Voir la fiche complète du film : Dark Side (Jonathan Mossek - 2010)

Dark Side

Un journaliste divorcé est harcelé par son propriétaire véreux, qui souhaite raser son immeuble. Mossek ne peut proposer qu'une série B rythmée mais quelque peu inoffensive, comptant néanmoins sur l'ambivalence de chaque protagoniste pour tenir son public.
Publié le 21 Mai 2010 par GORE MANIACVoir la fiche de Dark Side
6
**Attention, cette critique contient des spoilers.**

Ethan, un journaliste divorcé, est harcelé par son propriétaire véreux, qui souhaite raser son immeuble. Un soir, deux hommes tentent d'entrer chez lui par effraction.

Acteur britannique abonné aux seconds rôles, Cary Elwes avait changé de registre avec le premier épisode de la série des Saw, en 2004, s'ouvrant une seconde partie de carrière plus florissante. Avant de jouer dans Saw VII, il s'offrait un nouveau rôle de premier plan dans ce huis-clos lorgnant vers le torture porn, partageant la vedette avec Andie Mac Dowell.


L'actrice, avant tout spécialisée dans les comédies romantiques, s'offre ici un contre-emploi radical dans cette série B. Elle y interprète en effet la veuve défigurée d'un ancien gourou au discours ambigu, persuadée d'avoir retrouvé le meurtrier de ce dernier.

C'est ainsi que débute ce jeu du chat et de la souris, sur fond de torture physique et psychologique, genre "esthétisé" aux USA par l'intermédiaire des Saw et autres Hostel.
Le premier tiers de ce métrage fera davantage penser à un habituel thriller, même si l'entrée en matière nous laisse déjà présager un dérapage vers des sentiers plus tortueux.
Plutôt modeste, le rythme initial monte d'un cran avec l'apparition des deux kidnappeurs, le réalisateur Jonathan Mossek, pour son premier long-métrage, semblant vouloir dès lors privilégier l'étude psychologique de ses personnages. Bien lui en fasse, puisqu'il dispose d'un bon casting. Ainsi, on s'attachera de plus en plus au héros, à mesure que celui-ci s'englue dans une mise en abîme sans fond face à ses tortionnaires.

Frank Whaley est la révélation majeure de ce film. Sorte de Gary Oldman du pauvre, il offre plusieurs dimensions à son rôle, passant du "gentil" du tandem initial à celui de bourreau au sang froid en quelques scènes, à l'image des piqûres infligées à la voisine d'Ethan.
Face à ce jubilatoire psychopathe, Matt Dallas (échappé de la série Kyle XY) s'en tire à bon compte. Il deviendra à son tour le témoin impuissant puis la victime d'un jeu qui le dépasse, pris au piège d'un amour maternel aveuglant.
Défiguré à la suite de l'accident qui a coûté la vie à son époux, le personnage d'Helen est complexe, perdu dans les turpitudes de la morale mais assiégée par des désirs de vengeance compréhensibles. Andie Mac Dowell apporte la touche de sensibilité nécessaire au film, prouvant au passage toute l'étendue de son jeu de comédienne, cassant son image avec visiblement beaucoup de plaisir et de soulagement.

L'interprétation est donc le point fort de ce film, à défaut d'autre chose. Car Dark Side ne présente pas toutes les garanties pour perdurer longuement dans nos mémoires, surtout au delà du premier visionnage, la découverte finale perdant alors tout son sel.

Les amateurs de scènes chocs et racoleuses y seront aussi pour leur frais, les tortures n'étant visuellement pas très marquantes, même si le sang-froid du tueur est plutôt délectable. Le scénario est assez limité, et la bande originale, trop bruitiste, ne permettent pas d'optimiser la tension qui devrait naître de cette forme d'exercice intimiste.


Là où un Roman Polanski avait fait merveille avec La Jeune Fille et la Mort, Mossek ne peut proposer qu'une série B rythmée mais quelque peu inoffensive, comptant néanmoins sur l'ambivalence de chaque protagoniste pour tenir son public jusqu'au dénouement.
Un peu trop vite expédié, cet épilogue présente toutefois quelques caractéristiques positives, contournant les codes hollywoodiens standards. Le héros, tout étant un père aimant, s'avèrera aussi cynique et impitoyable que ses adversaires.

Cette vision, située à l'opposé du manichéisme, est en fait le principal atout de ce long-métrage. On peut toutefois regretter l'aspect emporté de la finition, à un moment capital du film, qui laisse comme un arrière-goût désagréable dans la bouche du spectateur.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Detention
Il y a parfois des films qui sont injustement boudés dans les salles obscures, voire même privés de projection pour diverses raisons plus ou moins fallacieuses. Du coup, et c'est de plus en plus fréquent, en fouillant dans les sorties en direct to vidéo, on trouve des petits bijoux, des films indépendants bandants, ou même des pépites inventives et totalement loufoques. C'est le cas avec ce...
Le Sorcier Macabre
Edmund, journaliste atypique, se rend un soir dans un spectacle de magie en compagnie de sa petite amie. Sur place, il est subjugué par le réalisme et la violence des tours. Il essaye d’en savoir davantage sur l’illusionniste, mais il ignore qu’il s’engage dans des investigations incertaines et dangereuses. Depuis un certain temps, les surprises surgissent là où on les...
La pluie du diable
Bien souvent, les productions sur le satanisme sont l’expression de fantasmes issus de l’imaginaire collectif. Des histoires telles que L’exorciste joue de surréalisme pour dépeindre le mal de manière explicite. On ne reviendra pas sur le statut de chef-d’œuvre mérité et incontournable de l’adaptation de William Friedkin. Tout aussi culte, Rosemary’s Baby se...
Slice
À Bangkok, un serial killer sévit dans les rues les plus sordides de la ville. Il abandonne les cadavres atrocement mutilés de ses victimes dans une valise rouge. Devant le manque d’indices et son impuissance à arrêter le tueur, la police décide de relâcher un prisonnier pour l’aider dans son enquête. S’il permet la résolution de ses meurtres, il sera à nouveau libre. Kongkiat...
Le Cauchemar de Freddy
Après l'excellent Freddy 3: les griffes du cauchemar , Le cauchemar de Freddy a la dure tâche de faire au moins aussi bien que son prédecesseur, que ce soit au niveau des meurtres inventifs ou de l'humour. Reconnaissons que de ce point de vue, c'est relativement bien réussi, la plupart des morts étant agréables (l'aspiration de la fille asthmatique) et l'ensemble se laissant...
Réalisateur:
Durée:
88 min
4
Moyenne : 4 (3 votes)

Message Important

FB

Depuis quelques mois, nous sommes dans l'incapacité de partager notre contenu comme nous le souhaitons sur la page Facebook d'Horreur.net. En effet, Facebook considère notre site comme "contraire" à leurs Standards de la communauté.
Malgré nos demandes répétées, restées sans réponses, Monsieur Facebook ne nous a pas précisé la raison de ce blocage.

Comme nous aider ?
Si vous avez un compte Facebook, il vous suffit de vous rendre sur cette page : https://developers.facebook.com/tools/debug/?q=horreur.net

Puis de cliquer sur "Veuillez nous en informer".
Nous vous proposons de copier ce message :

"Bonjour, depuis quelques temps, il m'est impossible de partager le contenu de ce site. Pourriez-vous en rétablir l'accès?"

Nous sommes convaincus que, plus vous serez nombreux à informer Facebook et plus nous aurons de chance d'avoir enfin une réponse ! Merci à tous pour votre aide !
L'équipe d'Horreur.net

Critiques de films