Voir la fiche complète du film : Arachnid (Jack Sholder - 2001)

Arachnid

Une petite série B assez insipide qui ne mérite pas spécialement que l'on s'y attarde, même si vous aimez les films avec des grosses araignées...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Arachnid
4
Araignée

Les araignées et le cinéma, c'est une histoire qui ne date pas d'hier ! On pourrait remonter au Tarantula de Jack Arnold, en passant par le Tarantulas : Cargo de la Mort de Stuart Hagmann, ou encore L'Horrible Invasion et, plus récemment, Arac Attack, Arachnophobie... C'est vrai qu'une araignée, déjà en taille réelle, c'est pas le genre de bestiole qu'on aime avoir à ses côtés mais alors si vous la grossissez... Bref, de l'or en barre pour rédiger des scénarios teinté de SF et d'horreur avec un bon gros zeste de mutation (au choix : génétique, radioctive...). Produit par la Fantastic Factory de Brian Yuzna, Arachnid joue la carte de l'exotisme et nous entraîne donc à suivre une expédition à caractère scientifique au beau milieu d'une île sur laquelle une araignée ayant subit des mutations traîne ses savates. La suite, pas besoin de vous en dire davantage, vous la connaissez par coeur...

Arachnid a tout de la petite production fauchée : un décor principal unique (la forêt), un casting serré (cinq persos principaux et quelques figurants basta), effets-spéciaux au rabais (une heure d'attente avant de voir l'araignée en "action", images de synthèses péraves) , mise en scène sans âme (on dirait un mauvais téléfilm)... Les dialogues sont inintéressants et plats, les situations convenues et l'on a du mal à rester scotcher à l'écran. Pourtant, le film n'est pas spécialement ennuyeux mais une seule vision est amplement suffisante. Les acteurs font ce qu'ils peuvent pour nous faire croire à une histoire qui ne réserve aucun rebondissement. Le pire c'est que le scénariste, un certain Mark Sevi, n'en était pas à son coup d'essai...

Derrière la caméra, le vétéran Jack Sholder a été en meilleure forme (on se souviendra d'Hidden et, à la rigueur, de Wishmaster 2). Sa mise en scène est bancale et les plans de l'araignée en train de courir en plafond ("glisser" serait un terme plus approprié) sont parmi les plus mauvais plans qu'il m'ait été donné de voir. La musique est aussi vite entendue qu'oubliée. Bref, une petite série B assez anodine sur laquelle il est bien difficile et laborieux de s'étendre plus longtemps.

Autres critiques

Halloween 2
En 2007, Rob Zombie nous avait proposé sa vision du grand classique de John Carpenter , Halloween: La nuit des masques . L'exercice n'avait rien de facile puisque le film de Big John est un classique pour une grande majorité des amateurs de films d'horreur. Pourtant, le "jeune" réalisateur qui n'avait alors que deux longs métrages à son actif s'en était sorti avec...
Gretel & Hansel
On ne compte plus les adaptations de contes de fées dont les variations ont donné lieu à des interprétations des plus édulcorées aux plus brutales. Depuis sa publication voilà plus de 200 ans, Hansel & Gretel n’échappe pas à cette réappropriation pour la télévision et le cinéma. Sous forme de films indépendants ou de blockbusters, les différentes productions se sont montrées plus ou...
Psycho Shark
Au même titre que le survival animalier, les films de requins ne sont pas forcément l’apanage du cinéma nippon. Privilégiant les récits horrifiques tournés vers les malédictions et autres spectres belliqueux, l’archipel fait alors preuve d’exotisme en s’immisçant dans le genre. Parfois présenté sous le titre racoleur de Jaws in Japan , Psycho Shark semble pourtant tout...
The Jungle
La première chose qui m'est venu à l'esprit après avoir vu l'image finale de The Jungle a été : mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir raconter sur ce film ? Car si je devais résumer en un mot ce que j'en ai pensé, je dirais nul. Ou chiant. Ou affreux, c'est au choix. Ce résultat est d'autant plus surprenant que le réalisateur et scénariste du film n'est autre que l'Australien Andrew Traucki ,...
Jurassic shark
Quand on touche aux films de requins, particulièrement ceux des années 2010, l’on se dit que le genre nous inflige ce qu’il y a de pire dans le septième art. Certaines productions étant tellement mauvaises qu’elles parviennent à nous laisser croire qu’on ne peut pas faire pire. Sharktopus , Sharknado et autres Sharkenstein en pagailles... Tous ont leurs tares et leur...