Voir la fiche complète du film : Creatures of the night (Ted Nicolaou - 1991)

Subspecies

En Roumanie, trois étudiantes en histoire passent quelques semaines dans un ancien couvent afin d'y découvrir les coutumes locales. Malgré un final convenu et un manque de budget évident, le premier volet de la longue saga des Subspecies est une sympathique série B fantastique.
Publié le 21 Novembre 2017 par GORE MANIACVoir la fiche de Creatures of the night
5
Vampire

En Roumanie, trois étudiantes en histoire passent quelques semaines dans un ancien couvent afin d'y découvrir les coutumes locales. Mais elles ignorent qu'un vampire a élu domicile dans les ruines d'un mystérieux château. Lorsque la firme Full Moon s'intéresse au vampirisme, on a droit à une série B folklorique mais authentique, première étape d'une des plus célèbres franchises de la compagnie américaine.

Débutant sa carrière de producteur dès le milieu des années 70, suivant les traces de son père, Albert, Charles Band connait son heure de gloire à partir de 1985, avec sa collaboration fructueuse avec le cinéaste Stuart Gordon. Profitant du succès critique et commercial de Ré-Animator, il inonde alors le marché vidéo US de nouvelles sagas, parfois réussies (la trilogie initiale des Puppet Master) mais aussi souvent bâclées.

Subspecies

Ayant ses entrées en Europe de l'Est, il est l'un des premiers producteurs américains à exporter ses tournages en Roumanie, une astuce lui garantissant un rendement optimal. Profitant des décors naturels mystiques de la campagne roumaine, il est à l'origine du premier volet des Subspecies en 1991.

Il en confie la mise en scène à l'un de ses fidèles artisans, Ted Nicolaou (TerrorVision), qui oeuvra à divers postes dans les multiples sociétés de Band (y compris ses programmes érotiques). Devant la caméra, les fans d'horreur apprécieront le guest star d'Angus Scrimm (le célèbre croque-mort de Phantasm), opposé à l'inquiétant Anders Hove, dans le rôle de Radu. Le reste du casting est logiquement assez anodin, même si on appréciera le joli minois de la brunette Laura Tate (Dead Space).

Subspecies

D'emblée, le réalisateur nous plonge dans un univers gothique propice au frisson, avec une vieille crypte humide accueillant deux générations vampiriques que tout oppose. Avec leurs longues mains griffues, ces vampires évoquent l'ombre famélique de Nosferatu et du futur Dracula de Coppola. Radu, le méchant de service, est également effrayant à souhait, même si l'apparence très (trop) humaine de son demi-frère pose question. On sera davantage surpris devant la présence de petits êtres démoniaques aux ordres de Radu. Création de David Allen, le père des Puppet Master, ces monstres évoquant l'univers d'Harryhausen apportent une touche à la fois kitsch et nostalgique au métrage.

Néanmoins, contrairement à la plupart des productions Full Moon frôlant souvent le second degré, voire la parodie, Creatures of the Night nous propose un angle fantastique tout à fait sérieux et crédible. D'une durée assez faible (80 minutes environ), il présente le mérite d'éviter le moindre temps mort et les scènes gratuites. Même si l'habitué du genre ne tremblera jamais, l'atmosphère générée par les vieilles pierres et le folklore local offre un bel hommage au fantastique d'antan. On apprécie d'ailleurs ce type de tournage extérieur old school, aujourd'hui négligé au détriment du numérique (le fameux fond vert).

Subspecies

On suit sans ennui l'affrontement entre les deux frères, quelques sanglantes succions apportant le flot minimum d'hémoglobine nécessaire à tout film de vampires digne de ce nom. En matière d'érotisme, peu de nudité à se mettre sous la dent (un comble pour un film de Nicolaou), mais il est vrai que Radu ne possède pas l'aura érotique de ses plus illustres confrères.

Malgré un final convenu et un manque de budget évident, le premier volet de la longue saga des Subspecies est une sympathique série B fantastique. Tête d'affiche de la nouvelle collection déjantée à tout petit prix de Bach Films (incluant un second film en bonus), Subspecies permet aussi de (re)découvrir l'une des références du catalogue bien fourni de la Full Moon.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Stripped Naked
Lorsque Cassie danseuse exotique tombe sur une transaction de drogue qui tourne mal : elle vole l'argent et la drogue pensant qu'elle a maintenant les fonds nécessaires pour réaliser son rêve et aller reconstruire une nouvelle vie à Paris. Mais attendre trois jours pour obtenir son passeport s'avère plus difficile qu’elle le pensait quand tout le monde qu'elle connaît : son...
Krampus
La période des fêtes de fin d’années est souvent l’occasion de se retrouver, de laisser de côté les petits tracas du quotidien. L’entraide, le partage, la convivialité... Bref, autant de sentiments mielleux et hypocrites pour un «événement» qui démarre dès septembre et n’a d’autres buts que de pousser à son paroxysme un consumérisme déjà exacerbé. Une considération cynique? Plutôt réaliste qui...
Lovely Bones
La jeune Susie Salmon est assassinée par l’un de ses voisins. Alors que la police enquête et que ses parents se retrouvent désemparés, elle observe la vie s’écoulait sans elle depuis l’entre-deux monde, un endroit à mi-chemin entre la Terre et le Paradis. Le visage de l’innocence même Il aura fallu quatre longues années pour que Peter Jackson revienne derrière la caméra...
My Soul to Take
Est-il besoin de vous faire l'injure d'encore vous présenter Wes Craven , le papa de Freddy Krueger, réalisateur des cultes Scream , La Colline a des Yeux et autre Dernière maison sur la Gauche , mais aussi responsable des tristement célèbres L'été de la peur , La Colline a des Yeux 2 et Cursed ? On le sait, l'ami Wes est capable du pire comme du meilleur, même si ses derniers...
La Mort au bout du fil
Je dois bien vous l'avouer: je n'attendais pas grand chose de ce film. A ma décharge, il faut reconnaître que les thrillers médiocres, sans envergure et plus efficaces qu'une boîte de somnifères sont aussi nombreux que les points noirs sur le front d'un adolescent. Donc, en mettant Mort au Bout du Fil dans le lecteur, je m'attendais à passer 1h30 devant une histoire mille fois...