Voir la fiche complète du film : Bates Motel (Tucker Gates, Ed Bianchi - 2013)
Critique

Bates Motel - Saison 5

Entre modernisation et respect de l’œuvre de Robert Bloch, Bates Motel se termine sur un très bon a priori. Les écueils du passé sont gommés pour laisser place à un final cohérent dont l’inéluctabilité ne faisait que peu de mystères. Le tout servi par une habile construction faite de suspense et de tensions relationnelles.
Publié le 29 Octobre 2017 par Dante_1984Voir la fiche de Bates Motel
7

Exercice délicat que de conclure une série. Sans compter la réception auprès du public qui permet à la production de perdurer, il est nécessaire de savoir s’arrêter au bon moment afin d’éviter déceptions et qualités initiales bâclées. De plus, l’intrigue doit être l’aboutissement d’autant d’années d’efforts (en l’occurrence, cinq pour Bates Motel) tout en offrant un épilogue crédible. Qui plus est, la présente série s’inspirant du roman de Robert Bloch et du chef d’œuvre d’Hitchcock doit être en mesure de proposer une continuité naturelle. Car, si l’histoire a subi un petit lifting pour être recadrée dans un contexte contemporain, il n’en demeure pas moins qu’elle reste une préquelle à Psychose pour faire la lumière sur le passé de Norman Bates.

No vacancy ?

À quelques exceptions prêtes, la folie de ce dernier a été majoritairement sous-jacente au fil des saisons. Quitte parfois à sombrer dans une trame statique et trop longue, comme au cours de la saison3. Ici, elle atteint son point d’orgue avec un Norman que l’on devine proche de l’interprétation d’Anthony Perkins. Et cela ne vaut pas uniquement pour le physique particulier de Freddie Highmore. On peut saluer la prestation impeccable de l’acteur, mais surtout l’orientation tourmentée que le personnage emprunte. Écartelé entre sa schizophrénie et la possibilité d’une vie «normale». Certes, on s’en est éloigné depuis bien longtemps et, par souci de cohérence, le devenir de Norman Bates ne fait pas l’ombre d’un doute.

Pour autant, quelques éléments subsistent. Afin de mieux se rappeler à lui et aux spectateurs, on songe notamment à sa relation avec son demi-frère. Étant l’origine de sa névrose, celle qu’il entretient avec sa défunte mère prend le pas sur des échanges plus rationnels. L’intrigue met l’accent sur l’aspect psychologique pour monopoliser l’attention, quitte parfois à délaisser une subreptice atmosphère glauque. Là où les autres saisons équilibraient l’importance des protagonistes, développant par la même la mythologie autour du Bates Motel, on comprend que cette ultime incursion se recentre sur l’univers de Norman Bates. Les différents intervenants gravitant tant bien que mal dans son giron.

L'accueil était pourtant chaleureux

Il n’en demeure pas moins que chacun occupe la place qui lui incombe. On pourrait même y voir quelques symboles représentant une facette de la personnalité de Norman. Par exemple, l’asociabilité et la marginalisation chez Chick Hogan. Le pragmatisme et le sens des valeurs avec Alex Romero. D’autres aspects sont plus ou moins flagrants ou subtils. Toujours est-il que chacun d’entre eux trouve ici un épilogue à leur mesure. La cohérence des faits parvient à creuser leur caractère afin de concevoir ce qui leur advient. Cela prévaut pour la trame narrative et pour les événements à venir, ceux-là mêmes qui laissent entrevoir une lueur d’espoir ou de ténèbres sur leur avenir.

Pour cela, ces dix derniers épisodes disposent d’une construction plus maîtrisée qu’auparavant. Un élément qui avait déjà fait l’objet d’améliorations lors de la précédente saison. Ici, la décomposition fait montre de pertinence pour mieux travailler le suspense. La tension s’appuie sur des enjeux qui tiennent davantage des conséquences et non des causes. L’intégralité de la saison s’axe comme une grande conclusion avec, à la clef, des aboutissants sur lesquels on peut enfin mettre un point final. Les scénaristes ne laissent aucune porte ouverte, si ce n’est celle destinée à mener à Psychose. N’en déplaise à quelques libertés prises avec le matériau original en guise de références ou d’éléments pour crédibiliser l’ensemble. Comme certaines victimes de Norman.

Une complicité qui perdure envers et contre tout

Si Bates Motel a pu afficher une image inégale au fil de ses saisons, l’intérêt périclitant à la troisième itération, cette ultime saison rehausse le niveau initié par son prédécesseur. Véritable conclusion qui ne laisse que peu de place aux spéculations, Bates Motel s’achève de fort belle manière. L’histoire écartèle les destins qui ont pu se croiser au bout de cinq ans. Les uns profitant d’un épilogue heureux, les autres... Celui que nous connaissons sous des latitudes différentes. Un dénouement qui survient au bon moment pour faire de Bates Motel une série de qualité, et ce, malgré quelques errances par le passé.

A propos de l'auteur : Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Dôme
En 2009, Stephen King signe l'un de ses plus longs textes avec Le fléau et Ça : Dôme . Un roman-fleuve de près de 1600 pages où l'on suit le quotidien de Chester's Mill, une petite bourgade du Maine, prisonnière d'un dôme invisible et impénétrable. La qualité et le succès du livre n'étant pas vraiment une surprise, il paraissait inévitable pour voir son adaptation télévisée sortir des cartons...
Priest
Dans un avenir proche, un prêtre se met en tête de sauver sa nièce des canines acérées d'une horde de vampires. Après l'imparfait et mésestimé Légion , Scott Stewart poursuit dans le thème de la religion et de la spiritualité avec Priest . Comme son précédent film, Priest pâtit d'une piètre réputation envers son public. Si les suceurs de sang ont subi maints revers depuis quelque temps, il n'en...
REC 3: Genesis
Le territoire ibérique est devenu en très peu de temps le nouveau pays des films d'horreur. La faute, ou plutôt grâce à Jaume Balaguero et son compagnon de caméra Paco Plaza. En effet, en seulement deux ou trois films, les deux compères ont conquis le monde de la terreur et ont rejoint le panthéon des cinéastes à suivre de très près. En effet, après un Fragile de la part de Balaguero, qui montre...
Insidious: Chapter 2
Il est de plus en plus difficile de trouver des artisans de l'horreur. Si dans les années 1980 le genre était assez prolifique, grâce à des réalisateurs comme John Carpenter et son Halloween , mais surtout Sam Raimi avec son Evil Dead , film qui fourmille de détails et d'idées autant sur le plan technique que scénaristique. Les effets numériques ont par la suite un peu tué tous ces...
Zombeavers
Il est des productions que l’on sait d’avance ratées ou destinées à public amateur de nanars et autres navets. Avec les films catastrophe, le survival animalier est les porte-étendard le plus malmené. Ce n’est pas parce que l’on évoque des sujets plus irréalistes que crédibles, qu’il faut en faire n’importe quoi. Même un pitch complètement idiot, on peut...

Sur Horreur.net