Voir la fiche complète du film : Batman (Tim Burton - 1989)

Batman

Tim Burton nous livre sa version du Batman de Bob Kane : univers sombre, héros torturé et bad guy de service dément. A voir.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Batman
8
Clown
Le jeune Bruce Wayne (Michael Keaton) assiste, horrifié, au meurtre de ses parents par un individu qui prend la fuite. Des années plus tard, Bruce Wayne est un milliardaire a qui tout réussi. Pourtant, il vit reclus dans un sombre manoir, rongé par le souvenir tragique de la mort de ses parents. Afin que plus personne ne vive ce qu’il a vécu, il a décidé de consacrer son existence à la lutte contre le crime en devenant une ombre sur les toits de la ville de Gotham City : le justicier Batman, Il va bientôt se retrouver confronté à un ancien membre de la pègre qui, après être tombé dans une cuve de produits chimiques dans une usine, est devenu Le Joker (Jack Nicholson), un homme grimé en clown qui fait régner la terreur à Gotham City…

Tim Burton est un réalisateur « à univers », c’est-à-dire qui travaille beaucoup sur la création ou la transposition d’un univers, d’un monde, à l’écran. Sur Batman, Tim Burton nous offre des visuels impressionnants (il suffit de s’attarder sur les décors mais aussi sur la réalisation et les effets de caméra pour s’en rendre compte). Qu’il s’agisse de la ville de Gotham City, plongée dans une nuit noire (les scènes de jour sont rares) ou de la fameuse « Batcave » de notre héros, tout concourt pour offrir au spectateur un univers très sombre. Un univers qui est à l’image du personnage principal de l’histoire : Bruce Wayne/Batman. Un homme meurtri dans son âme et dans son cœur qui tente de chasser ses démons en combattant le crime. Un personnage au caractère complexe qui ne reflète pas vraiment d’une manière fidèle celui du comics de Bob Kane (dans le comics, il est plus question d’action que d’émotions). Le Bruce Wayne de Burton est en effet quelqu’un de très pessimiste, qui ne se fait plus d’illusions sur son existence et qui est conscient du monde dans lequel il vit, où règne la corruption et le crime…

A la beauté des décors (le manoir, Gotham City, l’église), s’ajoutent la très belle musique du fidèle compositeur de Burton, Danny Elfman. Le thème principal (audible dès l’ouverture du film, lorsque l’on parcours l’intérieur du sigle de batman) est réellement percutant et remarquablement orchestré (on en attendait pas moins de Danny Elfman). Tim Burton sait aussi manier une caméra et il le prouve en réalisant de très beaux plans comme celui, connu, de l’avion de Batman qui transperce littéralement les nuages pour s’aligner sur la lune. C’est beau, mais c’est totalement gratuit. La réalisation est un peu "Tape-à-l’œil" mais à le mérite de maintenir le spectateur scotché à son fauteuil.

Un film intéressant dans la carrière de Tim Burton et qui vaut surtout pour la beauté de ses décors et les prestations remarquables du trio Keaton/Nicholson/Basinger.

Autres critiques

2001 Maniacs
Un groupe de jeunes partis en vacances se retrouvent à Pleasant Valley, une bourgade perdue du sud des États-Unis qui les accueille à bras levés. Mais cette bonne humeur apparente cache un appétit insatiable pour… la chair humaine. Considéré à tort ou à raison comme un film culte, 2000 maniacs avait au moins le mérite d'être le précurseur du cinéma gore. Aussi, le remake voit le jour...
Phantasm
Quand on évoque les grands films d'horreur "à suite" et leur boogeyman charismatique, on pense de suite à des sagas cultes comme Les griffes de la nuit et Freddy Krueger , Vendredi 13 et Jason Voorhees , Halloween et Michael Myers ou encore la série des Chucky . Mais il y a une autre saga, composée de 4 épisodes (paraitrait qu'un cinquième verra le jour dans un avenir incertain...
My Amityville Horror
Tout semble avoir été dit sur le 112 Ocean Avenue. Du massacre des DeFeo à la fuite soudaine de la famille Lutz, Hollywood a surexploité le sujet jusqu’à en dénaturer les faits réels. Entre les objets possédés et autres manifestations paranormales, on nous a servi un peu tout et n’importe quoi. Bien que non dénué de reproches, le remake avait au moins le mérite de revenir aux origines...
Deep Water
Qu’il soit géant ou d’une taille tout à fait normale, le scorpion est un arachnide peu exploité dans le domaine du survival animalier. Hormis de timides (et très dispensables) incursions telles que Stinger , Deadly Stingers ou Scorpius Gigantus , la préférence va clairement du côté des araignées. Sur la base d’une histoire de l’écrivain thaïlandais S. P. Somtow, Deep Water...
Shark week
Le film de requins-tueur et Asylum, c’est une éternelle histoire de désamour. Prônant le grand n’importe quoi et le mauvais goût à outrance, la société de production s’est fait un devoir de massacrer squales et autres prédateurs dans des navets tous plus ignobles les uns que les autres. Pour mettre en boîte pléthore d’immondices cinématographiques, elle a son lot de...