Voir la fiche complète du film : Evil Dead 3 : L'Armée des Ténèbres (Sam Raimi - 1993)

Evil Dead 3 : L'Armée des Ténèbres

Sam Raimi change de registre mais livre un film d’aventure-héroic-fantasy de premier ordre et un divertissement haut de gamme. L’anachronisme d’un Ash, vendeur chez « Prixbas », se retrouvant au moyen-âge et devenant par la force des choses un héros mythique n’en finit pas de proposer des scènes d’une immense drôlerie. Un film différent donc qui abandonne le registre de l’horreur pure et du gore (passage aux années 90 oblige), mais qui regorge de qualités et qui marque pour Sam Raimi le début de l’exploration d’autres genres avant le très bon western Mort ou vif (The quick and the dead) et le polar noir Un plan simple.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Evil Dead 3 : L'Armée des Ténèbres
8
Voyage dans le Temps Miroir Tronçonneuse Diable et Démon

 L'histoire

L'Armée des Ténèbres commence par un flash-back. Revenons donc sur ce qui c'était passé à la fin d'Evil Dead 2...

Ash, après avoir tué un démon assez coriace, est happé dans une espèce de "faille temporelle" et se retrouve parachuté en plein moyen-âge, et entouré d'une armée de preux chevaliers. Ash n'a pas débarqué seul, sa voiture également est passé à travers la faille... (au passage, Sam Raimi ne s'est pas embêté pour ce passage, il a repris les scènes tournées pour Evil Dead 2. Sacré Sam !)

Ash se retrouve donc au beau milieu de centaines de chevaliers. Le roi Arthur et son alchimiste arrivent. Arthur vient de faire prisonnier le duc Henry et, à la vue de Ash, ne se pose pas trop de questions et met les deux dans le même panier. La fidèle tronçonneuse de Ash lui est confisquée et il se retrouve enchaîné, puis entraîné vers le château d'Arthur. Ash a beau clamé son innocence, Arthur fait la sourde d'oreille. Ash est alors conduit vers une sorte de puits où des démons seraient tapis dans l'ombre. Ash est balancé dans le puits et confronté (bien sûr) à un démon. Désarmé, Ash a bien du mal à faire face au monstre qui lui assène des marrons à tire la rigot. L'alchimiste intervient alors et envoi la tronçonneuse à Ash. Une fois le démon vaincu, Ash sort en vainqueur du puits. L'alchimiste voit alors en Ash, la seule personne capable de vaincre les démons qui les accablent et pour ce faire, il lui confie une lourde tâche : trouver et ramener le Necronomicon...

On part dans l'heroic-fantasy pour ce 3e volet des aventures de notre "demonbuster" favori! L'histoire est assez plaisante et donne lieu à quelques séquences fortes sympathiques. Je vous laisse visionner le film pour vous en rendre compte par vous-mêmes... 

Où est passé le sang, le gore dans tout ça ?

 

Le film, vu dans sa globalité, est assez captivant. On se prend facilement au jeu et l'on suit la pseudo "quête" de Ash avec plaisir. Mais là où le bas baisse, c'est dans la réalisation. En effet, finies les courses-poursuites dans les bois à cent à l'heure, finies les gros zooms sur Ash, et surtout, finis les litres d'hémoglobine!

C'était l'une des caractéristiques (entre autres) principales des deux premiers films et malheureusement, elle a quasiment disparu de ce troisième métrage! On en voit bien quelques gouttes par-ci, par-là, mais rien de vraiment extraordinaire. Et pourtant, le début (avec le geyser de sang dans le puits) était assez alléchant...

L'évolution était assez prévisible. Dans Evil Dead, le gore était très présent. Avec Evil Dead 2, Sam Raimi réduit les scènes sanglantes pour privilégier les scènes humoristiques. Enfin, dans le cas de l'Armée des Ténèbres, Sam Raimi abandonne le gore au profit de l'humour et du fantastique. Pour les fans de la première heure, ce dernier film est apparu comme une déception. Ses maigres résultats au box-office US le prouvent : $10,5 millions. Avec un budget de $13 millions, les producteurs ont estimé que le film était un échec commercial.

Mais revenons sur le film en lui-même. Malgré son manque de scènes gore, le film se rattrape amplement sur ses nombreux passages drôles. Plusieurs scènes sont vraiment hilarantes et on ne s'ennuie pas une seconde, tant l'action est menée tambour battant.

