Voir la fiche complète du film : Don't Open Till Christmas (Edmund Purdom - 1984)

Don't Open Till Christmas

Dans les rues de Londres, un tueur masqué s'attaque à tous les Santa Claus qu'il croise. Don't Open Till Christmas ne passera pas le cap du long-métrage rare que tout amateur de cinéma de genre aimera déballer devant son sapin, à condition de ne pas être trop exigeant.
Publié le 6 Juillet 2010 par GORE MANIACVoir la fiche de Don't Open Till Christmas
4
Noël

** Attention, cette critique contient des spoilers.**

A l'approche des fêtes de Noël, Scotland Yard est en état d'alerte. Dans les rues de Londres, chaque nuit, un tueur masqué s'attaque à tous les Santa Claus qu'il croise, les tuant sauvagement à l'aide d'armes blanches.

Période heureuse et bienfaitrice, en règle générale propice aux films pour la jeunesse, Noël a aussi inspiré quelques oeuvres plus déviantes, bien que guère marquantes pour la plupart (36 15 Code Père Noël).

Dans les années 80, le cinéma d'épouvante britannique connaît une certaine décrépitude, marquées par les dernières heures de la Hammer, tandis que les slashers pullulent aux Etats-Unis.


Dès lors, pour suivre cette nouvelle tendance, la Grande-Bretagne tenta de moderniser à son tour sa vision du fantastique, mais de manière sporadique.

Acteur de second ordre dans les années 50-60, Edmund Purdom prend, en 1984, les rênes de son premier long-métrage, mélange de slasher et de polar, narrant les meurtres commis par un désaxé détestant visiblement l'image du Père Noël.
Film au budget réduit, Don't Open Till Christmas débute comme un slasher fauché. Le premier meurtre, filmé caméra à l'épaule, sans doute pour apporter un peu de rythme et de réalisme d'entrée de jeu, démontre que ce métrage souffrira déjà d'un manque cruel de moyens. Chez le Purdom réalisateur, un coup de couteau dans le ventre suffit visiblement à tuer un couple d'amoureux. La suite, délaissant les dialogues et l'étude des personnages pour une accumulation de crimes basiques et répétitifs, pourra même provoquer quelques rires nerveux de la part des spectateurs les plus aguerris.

Néanmoins, passé le premier tiers du film, quelques bonnes surprises osent faire leur apparition dans Don't Open Till Christmas. En effet, il est toujours agréable de découvrir que le Père Noël aime fréquenter les peep-shows et les pubs dans les quartiers les plus sordides de Londres, à l'instar du sarcastique Bad Santa.


L'inspecteur Harris, chargé de l'enquête, n'a rien d'un héros, et c'est tant mieux, car il n'en est que plus humain. Sans être franchement sympathique, ce personnage, interprété par Purdom lui-même, donne un semblant d'ampleur nécessaire à tout film digne de ce nom. Giles, le journaliste, est l'autre personnage le plus mystérieux du métrage. Alan Lake lui apporte une dimension inquiétante très efficace. Cette étude psychologique plus poussée permet de laisser un peu de côté la pauvreté visuelle des crimes.

En effet, les tentatives d'effets gore sont navrantes. Hormis l'idée des toilettes, les autres crimes sont tous assez convenus et sommaires, même si la séquence filmée dans un musée de l'horreur (les donjons de Londres) peut être considéré comme un bel hommage, quelque peu nostalgique, aux grandes heures du cinéma fantastique britannique. L'ambiance gothique qui pouvait en découdre est toutefois plombée par le jeu navrant de la victime et par le ridicule des effets sanguinolents.

A la vertu peu convaincante de la Mère Noël, il sera de bon ton de préférer le jeu de jambes (et accessoirement d'actrice) de l'employée du peep-show, victime la plus résistante et la plus appréciable du tueur masqué.


A signaler, en outre, une apparition de Caroline Munro en chanteuse. On aurait aimé voir la sublime photographe de Maniac dans un rôle bien plus conséquent que ce clin d'oeil insipide.

La révélation finale sur l'identité du psychopathe, et son lien avec Harris, aurait également gagné à être moins expédiée. Ce film a toutefois le mérite de proposer un épilogue sarcastique, décalé des programmes américains, souvent bien plus conventionnels.

Uncut Movies, qui semble chercher à diversifier son catalogue, et donc à s'ouvrir à un public plus varié (cf la sortie du slasher Final Exam), propose ce métrage en VO et VOST, dans une édition limitée à mille exemplaires, qui devrait trouver son cercle d'admirateurs.
Néanmoins, avec son budget modeste et un scénario assez mince, Don't Open Till Christmas ne passera pas le cap du long-métrage rare que tout amateur de cinéma de genre aimera déballer devant son sapin dans quelques mois, à condition de ne pas être trop exigeant au delà du premier visionnage.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Ghost Rider : L'esprit de Vengeance
Le retour du Rider avec sa grosse moto enflammée et sa tête de carbonisé pas frais, vous l'attendiez avec impatience, hein, bande petits coquins ? Comment ça, non ? Je vois ce que c'est, vous pensez encore à Mark Steven Johnson ... mais rassurez-vous, braves gens, le réalisateur du premier opus n'est plus de la partie. A la place, vous aurez droit aux deux barjots derrière les Hyper Tension ...
Les innocents
Dans le domaine du fantastique, certaines œuvres littéraires du XIXe siècle demeurent des classiques qui, non contents de poser les bases d’un genre, le transcendaient à travers des intrigues intemporelles. On songe à Edgar Poe, Mary Shelley, Oscar Wilde ou encore Bram Stoker. Dans la même veine, Henry James a écrit Le tour d’écrou , roman remarquable en tout point, tant dans sa prose...
Woochi: Le magicien des temps modernes
Les superproductions asiatiques ont mis le temps à se frayer un passage jusque chez nous, mais peu à peu, elles commencent à se faire connaître par un plus large public. Ce qui est très bien, car ce cinéma venu de l'autre bout du monde est souvent rafraichissant et bourré d'idées. Il ne plaira certes pas à tout le monde, mais il a le mérite d'être différent. Le film qui nous occupe aujourd'hui...
Ghost of Mae Nak
Dans le folklore thaïlandais, la légende de Mae Nak est sans doute l’une des plus populaires et adaptées pour le petit et le grand écran. À travers une trentaine de longs-métrages et une centaine de versions télévisuelle, le fantôme de Mae Nak perdure dans son pays natal. Au sortir de ses frontières malheureusement, le constat est tout autre. La faute à une mauvaise distribution ou le peu...
Zombillenium
Occupés par une majorité de productions américaines, les films d’animation qui sortent sur grand écran aiment de temps à autre rendre un hommage au cinéma de genre. Ainsi, on concilie deux publics où les histoires sont parsemées de références en pagaille. Monstres contre Aliens, Monster House, L’étrange pouvoir de Norman ou encore Hôtel Transylvanie ... Autant d’exemples...