Voir la fiche complète du film : Escape from Cannibal Farm (Charlie Steeds - 2017)

Escape from Cannibal Farm

Une production faiblarde ne parvenant pratiquement jamais à camoufler son budget négatif. Le résultat est, par conséquent, trop amateur pour être appréciable.
Publié le 20 Mars 2018 par KinemaVoir la fiche de Escape from Cannibal Farm
4

Suite à une série de mésaventures, une famille lambda se voit contrainte de demander l’asile dans une ferme reculée où vivent des rednecks sanguinaires, à tendance débile. Derrière ce synopsis, matière propice à un bon torture-porn/survival sans prétention, se dissimule un scénario un peu tiré par les cheveux rendant le tout indigeste.

« On va cacher le fait qu’on n’a pas de tunes derrière un scénario super complexe. Ils n’y verront que du feu… » Certainement le refrain de la chanson écrite par Charlie Steeds, réalisateur du triste Escape from Cannibal Farm. Voulant maladroitement ajouter des enjeux plus matures pour donner de l’ampleur à son métrage, ce cinéaste inexpérimenté se prend les pieds dans le tapis et nous sert un patchwork d’idées confuses difficiles à avaler. Entre le drame familial, le thème de la vengeance, le réseau de vente de chair humaine et les nombreux rebondissements, difficile de savoir où donner de la tête.

On remarquera la référence – ou correction faite, le plagiat – au Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper (Poltergeist, Lifeforce), car l’un des antagonistes est un attardé portant un tablier de boucher ainsi qu’un masque de peau humaine. L’emprunt est un peu trop flagrant pour être apparenté à l’hommage, d’autant plus que le synopsis rappelait déjà énormément le classique de Hooper.

Une autre déception vient des effets visuels gores peu réalistes. On cite, à titre d’exemple, un coup de fourche dans le postérieur digne d’un gag des looney tunes ou des mains qui explosent littéralement au contact d’une barrière électrifiée. On va consulter Google pour savoir si c’est possible.

En revanche, la scène où l’un des personnages se retrouve confiné dans un four – pas vraiment un spoiler, car dévoilé dans les bandes-annonces – est très perturbante. Entendre ses supplications faites à sa mère impuissante se révélera particulièrement éprouvant et pour en remettre une couche, la cuisson est affreusement lente. Le prix à payer pour une viande de qualité.

Côté casting, pas de quoi décerner un Golden Globe, mais certaines prestations sont correctes comme celles de Kate Davies et de David Lenik interprétant respectivement la sœur et le frère aîné. Par contre, au rayon cabotinage, on souligne la performance de Barrington De La Roche dans le rôle du vieux fou, propriétaire de cette fameuse ferme.

En dehors de quelques passages bien sentis, on ne retiendra pas grand-chose d’Escape from Cannibal Farm. Le cinéma indépendant peut receler quelques perles, mais aussi de nombreuses tentatives foirées comme cette copie sans goût du Massacre à la tronçonneuse. Inutile donc de tomber dans la suranalyse abusive. Le film n’est pas un plantage complet, mais ne mérite pas 1 h 30 de votre temps. Regarder la course des nuages dans le ciel a plus d’intérêt, et au moins, c’est relaxant.

Autres critiques

Blood Snow
Blood Snow ... Quel titre d'une banalité affligeante alors que le Necrosis originel a tout de même une autre gueule. Vous me direz que ça ne change rien au contenu du film (et vous aurez raison) mais il n'empêche que cette manie de remplacer les titres anglophones par d'autres également en Anglais afin d'assurer l'exploitation en France est agaçante. Bref, après ce petit coup de gueule salvateur...
Sharknado 2
Quand on touche au survival animalier, on découvre davantage d’étrons indigestes plutôt que de véritables pépites. Des producteurs peu scrupuleux tels que SyFy ou Asylum ont tôt fait de dénaturer le genre popularisé par les Dents de la mer pour en faire des «trucs» où l’absurde côtoie des abysses de stupidités insondables. Avec Sharknado , l’on se dit qu’on atteint le summum de la débilité...
Vampire academy
Lorsque l’on adapte un best-seller dans lequel il est question d’adolescents et de vampires, on aurait peut-être, à tort ou à raison, vite fait de le ranger aux côtés de Twilight ou Vampire diaries . Le succès de la franchise n’ayant rien à envier à Harry Potter , la littérature a développé tout un pan d’histoires que les amateurs (et amatrices) dévorent avec passion. À ce jour, Vampire academy...
Intruders
Depuis 28 semaines plus tard , Juan Carlos Fresnadillo s'était octroyé de longues vacances loin du tumultueux monde du cinéma. Aucune réalisation, scénario ou même production. Un silence aussi inattendu qu'inquiétant. Il aura donc fallu quatre années d'absences pour qu'il daigne revenir derrière la caméra pour Intruders. Film fantastique où Mia et Juan sont deux enfants que tout...
Blair Witch
S’il n’est pas le précurseur du found-footage, Le projet Blair Witch est parvenu à donner l’élan nécessaire à ce sous-genre pour se démocratiser. Il en résultait quelques bobines intéressantes et malheureusement de nombreuses dérives mercantiles aussi creuses qu’une coquille d’œuf vide. En général, on apprécie ou on déteste. Dans pareil cas, il n’existe pas de...