Voir la fiche complète du film : Battlefield Earth : Terre champ de bataille (Roger Christian - 2000)

Battlefield Earth : Terre champ de bataille

Un scénario de SF classique mais bourré de trous béants et mis en images par l'une des pires réalisations jamais vue...
Publié le 1 Janvier 2008 par GeoffreyVoir la fiche de Battlefield Earth : Terre champ de bataille
2
Extra-Terrestre
Adapté d'un roman de L. Ron Hubbard, grand gourou des scientologues, Battlefield Earth nous raconte comment les humains se sont libérés du joug de terribles envahisseurs extra-terrestres: les Psyklos. Le scénario, bien que très classique, aurait pu donner quelque chose de potable mais c'était sans compter sur Roger Christian qui signe avec ce film l'une des pires réalisations jamais vue au cinéma.


Notre sympathique (hum!) héros...

L'histoire donc nous narre les péripéties de Jonnie, un jeune homme qui va s'ériger en meneur d'hommes et en sauveur de l'humanité, rien de moins. Le scénario, bien que comportant des lacunes béantes, était propice à un sympathique film de SF à grand spectacle. Une BD sur grand écran en quelque sorte, comme avait pu l'être Independance Day qui ne brillait pas non plus par l'intelligence de son scénario mais qui était tout de même fort divertissant.

Malheureusement, là où Roland Emmerich parvenait à rythmer son film et à nous embarquer dans l'histoire, Roger Christian échoue lamentablement. Sa réalisation est proprement affreuse. TOUS les plans de Battlefield Earth sont penchés dans un sens où dans l'autre, sans exception ou presque! En résulte tout simplement un film qui donne le mal de mer et que l'on a plus envie de regarder. Que la caméra choisisse des cadrages originaux dans les scènes d'action, pourquoi pas, mais dans des scènes aussi banales que les dialogues, c'est tout bonnement hideux.

Mais ce n'est pas tout! Roger Christian venait apparemment de découvrir la fonction "ralenti" sur son banc de montage et a décidé de nous en mettre partout tout le temps. Un exemple édifiant: au début du film, le héros traverse une vitre. Cette scène nous sera montrée sous cinq ou six angles différents et complètement au ralenti. Inutile de préciser que c'est du ridicule le plus épais!


Une scène d'action...penchée

Le scénario quant à lui, se laisse suivre agréablement mais dès que l'on gratte un peu, ça devient un vrai n'importe quoi. Il se passe beaucoup de choses mais on ne nous en donne jamais l'explication et c'est un peu frustrant. Par exemple, Pourquoi Travolta donne-t-il au héros tout ce qu'il a besoin de savoir pour gagner? Au début, contre qui le héros veut-il aller se battre puisqu'ils ne sont même pas sûrs que les Psyklos existent? Comment le héros a-t-il eu les cartes des USA? On en passe et des meilleurs.

Et comme si tout celà ne suffisait pas, les choix esthétiques du film doivent compter parmi les plus moches du septième art. A l'instar du costume de Halle berry dans le Catwoman de Pitof, comment quelqu'un a-t-il pu croire que l'allure des Psyklos serait crédible et impressionnante à l'écran? Car ces fameux envahisseurs, ils ressemblent à ça:


Remarquez la proémincence de leur entrejambe...

Même avec toute la bonne volonté du monde, chacune de leur apparition provoque soit la consternation, soit un bon gros fou rire. Et les acteurs qui les incarnent ne sont pas en reste. Forrest Whitaker doit sans doute se rendre compte du fiasco dans lequel il joue car il interprète son personnage avec la vivacité d'une endive. A contrario, John Travolta a l'air de beaucoup s'amuser et en profite pour en rajouter des tonnes dans le registre de la grimace. Sa prestation vaut assurément le coup d'œil.
Le héros personnifié par Barry Pepper est lui tellement antipathique qu'on n'a même pas envie qu'il réussisse sa mission, c'est dire.


S'il n'y avait qu'un plan pour résumer la laideur du film, ce serait celui-ci....

Enfin bref, pour résumer, nous avons donc ici un magnifique navet de SF qui fait mal aux yeux et à la tête à cause de sa réalisation penchée et de sa laideur esthétique. A éviter de toute urgence, sauf pour vous marrer un bon coup.
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Poltergeist
Quatrième long-métrage tourné par Tobe Hooper pour le cinéma, Poltergeist représente un sommet dans la carrière du réalisateur de Massacre à la tronçonneuse . Produit et scénarisé par Steven Spielberg, Poltergeist marque une certaine rupture de ton avec les précédents films de son réalisateur, tout en restant dans le registre de l’horreur et de l’épouvante. L’action se déroule dans une banlieue...
Invasion Finale
En cours de transfert durant une tempête de neige, un prisonnier (Bruce Campbell) est victime d'un accident de voitures. Escorté par deux policiers, il échoue dans un petit aéroport privé, complètement isolé, et va découvrir très vite que quelque chose d'anormal est en train de se passer. Depuis les années 50, l'invasion extra-terrestre fait partie des thèmes récurrents en matière de...
Horrible
Un homme d'allure colossale est poursuivi par un prêtre. Blessé, il est transporté en urgence au sein d'un hôpital. Mais son rétablissement est aussi spectaculaire qu'angoissant. Après quelques épisodes érotico-exotiques de la franchise Emanuelle , le réalisateur Joe D'Amato s'est fait une petite réputation dans le monde de l'horreur dès 1979 avec le macabre Blue Holocaust . Sa rencontre avec l'...
Lacérés
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Une famille recomposée compte bien profiter d'un week-end en camping pour se donner une nouvelle chance. Pendant ce temps, un couple se fait attaquer dans des bois environnants par une femme atrocement défigurée. Si Leatherface avait eu une fille, aurait il osé profité de sa célébrité pour permettre à celle-ci d'obtenir un premier rôle...
Sharknado 4 : The 4th Awakens
Pour Asylum et SyFy, sortir un nouvel opus de Sharknado chaque année est devenu une constante. Au fil du temps, on a progressé de l’absurde vers la nullité absolue en passant par différents stades. Incongru, mal fichu, dépouillé d’orgueil, aberrant et inutile, Sharknado essaye avec plus ou moins de brio de s’assumer dans le domaine du nanar de luxe. Une sorte de label qui porte haut et fort les...