Voir la fiche complète du film : Evidence (Olatunde Osunsanmi - 2013)

Evidence

Un found-footage à moitié avoué qui pèche par une narration brouillonne, un scénario mal maîtrisé et son aspect amateuriste (souvent illisible) qui côtoie des idées de mise en scène intéressantes. Peu réaliste et convaincant.
Publié le 20 Juin 2014 par Dante_1984Voir la fiche de Evidence
4

Malgré les nombreuses critiques négatives récoltées par Phénomènes paranormaux, Olatunde Osunsanmi ne se laisse pas décourager si facilement et poursuit l’exploration du found-footage avec Evidence, thriller à la lisière de l’horreur qui sort directement en DVD. Véritable phénomène depuis la fin des années 1990, les faux documentaires déboulent régulièrement avec un niveau de qualités variables. On ne reviendra pas sur les succès (im)mérités ou les flops monumentaux pour se concentrer sur ce DTV aux atours aguicheurs. Sommes-nous en présence d’une production anecdotique ou d’une surprise à conseiller ?

49e prise ! Ca tourne !

 

Il est vrai que la filmographie sporadique et cahoteuse du réalisateur n’aide pas à se faire un avis tranché. Même après avoir vu Evidence, on reste partagé avec des impressions mitigées. Car les bonnes idées côtoient les maladresses, voire des défauts que l’on ne devrait pas observer à ce stade. Tout commence avec une séquence en plan fixe évoquant un effet bullet-time exacerbé. Grain d’images sans la moindre faille, exposition saisissante du massacre, musique qui monte crescendo pour épaissir la tension naissante. Cette introduction s’impose comme une approche percutante et immersive. En somme, la promesse de nous proposer un excellent thriller.

Malheureusement, on déchante bien vite. Non pas que le film soit mauvais, mais l’histoire s’enfonce dans la complaisance et la facilité. On nous offre deux points de vue : l’enquête avec une progression temporelle linéaire et les vidéos qui montrent les meurtres avec une chronologie secondaire et pas forcément respectée. En ce qui concerne l’enquête, on reste dans un déroulement assez classique avec des recherches qui s’affichent sous forme de huis clos. L’idée s’avère intéressante et décrit le travail d’investigations des policiers, mais l’ensemble demeure tout de même peu énergique et assez prévisible.

 

 

"Mais qu'est-ce que je fiche dans cette galère ?"

 

Le second point de vue se révèle bien plus chaotique et controversé. Que l’on aime ou pas le found-footage, il faut reconnaître ces qualités immersives si l’on ne s’attarde pas en palabres inutiles. Or, Evidence débute justement avec ce genre de discussions lourdes. On croit assister aux prémices d’un slasher et la suite nous donnera raison, du moins en partie. Pour résumer, un psychopathe affublé d'un masque de soudeur et une belle brochette de victimes à cuire. La seule interrogation de taille que l’on se pose est l’identité du tueur, que l’on devine rapidement comme faisant partie du groupe. Le reste est cousu de fil blanc avec une nette tendance à courir un peu partout dans la débâcle.

Les deux tiers du film s’axent entièrement sur le faux documentaire avec une narration qui rappelle vaguement Cannibal holocaust : la découverte des cassettes, le retour à la réalité et le visionnage des bobines, pour schématiser à l’extrême. Comme évoquée précédemment, la chronologie est des plus alambiquées. Quatre caméras et autant de joyeusetés pour voir le massacre sous divers angles dans un laps de temps identique. Contrairement à ce qu’on nous laisse croire, ce procédé manipule davantage la perception du spectateur plutôt que de proposer une histoire à multiples facettes. Le cinéaste choisit de nous montrer le strict nécessaire pour que l’on ait une idée faussée des événements.

 

 

Toujours bon pied, bon oeil. Enfin, presque.

 

D’ailleurs, les nombreux retournements de situation sont autant de subterfuges qui, non contents d’être visibles comme le nez au milieu de la figure, entament la crédibilité du scénario. À force de trop tirer sur la corde, on obtient une révélation finale bâclée, à la limite du ridicule. La morale et les motivations discutables ne sont guère convaincantes et, dans l’éventualité d’une suite, l’identité du tueur sera éventée donc son intérêt sera proche de zéro. On regrette également que le cadre ne soit qu’une succession de pièces lugubres mal éclairées et des couloirs crasseux, tout cela de nuit bien entendu et dans un endroit isolé, aux abords du désert.

