Voir la fiche complète du film : Fear Street - Partie 2: 1978 (Leigh Janiak - 2021)

Fear Street - Partie 2 : 1978

Un second film dont l’hommage aux slashers des années 1970 et 1980 se veut plus travaillé que son prédécesseur. Une violence explicite, une progression à la fois dynamique et inéluctable, une histoire et des protagonistes qui gagnent en profondeur en comparaison de ce qui a été initié auparavant… La première partie fait office de prologue laborieux au regard de ce traitement affirmé et maîtrisé. Un sursaut d’orgueil aussi surprenant qu’inattendu.
Publié le 27 Décembre 2021 par Dante_1984Voir la fiche de Fear Street - Partie 2: 1978
7

Avec une première partie située en 1994, Fear Street amorçait une nouvelle trilogie horrifique de manière peu probante. Malgré un potentiel de départ indéniable, l’hommage aux slashers des 90’s s’est embourbé dans un traitement confus où la production souhaite contenter tous les profils de spectateur ; des adolescents aux amateurs du genre, sans oublier le grand public. Entre réparties binaires, narration inconstante et humour en contradiction avec la violence ambiante, il en ressortait un métrage inabouti, calibré pour une prise de risque minimale. Le résultat se montrait surfait et dispensable à plus d’un titre.

Dans la continuité de son prédécesseur, ce second opus suit toujours le même fil conducteur. Il sert néanmoins de prétexte à un flashback qui permet de se plonger dans une nouvelle timeline. À savoir, la fin des années 1970. Là encore, il est question d’emprunter la mouvance initiée avec le premier film. L’hommage ultraréférentiel se penche aussi sur les succès du slasher. Le simple fait d’ancrer l’histoire dans un tel contexte et environnement le rapproche de métrages, comme Vendredi 13, Massacre au camp d’été, Carnage ou encore Cheerleader Camp. Autant de modèles qui, s’ils ne brillent guère par leur scénario, se sont avancés comme particulièrement représentatifs du genre.

Si l’équipe de tournage demeure (presque) similaire à celle de la première partie, on peut s’étonner du revirement opéré. D’emblée, on distingue un parti pris évident qui scinde avec les maladresses constatées jusqu’alors. Le ton se veut plus mature et frontal. Les meurtres à la hache sont vifs et parfois inattendus. Du tranchant en plein visage à la décapitation, le tueur est implacable et suggère une menace permanente dans le camp, comme dans l’environnement de proximité. À cela s’ajoute une notion de possession qui s’éloigne de la sempiternelle psychopathie de comptoir. Il n’est pas seulement question d’un massacre, mais d’une malédiction et d’une entité diabolique à l’œuvre.

D’ailleurs, on notera plusieurs éléments qui apportent une atmosphère ésotérique au sein du camp Nightwing. Cela vaut, entre autres, pour l’exploration des galeries souterraines, ces autels sacrificiels ou d’autres choses peu ragoûtantes croupies dans les entrailles de Shadyside et Sunnyvale. Plusieurs rappels évoquent le passé des lieux, ainsi que les précédents meurtres qui s’y sont déroulés. Ce n’est pas tant le sentiment d’assister à une sorte d’héritage dégénéré qu’à un phénomène cyclique inéluctable. À défaut d’une véritable angoisse, l’ambiance se pare d’une aura malsaine. Élément qui n’est pas forcément systématique dans le domaine du slasher.

Malgré une durée qui approche les deux heures, le rythme ne faiblit guère, enchaînant les attaques avec les tentatives de fuite et, à minima, de modestes investigations pour comprendre la cause du massacre en lui-même. En ce qui concerne la caractérisation, elle se veut plus fouillée qu’à l’accoutumée, y compris en considérant de ce qui a été initié dans la première partie. Ainsi, on ne se contente pas de définir les protagonistes quasi-exclusivement par leur identité sexuelle et leurs origines ethniques. En l’occurrence, leur background recherche, pour chacun d’entre eux, un fatalisme tout exacerbé quant à leur place dans leur communauté respective. Certes, on a toujours droit à des stéréotypes sociaux, mais le propos est atténué par des histoires individuelles dissemblables, étroitement connectées.

Au final, Fear Street – Part 2 : 1978 s’avère nettement plus intéressant que le premier film. On y retrouve les fondamentaux du genre (sexe, violence…) pour fournir une approche référentielle bien avancée. La ligne directrice se veut moins éparse et, si linéarité il y a, elle fait montre de dynamisme pour équilibrer les parties narratives aux confrontations avec le tueur. On apprécie le soin apporté à la personnalité des protagonistes et à un développement plus poussé de la mythologie auréolant les communautés de Shadyside et Sunnyvale. La connotation fantastique, elle, renvoie à une horreur aussi insaisissable qu’irrationnelle, plus incertaine que les habituels carnages perpétrés par des graines de psychopathe.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

A Christmas horror story
Quand Noël approche, les rues s’illuminent, les chaumières se remplissent de cadeaux plus ou moins utiles et quelques métrages tendent à raviver l’esprit de Noël par le biais d’histoires niaises et/ou larmoyantes. Enfin presque, puisque le genre horrifique ne déroge pas à la règle et nous offre son lot d’atrocités qui se déroulent pendant les fêtes de fin d’année. Dans cette veine, la dernière...
I Spit on Your Grave
Avant de commencer cette critique, je me dois de vous dire que je n'ai pas vu l'original, Day of the woman , et que mon jugement ne va donc porter que sur cette adaptation, ce remake. Alors oui, il s'agit d'un remake, mais celui-ci est porteur d'un sujet presque tabou. En effet, il s'agit d'un Rape and Revenge, c'est-à-dire d'un viol, souvent collectif, suivi d...
Panic Button
On ne le répètera jamais assez : étaler sa vie sur les réseaux sociaux peut s'avérer néfaste. C'est partant de ce postulat de plus en plus évident au regard de l'actualité que les producteurs John Shackleton et David Shillitoe ont eu l'idée de développer un film qui centrerait son intrigue autour de Facebook et de ses dérives potentielles. Bien sûr, on n'est pas dans The...
The creature below
Lorsqu’on évoque des créatures aquatiques monstrueuses, on songe immanquablement au survival animalier. Un genre déjà suffisamment fourni en aberrations cinématographiques. Issus d’imaginaires dérangés, d’époques reculées, voire d’une autre planète, les producteurs n’ont de cesse d’exploiter insidieusement les endroits les plus inhospitaliers et méconnus de la...
Continuum
Le voyage dans le temps est une thématique récurrente de la science-fiction. Développé à maintes reprises par les romanciers, repris par le cinéma et décliné fréquemment pour la télévision, ce sujet ne cesse d’alimenter nos écrans et la culture sous toutes ses formes (ou presque). Aussi, il est assez difficile d’offrir un concept novateur dans cette catégorie, à tout le moins le...
Fear Street - Partie 2: 1978
Réalisateur:
Sortie France:
Durée:
6.6
Moyenne : 6.6 (5 votes)

Thématiques