Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : Hellraiser : Bloodline (Kevin Yagher, Joe Chappelle - 1996)

Hellraiser : Bloodline

Pinhead dans l'espace... Idée aussi saugrenue que débile. Le résultat est un film mal fichu, sans aucun rapport avec les précédents et qui ne risque pas de vous empêcher de fermer l'oeil de la nuit. L'un des plus mauvais épisodes de la saga...
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Hellraiser : Bloodline
4

Au XVIIe siècle, Jacques Lemarchand reçoit une commande spéciale de la part d'un mystérieux magicien français. Jacques lui livre un étrange cube-puzzle que le magicien va employer lors d'une scéance d'occultisme au cours de laquelle il ouvre une porte vers l'enfer. Conscient du danger, Jacques décide de préparer les plans d'un nouveau cube. Mais la malédiction est désormais sur toute sa descendance. Quatre siècles plus tard, en 2075, son descendant s'efforce de poursuivre le démon et de mettre un terme à cette malédiction...

Hellraiser : Bloodline est le quatrième volet d'une série qui débuta en 1987 avec Hellraiser : Le Pacte, réalisé par l'auteur de la nouvelle dont est tiré le film : l'écrivain Clive Barker. Une très bonne suite fut produite : Hellraiser 2 : Les Ecorchés (1988), mise en scène par Tony Randel (Ticks). Un troisième film, Hellraiser 3 : Hell on Earth (1992) vit le jour grâce aux bons soins d'Anthony Hickox, réalisateur de séries B capable du meilleur (Waxwork) comme du pire (Prince Valiant). Puis vint le maquilleur Kevin Yagher (Hidden, The Borrower, Rumpelstilskin) qui connu un certains nombres de déboires sur le film et qui a usé du pseudonyme d'Alan Smithee pour les crédits du film. Non-crédité au générique également, le réalisateur Joe Chappelle (Halloween 6 et Phantoms... sans commentaires) qui a tourné quelques scènes. Bref, Hellraiser : Bloodline ne partait déjà pas du bon pied...

La vision de ce quatrième film s'avère plus que douloureuse. Surtout lorsque l'on a encore à l'esprit les deux excellents premiers films. Le troisième était une série B qui, si elle n'apportait pas grand chose à la série, avait le mérite de ne pas trahir le mythe créé par Clive Barker. Avec Hellraiser : Bloodline, on se retrouve au beau milieu d'un grand n'importe quoi. L'histoire est difficile (pour ne pas dire chiante) à suivre et se compose de longs flash-backs qui sont sensés nous dévoiler la création du cube maléfique et la malédiction qui va peser sur son constructeur.

Le premier flash-back nous ramène en France (!) et nous présente Jacques Lemarchand, créateur de jouets, qui reçoit une commande spéciale de la part d'un étrange magicien très réputé. Il va donc lui livrer le cube que le magicien va utiliser pour réveiller un démon. Bien sûr, le démon va investir le corps d'une pauvre malheureuse de passage chez le magicien adepte des sciences occultes. Témoin de la scène et peu rassuré, Jacques décide de préparer les plans d'une nouvelle boîte pour détruire la première (!)... Ensuite, on se retrouve directement en 1996 (!) avec le descendant de Jacques, un designer de talent qui va rencontrer celle qu'il voit dans ses cauchemars : la fameuse femme-démon. Tout ça, ça prend plus d'une heure et c'est à peine agrémenté de quelques passages sanglants peu convaincants. On revient ensuite en 2075 avec le descendant de Jacques qui a la ferme intention de détruire une bonne fois pour toute Pinhead et sa clique de Cénobites.

Pinhead, la "tête d'épingles" : parlons-en. S'il est devenu une véritable figure du cinéma d'horreur au même titre que Freddy ou Candyman, force est de constater que dans Hellraiser : Bloodline, il fait plus de la figuration qu'autre chose. Il arrive d'ailleurs au beau milieu du film sans que l'on sache réellement d'où il sort, ce qu'il veut vraiment... Bref, ce qu'il vient foutre là. C'est un peu comme si le scénariste - Peter Atkins, déjà responsible du scénario du second film pourtant - l'avait planté là (ainsi que les Cénobites) histoire de rappeller au spectateur qu'il regarde un film de la saga Hellraiser (ne cherchez pas de lien avec les films précédents, il n'y en a pas). Dommage et surtout frustrant. Il est d'ailleurs devenu aussi bavard que le père Freddy et a perdu beaucoup de sa superbe (ses apparitions sont ridicules, tout comme ses longs dialogues ennuyeux, inintéressants et redondants). Pinhead n'est plus que l'ombre de lui-même. Il est même devenu bête : il se fait berner par un hologramme en fin de métrage...

Réalisation bancale, acteurs peu convaincants, scénario et dialogues creux, concept débile (Pinhead dans l'espace, quel intérêt ?), fin rapide et prévisible... Hellraiser : Bloodline compte parmi les plus mauvais films de la saga. Il n'y a guère que les SFX qui sauvent le film (et encore...) du naufrage le plus total. Un naufrage presque annoncé par la pitoyable accroche de l'affiche du film : "L'Ultime combat des Lumières contre les Ténèbres" (il ne devait pas y en avoir beaucoup des lumières sur le tournage). Mieux vaut donc se repasser les deux premiers films - et le troisième à la rigueur - pour passer un moment plus agréable en compagnie de Pinhead et ses amis...

Autres critiques

L'Etrange pouvoir de Norman
Norman, un garçon capable de parler aux morts, est contraint de sauver sa ville d'une malédiction séculaire qui a ressuscité des zombies. Premier long-métrage pour Chris Butler (Sam Fell ayant déjà réalisé Souris city) dont il signe également le scénario, L'étrange pouvoir de Norman s'offre les services de la société de production Laïka (Coraline). Un studio pas vraiment connut, mais...
Amityville : La maison du diable
Aux yeux d’un public non averti, comme des amateurs de phénomènes paranormaux, Amityville est l’un des plus célèbres cas de maisons hantées au monde. Partant d’un fait divers sordide, puis de l’emménagement de la famille Lutz, la « maison du diable » a défrayé la chronique et continue de partager les partisans de l’arnaque et ceux de la hantise avérée. D...
Lavalantula
Au même titre que les requins, les crocodiles ou les serpents, les araignées sont une espèce particulièrement prisée par le survival animalier. Malgré de nombreuses déconvenues ( Creepies , Arachnid , Ice Spiders ...), le genre nous a tout de même servi quelques sursauts d’orgueil avec Arachnophobie ou le très fun Arac Attack . Il persiste néanmoins un ton bis plus ou moins assumé au fil des ans...
En eaux troubles
Vouloir produire un film de requins à l’heure actuelle peut relever du suicide artistique si l’on souhaite s’engouffrer dans la brèche abyssale laissée par Asylum, SyFy et consorts. Hormis Instinct de survie et 47 Meters Down , peu de bobines se sont révélées intéressantes ces cinq dernières années. En ce sens, une sortie sur grand écran est tout aussi surprenante qu’...
Black Christmas
Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante ). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans...