Voir la fiche complète du film : Escape from Cannibal Farm (Charlie Steeds - 2017)

Escape from Cannibal Farm

Une production faiblarde ne parvenant pratiquement jamais à camoufler son budget négatif. Le résultat est, par conséquent, trop amateur pour être appréciable.
Publié le 20 Mars 2018 par KinemaVoir la fiche de Escape from Cannibal Farm
4

Suite à une série de mésaventures, une famille lambda se voit contrainte de demander l’asile dans une ferme reculée où vivent des rednecks sanguinaires, à tendance débile. Derrière ce synopsis, matière propice à un bon torture-porn/survival sans prétention, se dissimule un scénario un peu tiré par les cheveux rendant le tout indigeste.

« On va cacher le fait qu’on n’a pas de tunes derrière un scénario super complexe. Ils n’y verront que du feu… » Certainement le refrain de la chanson écrite par Charlie Steeds, réalisateur du triste Escape from Cannibal Farm. Voulant maladroitement ajouter des enjeux plus matures pour donner de l’ampleur à son métrage, ce cinéaste inexpérimenté se prend les pieds dans le tapis et nous sert un patchwork d’idées confuses difficiles à avaler. Entre le drame familial, le thème de la vengeance, le réseau de vente de chair humaine et les nombreux rebondissements, difficile de savoir où donner de la tête.

On remarquera la référence – ou correction faite, le plagiat – au Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper (Poltergeist, Lifeforce), car l’un des antagonistes est un attardé portant un tablier de boucher ainsi qu’un masque de peau humaine. L’emprunt est un peu trop flagrant pour être apparenté à l’hommage, d’autant plus que le synopsis rappelait déjà énormément le classique de Hooper.

Une autre déception vient des effets visuels gores peu réalistes. On cite, à titre d’exemple, un coup de fourche dans le postérieur digne d’un gag des looney tunes ou des mains qui explosent littéralement au contact d’une barrière électrifiée. On va consulter Google pour savoir si c’est possible.

En revanche, la scène où l’un des personnages se retrouve confiné dans un four – pas vraiment un spoiler, car dévoilé dans les bandes-annonces – est très perturbante. Entendre ses supplications faites à sa mère impuissante se révélera particulièrement éprouvant et pour en remettre une couche, la cuisson est affreusement lente. Le prix à payer pour une viande de qualité.

Côté casting, pas de quoi décerner un Golden Globe, mais certaines prestations sont correctes comme celles de Kate Davies et de David Lenik interprétant respectivement la sœur et le frère aîné. Par contre, au rayon cabotinage, on souligne la performance de Barrington De La Roche dans le rôle du vieux fou, propriétaire de cette fameuse ferme.

En dehors de quelques passages bien sentis, on ne retiendra pas grand-chose d’Escape from Cannibal Farm. Le cinéma indépendant peut receler quelques perles, mais aussi de nombreuses tentatives foirées comme cette copie sans goût du Massacre à la tronçonneuse. Inutile donc de tomber dans la suranalyse abusive. Le film n’est pas un plantage complet, mais ne mérite pas 1 h 30 de votre temps. Regarder la course des nuages dans le ciel a plus d’intérêt, et au moins, c’est relaxant.

Autres critiques

The Hunger Games
Adaptation du roman éponyme qui a fait la renommée de son auteur, Hunger games est aujourd'hui porté sur pellicule. À l'instar de grandes sagas pour adolescents (Harry Potter, Twilight...), cet univers connaîtra plusieurs suites au cours des années à venir. Pour l'instant, nous sommes en présence du premier volet qui résume le premier tome de la trilogie. Avant de voir ce qu'il en...
Livre de Sang
« La chair et le sang » La mort et la souffrance sont les sujets les plus répandus à travers le cinéma d’horreur. Certains s’en sont fait des jouets pécuniers mais rare sont ceux qui en ont fait leur spécialité au-delà de l’appât du gain. Et qui mieux pour illustrer cet exemple que Clive Barker ? Son premier film Hellraiser est un monument et je n’ai pas de...
Le fantôme de Milburn
Adapter un roman pour le grand écran est toujours délicat. Si l’on part du principe que le livre est un best-seller, l’attente des lecteurs est une pression supplémentaire pour la production. Or, il existe deux types d’adaptation: celle purement mercantile qui se moque bien de l’histoire originelle et des personnes qui l’apprécient. Celle qui tente de coller au plus juste à la vision de l’auteur...
Scream 4
Attention, cette critique contient un élément révélant la fin du film, situé entre les deux balises rouges. Plusieurs années se sont écoulées depuis les meurtres commis par Ghostface à Woodsboro. Sidney Prescott est enfin parvenue à tourner la page et retourne dans sa ville natale pour le lancement de son premier roman, Out of Darkness. C’est à ce moment précis que le tueur au masque renaît de...
Horns
*** Attention spoilers *** Un jeune homme accusé d’avoir assassiné sa petite amie se voit pousser une paire de cornes sur la tête. Cherchant à prouver son innocence, il va devoir passer à travers la colère des habitants de la ville et apprendre à gérer ses nouveaux pouvoirs. Niché au milieu des montagnes, une bourgade rurale en apparence paisible fait le deuil d’une jeune fille morte dans des...