Voir la fiche complète du film : Fear Street - Partie 3: 1666 (Leigh Janiak - 2021)

Fear Street - Partie 3 : 1666

Une conclusion globalement décevante qui souffre d’incohérences historiques et d’une progression laborieuse. On apprécie l’atmosphère qui lorgne du côté de l’occultisme. Néanmoins, le traitement de fonds trahit des propensions évidentes à satisfaire le grand public sans se soucier des errances de tons entre la légèreté des personnages et certaines séquences violentes particulièrement explicites. En l’état, Fear Street présente un potentiel qui en restera au stade des bonnes intentions ; ni plus ni moins.
Publié le 9 Février 2022 par Dante_1984Voir la fiche de Fear Street - Partie 3: 1666
5

Après un premier métrage poussif et globalement décevant, la saga Fear Street proposait un second opus sensiblement meilleur ; bien plus identitaire et convaincant. Développé sous la forme d’une trilogie, le concept permet de découvrir un cadre commun à des époques différentes. Du moins, apprécie-t-on davantage le fil d’évènements clefs que l’environnement ou le contexte à proprement parler. Avec le deuxième film, on justifiait l’initiative par une explication sous forme de flashback. La trame principale demeure alors ancrée dans les années 1990. Ce troisième opus propose une incursion plus ou moins opportune au cœur de l’Amérique colonialiste du XVIIe siècle.

D’emblée, il est facile d’effectuer un rapprochement avec le procès des sorcières de Salem. Cela tient à l’aspect communautaire de la petite bourgade en devenir, à ces costumes aisément identifiables ou encore à ces préceptes religieux qui régissent la vie de la population. Pour autant, la qualité de la reconstitution historique laisse pour le moins perplexe. On distingue de nombreuses approximations, ainsi que des anachronismes relativement embarrassants. À l’image du premier opus, on a l’impression que la réalisatrice souhaite moderniser son propos à travers un traitement contemporain dans une époque où ce choix ne s’y prête guère.

On songe à cette fête entre adolescents qui s’assimilent à un spring break fauché, consommation de stupéfiants à l’appui. On peut également « tiquer » sur des couchettes particulièrement douillettes ou encore le pauvre quidam lettré. Ce ne sont ici que les exemples les plus flagrants et néanmoins les plus représentatifs pour dépeindre une période avec une certaine légèreté. Il est d’autant plus dommage et paradoxal de constater une ambiance pesante qui, sans se rapprocher de The Witch ou d’autres productions similaires, offre une tonalité discordante au regard des deux précédentes itérations. Car cette troisième partie s’écarte sensiblement du slasher initié par ses prédécesseurs.

À la mythologie de Shadyside et Sunnyvale, on insuffle une connotation occultiste. Certes, il est aisé de la distinguer par la malédiction de la « sorcière ». Pour autant, cet aspect prend une dimension différente, car elle devient tangible et s’éloigne des rumeurs et légendes évoquées jusqu’alors. On y dénote même des allusions faustiennes plutôt bien senties pour proposer un angle d’approche qui diverge des « faits historiques ». Cela tient à des reliquats d’archive et à la tradition orale. D’ailleurs, il s’agit vraisemblablement du point fort de ce troisième opus : offrir une réinterprétation des évènements passés et présents du point de vue des protagonistes.

Pour autant, la période de 1666 ne constitue qu’une partie de ce troisième volet de Fear Street. À mi-chemin, on revient dans les années 1990 en vue d’effectuer une redite du premier film. Certes, il y a une continuité évidente dans la chronologie des faits. Cependant, on se contente de ressasser ce qui a déjà été avancé auparavant sous couvert de la soi-disant relecture évoquée précédemment. Hormis le visage de l’antagoniste, ses faire-valoir demeurent les mêmes et les enjeux sensiblement similaires. Quant au dénouement, il est prévisible dans sa manière d’entrouvrir une piste d’exploration pour une éventuelle suite ; sous forme de longs-métrages ou de séries.

Au final, Fear Street – Part 3 : 1666 est à l’image de la trilogie : inconstante et sans surprise. Malgré de bonnes idées et un potentiel présent, l’ensemble reste ancré dans une approche trop contemporaine pour évoquer des périodes passées et trop frileuse pour sortir des sentiers battus. Si l’on apprécie le cadre du XVIIe siècle, la reconstitution historique manque de rigueur et se complaît dans des approximations flagrantes. La narration souffre également du clivage avec le XXe siècle lorsqu’il s’agit d’effectuer une transition abrupte vers les années 1990. Il en découle un scénario alambiqué, inutilement complexe dans son cheminement brinquebalant pour déboucher sur des considérations manichéennes d’une simplicité confondante. Un troisième métrage correct, mais maladroit à de nombreux égards.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

REC 3: Genesis
Le territoire ibérique est devenu en très peu de temps le nouveau pays des films d'horreur. La faute, ou plutôt grâce à Jaume Balaguero et son compagnon de caméra Paco Plaza. En effet, en seulement deux ou trois films, les deux compères ont conquis le monde de la terreur et ont rejoint le panthéon des cinéastes à suivre de très près. En effet, après un Fragile de la part de Balaguero, qui montre...
Yéti : Le géant d'un autre monde
Les années 1970 sont particulièrement friandes des créatures mythiques qui ornent le tableau de chasse fantasmé des cryptozoologues. Le sasquatch, le bigfoot ou même l’abominable homme des neiges ont eu droit à quelques métrages plus ou moins dispensables. C’est notamment le cas de Sasquatch, the Legend of Bigfoot , Snowbeast ou encore Screams of a Winter Night . Il est en revanche un...
Halloween 2
En 2007, Rob Zombie nous avait proposé sa vision du grand classique de John Carpenter , Halloween: La nuit des masques . L'exercice n'avait rien de facile puisque le film de Big John est un classique pour une grande majorité des amateurs de films d'horreur. Pourtant, le "jeune" réalisateur qui n'avait alors que deux longs métrages à son actif s'en était sorti avec...
La nuit des requins
Si les années 1980 sont assez prolifiques dans le domaine horrifique avec l’émergence de boogeymans emblématiques, le survival animalier profite avec modération du succès des Dents de la mer . Loin d’être notable, on peut citer les deux dernières suites au chef d’œuvre de Spielberg, ainsi que La mort au large . Produit italien de seconde zone qui s’avance comme une version...
Douce Nuit - Sanglante Nuit 5: Les Jouets de la Mort
Après trois suites pour le moins catastrophiques, Douce nuit, sanglante nuit est le genre de franchise dont on ne saisit guère l’intérêt sur le long terme. Hormis le premier opus, on a droit à des productions nullissimes qui rivalisent de stupidité entre elles. Du Père Noël psychopathe à la secte d’illuminés en passant par la tête de bocal écervelée, on aura rarement autant vu une...
Fear Street - Partie 3: 1666
Réalisateur:
Sortie France:
Durée:
6.33333
Moyenne : 6.3 (3 votes)

Thématiques