Voir la fiche complète du film : Buried Alive : Enterrés Vivants (Robert Kurtzman - 2007)

Buried Alive : Enterrés Vivants

Buried Alive fait partie de ces programmes qu'on oublie aussitôt le générique de fin entamé, ou presque. Mais, de nos jours, il n'est pas toujours bon de faire la fine bouche, alors n'enterrons pas trop vite ce programme.
Publié le 1 Janvier 2008 par GORE MANIACVoir la fiche de Buried Alive : Enterrés Vivants
4
Fantôme Désert

Un étudiant fraîchement renvoyé de la faculté est bien décidé à mettre la main sur un trésor de famille caché dans un ranch perdu en plein désert. Il profite d'un week-end pour y emmener ses amis et dénicher enfin cette cachette, convoitée par le gardien du domaine, un homme solitaire et mystérieux.


Spécialiste des effets spéciaux (il est le co-fondateur de la société KNB EFX, avec Nicotero et Berger), passé derrière la caméra pour mettre en scène Wishmaster, à la fin des années 90, Robert Kurtzman s'était fait quelque peu oublier ensuite, avant de revenir depuis quelques années aux affaires, au sein de petites maisons de production spécialisées dans le DTV (Direct-to-Video), sous-produits de consommation générés pour un public peu regardant sur la qualité.


Buried Alive fait donc partie de ces programmes qu'on oublie aussitôt le générique de fin entamé, ou presque.

 

Doté de restrictions strictes au niveau des personnages (sept rôles seulement) et du décor (une sorte de ranch en guise de terrain de chasse à travers les grands espaces désertiques), ce film mérite d'être clair dès son entame : on ne jettera pas l'argent par les fenêtres !


Le casting est constitué, comme souvent pour ce genre d'oeuvres pour adolescents friands de films d'ambiance, de jeunes comédiens Kleenex, que l'on ne reverra probablement jamais plus, et d'un nom un peu plus vendeur, en l'occurence ici Tobin Bell, alias Jigsaw dans la saga du tueur au puzzle. Ce dernier campe le gardien de la propriété, un homme solitaire, inquiétant et quelque peu dérangé. Rien que le sourire carnassier du bonhomme suffit à nous convaincre de l'intérêt de l'existence de ce film.
A ses côtés, les jeunes comédiens s'en tirent assez bien, la blonde de service offrant à l'ensemble un humour volontaire de bon aloi, ainsi que quelques formes généreuses, pour une fois pas trop masquées par la caméra.


L'histoire du film tente d'évoquer une malédiction indienne, son héroïne fantomatique cheminant toutefois sur les traces des habituelles figures du slasher, utilisant la hache en guide de force de frappe.
Les effets spéciaux, numériques, constituent le point faible majeur de ce film, à l'instar d'Organizm (autre film de cette maison de production). Pourtant, Kurtzman s'y connait en la matière, mais le numérique offre un rendu visuel vraiment peu réaliste, ce qui occasionne plus de rires que de frayeurs (surtout les deux premiers meurtres, qui sont en plus amenés maladroitement par un scénario peu emballant).
Le scénario, assez mince au demeurant, n'est pas relevé par la mise en scène de Kurtzman, assez lente. Les bavardages, au début acceptables, finissent par prendre le pas sur l'action, de sorte que l'on trouvera le temps relativement long entre deux courses dénudées à travers le désert ou l'attaque de serpents.

 

Même si l'idée était tentante, cette malédiction familiale est finalement trop vague et se termine en un fourre-tout ennuyeux, surtout que le scénariste n'évite pas les clichés (adolescents drogués et obsédés, blonde idiote, intellectuel boutonneux, sportif crétin), seul le lien entre le héros et sa cousine, surtout lors de l'épilogue dans la salle de bains, sortant un peu de la norme (mais pour une durée fort limitée).


Dès lors, quel est l'intérêt de voir ce métrage ?


Tout d'abord, même sans être innovant ou effrayant, Buried Alive nous offre un ensemble assez bien construit, disposant de la présence d'un Tobin Bell joueur et mystérieux à souhait. Le final, en outre, sort des sentiers battus, en privilégiant un certain réalisme (beaucoup parleront de pessimisme, mais chacun est en droit de voir son verre à moitié vide ou plein), à défaut du sempiternel happy end des familles.
Ajoutons à cela une bande son rock réussie et de jolies actrices, et on obtient un divertissement aux retombées réduites, certes, mais relativement honnête.


De nos jours, il n'est pas toujours bon de faire la fine bouche, alors n'enterrons pas trop vite ce programme.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

American Horror Story
Un couple qui bat de l'aile déménage à Los Angeles avec leur fille dans une immense demeure. Toutefois, leur joie est de courte durée lorsqu'ils comprennent que le passé du lieu est loin d'être un mauvais souvenir... Après s'être attelé aux travers de la chirurgie esthétique avec Nip/Tuck ou à la comédie musicale au sein d'un lycée ( Glee ), le duo Murphy/Falchuk se penche sur...
Zombie Island Massacre
Avant de commencer toute critique acerbe de ma part, il faut remettre les choses dans leur contexte : Zombie Island Massacre est une production Troma qui date de 1984. Outre le fait que le film ait pris un petit coup de vieux, il est important de faire un petit retour sur Troma. Boîte de production lancée dans les années 70 par un certain Lloyd Kaufman, la Troma, fauchée comme les blés va...
Dredd
Le personnage de Judge Dredd, créé par John Wagner et Carlos Ezquerra, fait sa première apparition dans 2000 A.D, une revue britannique de science-fiction, en 1977. Mais ce n'est qu'en 1990 que le personnage possède sa propre série avec Judge Dredd Magazine. Ce personnage deviendra vite emblématique par sa représentation de la justice et par la violence du propos. L'univers dans lequel évolue le...
Le Fantôme de l'Opéra
**Attention, cette chronique contient des spoilers.** En 1877, à l'Opéra Garnier de Paris, Christine, jeune cantatrice, doublure de la célèbre Carlotta, attire l'attention d'un mystérieux personnage, tandis que d'étranges disparitions ont lieu dans l'établissement. Près de dix ans après Opera , Dario Argento renoue avec un univers musical et scénique cher aux italiens, en...
L'Anthropophage
Attention, cette chronique contient des spoilers. Durant l'été, de riches étudiants font le tour des îles grecques et acceptent l'invitation d'une jeune photographe à séjourner quelques jours sur une île privée. Mais la totalité de la population semble avoir mystérieusement disparu. Directeur de photographie assez réputé en Italie, Joe d'Amato se lance dans la mise en scène de films d'aventures...