Voir la fiche complète du film : Fantômes contre Fantômes (Peter Jackson - 1996)

Fantômes contre Fantômes

Une excellente comédie fantastique, brillament mise en scène avec de très bons effets-spéciaux. A voir et à revoir!
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Fantômes contre Fantômes
10
Fantôme Tueur en série Hôpital

Frank Bannister a un métier particulier. C'est un ghosthunter, un chasseur de fantômes et d'esprits frappeurs. Il a d'ailleurs bien du mal à gagner sa vie. Il se promène dans les cimetières, lors d'obsèques pour distribuer ses cartes de visites. Lorsque des gens décèdent dans d'étranges circonstances dans la paisible communauté de Fairwater, il est aussistôt suspecté. D'autant plus qu'il n'est jamais loin des parages lorsque la Mort frappe. Bannister, qui depuis l'accident de voiture où il perdit sa femme quelques années plutôt, a la faculté de voir les morts, se lance à la poursuite de la Faucheuse qui laisse un numéro gravé sur le nom de chacune de ses victimes...

Je crois qu'il est inutile de présenter le réalisateur Peter Jackson. Si vous n'avez pas vu ses récents films (La Communauté de l'Anneau et Les Deux Tours) précipitez-vous dans la plus proche Fnac de chez vous!
Pour ceux qui ne connaissent pas le bonhomme, figurez-vous que c'est un petit bonhomme qui paie pas de mine (un petit gros à la barbe hirsute) mais qui est en réalité un réalisateur de génie ! Si, si, c'est moi qui vous le dit !

Fantômes contre Fantômes est décrit par son réalisateur comme une pure "ghost-comedy". Si l'humour est présent dans le métrage, on le doit au (formidable) comédien Jeffrey Combs (acteur fétiche de Stuart Gordon – Re-Animator, From Beyond) dans le rôle d'un agent du FBI complètement frappadingue qui traque Frank Bannister (Michael J. Fox). L'humour est savamment distillé et s'aligne parfaitement avec les "scènes d'action".
Les effets spéciaux sont remarquables et on peut encore une fois, dire merci à Monsieur Rick Baker et à ses magnifiques maquillages. Les effets numériques sont évidemment présents et on soulignera au passage la sublime évocation de La Mort, enveloppée dans une immense cape noire et chevauchant les toits des maisons de la ville. D'ailleurs sa silhouette n'est pas sans rappeler les Cavaliers Noirs du Seigneur des Anneaux...

La réalisation est, comme toujours avec Jackson, parfaite. Rien à redire. Inventive, audacieuse et fulgurante par moment, elle met en valeur un scénario efficace et intéressant.
Pour la musique, Jackson s'est assuré les services de l'un des meilleurs compositeurs : Danny Elfman (compositeur attitré de Tim Burton). Le score fait mouche, même si on entend par-ci, par-là, quelques notes échappées du score de Beetlejuice.
La distribution est à l'image du film, sans faute. Michael J. Fox est parfait en chasseur de fantômes, entiché de deux compères fantômes gaffeurs. Le reste de la distribution le complète à merveille avec une mention spéciale à l'acteur , dans le rôle du fantôme d'un shériff qui ne pense qu'à s'égoutter la nouille (ce qu'il fait avec une momie, dans une séquence hilarante!).

Malgré la qualité du film, il n'a pas fait un tabac à l'époque de sa sortie à cause d'une mauvaise distribution. C'est dommage car le film est vraiment génial et ce serait passé à côté d'un monument de fantastique que de passer à côté ! Avis personnel, bien sûr.

Autres critiques

Lavalantula
Au même titre que les requins, les crocodiles ou les serpents, les araignées sont une espèce particulièrement prisée par le survival animalier. Malgré de nombreuses déconvenues ( Creepies , Arachnid , Ice Spiders ...), le genre nous a tout de même servi quelques sursauts d’orgueil avec Arachnophobie ou le très fun Arac Attack . Il persiste néanmoins un ton bis plus ou moins assumé au fil des ans...
Black Christmas
Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante ). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans...
Scar 3D
Les producteurs et les gérants des salles de cinéma ont eu il y a quelques décennies la bonne idée de vouloir faire des films en 3D, dans l'espoir mensonger de faire vivre de nouvelles sensations aux spectateurs et dans l'espoir véritable de faire des rentrées d'argent conséquentes. Ce sketch a commencé dans les années 80 avec des films comme Vendredi 13 Meurtres en 3D ou encore Les Dents de la...
Death Tube
Mettre en corrélation le rapport à l’image et les déviances de l’esprit humain est une préoccupation particulièrement présente depuis les années 1970. Le sujet malsain s’est notamment distingué en s’attardant sur les snuff movies, puis sur les faux documentaire ou found-footage. Avec l’essor d’internet au XXIe siècle, le voyeurisme prend une autre dimension,...
Tape 407
Alors que les faux documentaires pullulent dans les contrées cinématographiques (remercions, ou pas, le succès de Paranormal activity), ce sous-genre de la culture horrifique peut se décompenser en deux catégories : les films un rien inventifs, à l'ambiance travaillée et respectueuse du public ; d'un autre côté, les petits opportunistes sans la moindre once de talent pensant qu'il...