Attack, Arachnophobie... C'est vrai qu'une araignée, déjà en taille réelle, c'est pas le genre de bestiole qu'on aime avoir à ses côtés mais alors si vous la grossissez... Bref, de l'or en barre pour rédiger des scénarios teinté de SF et d'horreur avec un bon gros zeste de mutation (au choix : génétique, radioctive...). Produit par la Fantastic Factory de Brian Yuzna, Arachnid joue la carte de l'exotisme et nous entraîne donc à suivre une expédition à caractère scientifique au beau milieu d'une île sur laquelle une araignée ayant subit des mutations traîne ses savates. La suite, pas besoin de vous en dire davantage, vous la connaissez par coeur...

Arachnid a tout de la petite production fauchée : un décor principal unique (la forêt), un casting serré (cinq persos principaux et quelques figurants basta), effets-spéciaux au rabais (une heure d'attente avant de voir l'araignée en "action", images de synthèses péraves) , mise en scène sans âme (on dirait un mauvais téléfilm)... Les dialogues sont inintéressants et plats, les situations convenues et l'on a du mal à rester scotcher à l'écran. Pourtant, le film n'est pas spécialement ennuyeux mais une seule vision est amplement suffisante. Les acteurs font ce qu'ils peuvent pour nous faire croire à une histoire qui ne réserve aucun rebondissement. Le pire c'est que le scénariste, un certain Mark Sevi, n'en était pas à son coup d'essai...

Derrière la caméra, le vétéran Jack Sholder a été en meilleure forme (on se souviendra d'Hidden et, à la rigueur, de Wishmaster 2). Sa mise en scène est bancale et les plans de l'araignée en train de courir en plafond ("glisser" serait un terme plus approprié) sont parmi les plus mauvais plans qu'il m'ait été donné de voir. La musique est aussi vite entendue qu'oubliée. Bref, une petite série B assez anodine sur laquelle il est bien difficile et laborieux de s'étendre plus longtemps.

Autres critiques

Dead Snow
Un groupe d'étudiants en médecine se retrouve dans un petit chalet perdu dans les montagnes afin d'y passer des vacances insouciantes. Non loin de là, d'étranges disparitions s'accumulent. Depuis quelques années, le cinéma scandinave s'exporte plutôt bien, et en particulier le Septième Art norvégien. Après le troublant thriller Next Door et le slasher Cold Prey , voici donc un nouvel exemple de...
Jack Brooks : Tueur de Monstres
Comment résister à un film intitulé Jack Brooks: Tueur de Monstres avec, en tête d'affiche, ce bon vieux Robert Englund et dont la jaquette proclame, je cite: "Quand Super Mario rencontre Evil Dead !". Impossible, pour l'amateur de série B en quête de divertissement facile, de passer à côté. Alors quand, en plus, cette même jaquette a le bon goût d'être très attrayante, il...
Halloween 2
INTRODUCTION « Le cheval blanc symbolise l’instinct, la pureté et la propension du corps physique à libérer des forces émotionnelles puissantes telles que la colère génératrice de chaos et de destruction… » -Extrait de l’inconscient psychique des rêves En 2007 sortait sur les écrans le remake d’ Halloween par Rob Zombie . Attendu avec ferveur, le film ne...
The Monster Project
Sans sombrer dans l’euphémisme, le found-footage est un genre parsemé de déclinaisons inégales qui, bien souvent, ont tendance à le niveler par le bas, parfois au point de le décrédibiliser. Du côté des occurrences notables dotées d’un budget très modeste, on peut évoquer Grave Encounters ou, dans un autre exercice de style, Noroï: The Curse et The Poughkeepsie Tapes . À l’...
Taram et le Chaudron Magique
Film Disney mal-aimé et singulier au sein de la filmographie du studio aux grandes oreilles, Taram et le Chaudron Magique , sorti en 1985, vaut pourtant bien mieux que sa désastreuse réputation le laisse supposer. Déjà, c'est un spectacle étonnament adulte pour un Disney, mais en outre, il constitue l'une des rares tentatives de sortir du carcan des "films musicaux pour toute la...