Tout comme les deux points de vue de l’histoire, la réalisation se scinde sur deux constats. La partie « film classique » jouit d’un beau rendu avec une photographie flatteuse et un contraste assez disparate. À certains moments, l’image tend parfois à trop de superficialité avec une saturation des couleurs. Toutefois, la mobilité quasi permanente de la caméra reste assez pénible. Des rotations dans un sens, dans l’autre, puis on refait un petit tour. On ne voit pas trop l’intérêt étant donné que cela n’apporte rien sur le plan esthétique ou narratif, peut-être pour flouer la frontière entre les vidéos et la « réalité ».

 

Pas la peine de rester si sérieux. Ce soir, c'est found-footage au programme.

Toujours est-il que la partie found-footage est beaucoup moins plaisante. Sautes d’images fréquentes, parasites, sons moisis. On a beau justifier le procédé par l’endommagement des caméras, cela n’excuse en rien une action illisible au possible. Le cadrage se révèle vomitif à plus d’un titre et lorsque le tueur surgit, on ne comprend pas grand-chose. Il faut un autre angle pour enfin saisir ce qu’il fait. Au lieu d’accentuer le côté malsain et authentique de la méthode, on se retrouve avec une image imbuvable où les meurtres sont violents, mais peu visibles avec une certaine redondance dans les exécutions, et ce, en dépit de l’originalité de l’arme choisie (chalumeau de soudeur).

Il reste un casting assez consciencieux dans leur interprétation, même si leurs personnages ne recèlent pas de véritables surprises. Entre les victimes à la caractérisation minimaliste (digne d’un slasher) et les policiers motivés, mais qui manquent de reliefs, on a du mal à s’attacher ou se sentir impliqué par ce qui les touche. Autre point qui portera à discussion : la présence de figures connues (telle que Radha Mitchell) dans un métrage qui a pour objectif de flouer la frontière entre le réel et le fictif avec le procédé du found-footage. Du coup, cet aspect appréciable et indispensable à ce sous-genre sombre dans les cactus. 

Ca bosse dur chez les soudeurs psychopathes.

Au final, Evidence est une déception. Malgré une excellente introduction, de bonnes idées disséminées çà et là, l’histoire se révèle chaotique, inconstante et peu crédible dans ses aboutissants. La faute à trop de retournements alambiqués et un choix narratif brouillon. On coupe sans arrêt l’immersion par l’arrêt des vidéos, pour y revenir deux minutes après. Principalement axé sur le faux documentaire, le film d’Olatunde Osunsanmi nous offre des passages indigestes sur le plan visuel et redondant dans sa progression. Finalement, le sentiment que l’on éprouve au départ penche vite en faveur des trop nombreux défauts que l’on retrouve à presque tous les niveaux. Pas une catastrophe, mais beaucoup trop insuffisant et maladroit pour en faire un bon thriller horrifique.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Battleship
Notre planète est assaillie par une horde de vaisseaux spatiaux qui s'échoue au large de l'archipel d'Hawaï. Une flotte américaine en manoeuvre dans la zone va devoir repousser l'invasion. C'est donc avec trois bouts de ficelle en guise de scénario que Hasbro reprend le célèbre jeu de société pour en faire un blockbuster complètement décérébré. Tout comme leur licence phare...
Shark 3D
Un groupe d'étudiants décide de se rendre chez l'une d'entre eux, en Louisiane, pour passer de bonnes petites vacances. Malheureusement pour eux, sur place des squales affamés ont investi le lac, mais ils ne semblent pas être le pire des dangers. Les films de requins sont légion dans le paysage cinématographique. Inutile de citer les références du genre qui ont engendré moult navets,...
Temple
Le cinéma d’épouvante asiatique est réputé pour proposer des productions angoissantes et anxiogènes au possible. Le succès est tel que l’opportunisme hollywoodien a tôt fait de l’exploiter par le biais de remakes inégaux. On songe notamment à Dark Water , Pulse , The Ring ou encore Les Intrus . Certaines productions américaines prennent pour cadre l’archipel nippon, comme...
Alone in the Dark 2
Quand on reçoit le DVD d' Alone in the Dark 2 pour en effectuer la critique, on ne peut s'empêcher de penser aux atroces 90 minutes qu'avait constitué le visionnage d' Alone in The Dark premier du nom, adaptation complètement foirée du célèbre jeu-vidéo et réalisée par le "maître" Uwe Boll . Ce même Uwe Boll qui avait déjà commis un autre forfait devenu célèbre dans le...
Sex Addict
Une jeune femme, photographe, est dotée d'au moins sept clitoris, ce qui rend ses ébats sexuels extrêmes et dangereux. Un jour, elle rencontre un homme qui pourrait combler tous ses désirs. Mais ce dernier semble éprouver quelques difficultés à gérer son sexe. Plus de 15 ans après son dernier métrage, Frank Henenlotter est de retour dans le milieu du Septième Art. Amateur d'ambiances...