Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : Exorcisme et Messes Noires (Jesús Franco - 1979)

Exorcisme et Messes Noires

Un curé se fait passer pour un écrivain afin de se rapprocher d'un groupe s'adonnant à des messes noires. Malgré quelques lenteurs, Exorcisme et Messes Noire est l'une des meilleures illustrations du cinéma de Franco.
Publié le 29 Juillet 2010 par GORE MANIACVoir la fiche de Exorcisme et Messes Noires
6

A Paris, un curé défroqué se fait passer pour un écrivain afin de se rapprocher d'un groupe très fermé, s'adonnant régulièrement à des messes noires.

Cinq ans après L'Exorciste, le cinéaste espagnol Jesus Franco nous offre sa vision de l'acte d'exorcisme dans une production Eurociné associant souvent érotisme et horreur.

Attachée à une croix de Saint-André, une jeune femme est soumise aux tortures de son bourreau, devant l'oeil émoustillé d'un public composé principalement de riches couples. Cet acte n'est finalement qu'un prétexte à divers jeux échangistes.
D'entrée de jeu, Jesus Franco nous dévoile avec précision le contexte de ce long-métrage. Les messes noires sont avant tout un prélude à des jeux sexuels déviants et son héros, un ancien curé fanatique, va tout mettre en oeuvre pour cesser ces activités dépravées.

Né en 1930, grandissant dans un climat religieux austère puis dans l'Espagne franquiste, Jesus Franco se lança dès 1962 dans une carrière de réalisateur anticonformiste.
Sa répulsion pour une religion trop omnipotente et sa passion pour certaines pratiques sexuelles particulières représentent l'axe central de sa carrière et du film qui nous intéresse ici. N'étant guère en odeur de sainteté dans son propre pays, Franco tourna souvent en Europe. Pour Exorcisme et Messes Noires, il travaille avec Eurociné, qui produisit moults métrages à consonance érotico-fantastique dès les années 60.

Filmé à Paris, ce métrage, interdit aux moins de 18 ans lors de sa sortie en salles, permet aussi de découvrir les talents d'acteur de Franco, qui campe le rôle principal, celui d'un curé extrémiste.
Sans être brillant, le Franco comédien parvient à retranscrire un certain malaise, propre à un personnage visiblement confiné dans des dogmes dépassés par la libération des moeurs. Tel un Polanski dans Le Locataire, son personnage est aussi un voyeur tombant amoureux de l'une des participantes de ces cérémonies lubriques, offrant ainsi un visage plus humain à cet être stigmatisé par sa propre foi.
Face à lui, on retrouve avec plaisir Lina Romay, l'une des deux muses du cinéma de Franco (après Soledad Miranda). Celle-ci campe à merveille une créature sensuelle, voire animale, multipliant les partenaires érotiques. Aussi provocante que dans La Comtesse Noire, Romay offre le visage idéal à l'héroïne, objet de fantasme ultime derrière une apparente sagesse.

Le scénario, assez minimaliste, nous propose de suivre le parcours meurtrier du curé. Afin de sauver les âmes perdues des participantes, il décide de les exorciser à sa manière, privilégiant le couteau à la bonne parole, après quelques caresses fort peu louables selon la Bible.

Niveau horreur, il ne faudra pas vous attendre à des déluges d'hémoglobine, même si Franco nous proposera toutefois un peu de tripaille lors de la scène de meurtre du couple dans l'hôtel. Les coups de couteau engendreront le flot de sang nécessaire à ce genre de programme.
Les scènes érotiques sont du même acabit que celles vues dans les films de la fin des années 70. Avec Franco, les poitrines sont souvent belles et l'entrecuisse foisonnante, afin de pointer du doigt la perversité masquée d'une certaine classe sociale se délectant ici de pratiques sadomasochistes et libertines.
Ces moeurs de la petite bourgeoisie seront d'ailleurs régulièrement dénoncées par certains cinéastes du X, à l'image de l'italien Mario Salieri. Sur ce point, il est certain que Franco frappe juste en soulignant avec ironie la démarche de ces participants, les messes noires n'étant qu'une manière de théâtraliser des actes sexuels déviants, donnant une nouvelle dimension au Grand-Guignol.

Malgré quelques lenteurs, Exorcisme et Messes Noires est l'une des meilleures illustrations du cinéma de Franco, et une réplique acerbe à cette religion avilissante dans laquelle il grandit.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

The Walking Dead
Adaptation du célèbre comic éponyme, The walking dead nous décrit une invasion de morts-vivants à travers la planète. Rick, adjoint au shérif, se réveille dans sa chambre d'hôpital est constate l'ampleur du cataclysme qui a définitivement mis fin au monde qu'il a connu. Frank Darabont est un réalisateur avant tout passionné et passionnant de par son travail et une filmographie...
Shiki
À l’instar du mort-vivant, la figure mythique du vampire a été représentée à maintes reprises et sous toutes les coutures. Du serial-lover aux dents longues à la bête assoiffée de sang, on touche à de nombreux sujets autres que la mort et le romantisme gothique. La profusion des approches et des productions laisse donc peu de marge de manœuvre à l’innovation. Cela vaut également pour...
Aliens vs. Predator : Requiem
Après la vision du film des Frères Strause, difficile de ne pas rehausser un peu le niveau déjà pas très élevé du film de Paul Anderson, spectacle divertissant (et encore…) mais qui n’exploitait pas particulièrement les possibilités que lui offraient les deux franchises de la 20th Century Fox, Alien et Predator. Et ce n’est pas avec ce Requiem que la donne va donc changer. En effet, même avec la...
Pacific Rim
Il est assez intéressant de parler de la genèse de Pacific Rim avant d'entrer dans les détails du film. En effet, deux gros points sont intéressants concernant ce blockbuster, le fait que ce soit une ½uvre originale et le portrait de son réalisateur, Guillermo Del Toro. D'habitude, Hollywood prend très peu de risques avec les blockbusters, préférant lancer une suite de franchise qui fonctionne ou...
Silent night
Cinq films auront été nécessaires à Douce nuit, sanglante nuit pour certifier que les fêtes de Noël ne sont pas toujours synonymes de goinfrades assumés, de papiers cadeaux chiffonnés et autres joyeusetés propres à notre société de consommation. On peut aussi offrir des productions empoisonnées qui n’ont cessé de se dégrader au fil des épisodes. En dehors d’un premier opus correct, il en...