Certaines séquences sont assez originales : Ash, poursuivi par un démon, se réfugie dans un vieux moulin. A l'intérieur, il voit son reflet dans un miroir. Celui-ci se brise et l'on voit le reflet de Ash dans chaque petits morceaux, sortir et se jeter à l'assaut de Ash! Face à tous ces "minis-Ash" notre héros est en bien mauvaise posture! (il finit d'ailleurs par en ingurgiter un!).

Donc, si on y perd côté sang, on y gagne côté fous-rires!

Effets spéciaux à gogo

Alors, du côté des effets spéciaux, qu'est-ce que ça donne ? Hé bien, si vous connaissez Ray Harryhausen (voir son travail sur Le 7ème voyage de Sinbad – Nathan Juran - 1958), vous ne serez pas dépaysé.

William Mesa a participé a quelques films sympathiques parmi lesquels on peut citer : Red Planet (Antony Hoffman – 200), Freddy sort de la nuit (Wes Craven – 1994) et... Dommage Colatéral (Andrew Davis – 2002)!

Richard Malzhan a un palmarès pas piqué des verts non plus : Ted Bundy (Matthew Bright – 2002), Kull The Conqueror (John Nicolella – 1997) et... Les Tortues Ninja 3 (Stuart Gillard – 1993)!

Dans l'ensemble, les effets spéciaux sont corrects. Bon, ça casse pas des briques et le film a vieilli (sûr qu'à côté de la série des Matrix, le film fait pâle figure!). Mais on ne regarde pas un Evil Dead pour ses effets spéciaux, mais plus pour le dynamisme de la réalisation et son humour.

La véritable fin de la trilogie...

La fin que vous avez tous très certainement dû voir n'est pas la fin originale tournée par Sam Raimi. La fin soumise aux studios était très différente. Mais, considérant cette fin comme "peu commerciale" et peu convaincante, les studios demandèrent expressément à Sam Raimi de tourner une autre fin, plus "logique" par rapport à l'histoire...

Cette fin alternative donc, nous montre Ash prenant un breuvage magique pour sombrer dans un profond sommeil et se réveiller dans le présent, à son époque.

Cette fin est visible dans l'édition "director's cut" du film.

 

Autres critiques

Primeval
De nos jours, au Burundi, dans un pays ravagé par la guerre civile, une petite équipe de journalistes américains monte une expédition pour capturer le célèbre Gustave, crocodile de près de neuf mètres de long, responsable de la mort de nombreux habitants. Adapté d'une histoire vraie, Primeval se présente comme un film de terreur animalier. Toutefois, il ne déroge pas aux codes du film d'aventures...
Heartless
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Depuis la mort de son père, Jamie Morgan vit seul avec sa mère dans un modeste appartement situé dans les quartiers pauvres de Londres. Solitaire et réservé, à cause d'une tache de naissance en forme de coeur parcourant une grande partie de son visage, il fréquente peu de gens, hormis sa famille. Passionné de photographie, il sillonne les rues...
8th Wonderland: Le Pays de la 8ème Merveille
Dans un monde où les véritables problèmes sont laissés de côté ; Dans une société qui n’a que faire des laissés-pour-compte, un site Internet voit le jour : 8th Wonderland . Un lieu où l’on débat sur des sujets aussi sensibles que les conflits entre les peuples ou les contrats de grosses multinationales en jeu. Une démocratie virtuelle qui, peu à peu, prend de l’ampleur. Son...
Témoins du mal, Les
Le pays ibérique a prouvé plus d’une fois qu’il était un pays à suivre en matière de films d'épouvante. Il faut dire qu'en très peu de films, les téléspectateurs du monde entier ont pu apprécier et trembler devant des métrages de qualité comme [Rec] ou encore la série des Peliculas para no dormir . Cela dit, le pays possède aussi son lot de films très moyens et parfois la déception est amère, il...
Battleship Pirates
Il y a différentes façons d'être étonné par un film. Le mieux reste d'être épaté par le talent, la mise en scène ou encore l'intelligence du scénario. Mais très souvent, on se retrouve face à des films qui laissent un arrière-goût amer, celui de s'être fait prendre pour un débile profond. Scénarios indigents, acteur au rabais, effets spéciaux, très spéciaux, mise en scène calamiteuse, les raisons...