Voir la fiche complète du film : Hemlock grove (Deran Sarafian, T.J. Scott - 2013)

Hemlock grove

<b>Hemlock Grove</b> s'essouffle dès le second épisode. À défaut d'entretenir une ambiance étrange et de menues révélations, le suspense s'avère inexistant. On s'ennuie ferme devant les romances sans lendemain des uns et des autres, ainsi qu'un loup-garou furieusement absent. Une histoire décevante et terriblement plate.
Publié le 24 Juin 2013 par Dante_1984Voir la fiche de Hemlock grove
4
Loup-Garou

Tout comme les vampires et autres créatures de la nuit, les loups-garous disposent d'un capital sympathie indéniable et ont depuis longtemps inspiré la culture populaire. Le cinéma n'échappe pas à la règle, la télévision non plus. En général, les séries laissent notre bon vieux lycanthrope au second plan, notamment dans les adaptations de la bit-lit (Vampire diaries, True blood...). On remarquera quelques exceptions comme La malédiction du loup-garou ou le plus dispensable et néanmoins cocasse Le loup-garou du campus. En tous les cas, un constat s'impose : le thème est surexploité et n'a presque plus rien à offrir. Ce n'est pas pour autant que les producteurs traînent la patte pour nous pondre de nouveaux projets.


Vous pouvez entrez, mais vous en ressortirez assez vite.

En dépit d'un pitch de départ sans surprise, Hemlock Grove intrigue. Nous nous retrouvons dans cette petite bourgade isolée où une succession de meurtres effroyables ébranlent la communauté. Devant la sauvagerie perpétrée, cela ne peut être que l'½uvre d'une bête. De là à penser qu'il s'agit d'un loup-garou, il n'y a qu'un pas. On se demande en quoi cette nouvelle série pourrait se démarquer. Est-ce son scénario qui donne envie de la découvrir ou l'un de ses producteurs (et réalisateur du premier épisode) : Eli Roth ? Le nom du cinéaste aidant, on se risque à s'aventurer dans ses mornes contrées. Et mornes, elles le sont à n'en pas douter.

En effet, on déchante très rapidement. Certes, le pilote fait office d'amuse-gueule avec l'exposition du contexte, des personnages et de la première victime. Les premières minutes distillent une atmosphère étrange, presque inquiétante. L'histoire est agencée de manière à intriguer et vouloir la poursuivre plus en amont. En cela, les bases posées s'avèrent plutôt bonnes. Seulement, la série s'essouffle dès le deuxième épisode et s'enfoncera dans l'ennui et la paresse. La faute incombe à un scénario finalement creux qui ne ménage aucun suspense. La traque du loup-garou en devient presque secondaire et peine à tisser le fil rouge entre les différents points de vue.


Déguisée en fées, on joue les mijaurées.

L'on s’attarde davantage sur les amourettes de pacotilles ou les séances de culbutes entre les protagonistes plutôt que sur la présence du danger ou les investigations pour traquer la bête. C'est bien simple, le récit se révèle tellement maigre que l'on nous inflige plusieurs séquences de copulations (très soft et peu explicite au demeurant) à tous les épisodes. On ne sait pas quoi raconter alors autant que les personnages s'amusent. Untel couche avec la mégère de service, le fils à papa refuse que sa cousine se tape son meilleur ami gitan, mais lui se permet de faire un peu tout et n'importe quoi. Une auteure en herbe découvre l'amour en la personne d'un jeune homme galant... Et cela n'en finit pas.

Si le départ laissait à penser à un croisement entre Twin Peaks et American horror story (le second degré aux oubliettes), on songe ensuite à un hybride entre Vampire diaries et Les feux de l'amour. Quand il ne s'agit pas de conflits sentimentaux, on nous inflige des flashbacks qui entrecoupent un rythme amorphe et n'apporte rien à l'intrigue. Pis, ils rendent même la narration encore plus brouillonne et monotone qu'elle ne l'était déjà. À cela, l'on ajoute une jeune adolescente engrossée par un ange (ce n'est pas l'Immaculée Conception), une chasseuse de loup-garou (sorte de Van Helsing des temps modernes, le charisme en moins) et les expériences d'un laboratoire peu scrupuleux. C'est alambiqué, peu crédible et surtout mal fichu.


Un petit steak pour faire passer la faim ?

Pour compléter le tableau, les personnages sont loin d'être inoubliables. On les dirait tout droit sorties d'une fabrique à stéréotypes. Le gitan au regard sombre, son ami richissime, la mère acariâtre (une bien pâle Famke Janssen qui nous avait habitués à bien mieux), un psychologue coureur de jupons et les salopes de service sont autant de clichés pénibles à contempler. D'ailleurs, les interprètes sont loin d'être impliqués et charismatiques. Ils se complaisent dans des rôles sans doute à leur image et ne parviennent à aucun moment à retenir l'attention. Bref, des individus sans âmes et inintéressants.

Qui plus est, les lignes de dialogues sont d'une platitude effarante. Lorsqu'ils ne se regardent pas dans le blanc des yeux, l'on a droit à des « Alors, tu veux qu'on baise ? » « Quoi, je ne te plais pas ? » ou les très inutiles « Ca va aller. Je suis là pour toi. » « On fait quoi, maintenant ? » Un grand classique celui-là ! Il nous reste le loup-garou qui sauvera peut-être la série du naufrage ? Certes, la métamorphose est réussie, plutôt saisissante dans son genre. Néanmoins, la bête ne se montre que trop rarement et, lorsque c'est le cas, il s'agit au final d'un simple loup. En ce qui concerne la violence, elle est très édulcorée. Les attaques sont trop rapides et pas du tout inventives.


On la profane ou pas cette tombe ?

Bref, Hemlock grove est une cruelle déception. Alors que les débuts nous laissaient penser à une approche « Lynchienne », tout en retenue et bizarre sur le mythe du loup-garou, la suite nous inflige désillusion sur désillusion. Le scénario, creux et prévisible, n'est qu'un ramassis de clichés sur fond d'amourettes exaltantes. L'on s’ennuie ferme et même les conclusions des épisodes ne donnent nullement envie de poursuivre l'aventure. Au lieu de se concentrer sur le véritable fond (les meurtres et l'éventuelle présence d'un loup-garou), l'intrigue s'appesantit sur des détails inutiles pour tenter de pallier à un manque d'inventivité flagrant. Une série télévisée facile et fastidieuse.

Saison 2 : 4/10

Saison 3 : 3/10

A propos de l'auteur : Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Wolfcop
Lou est policier dans une bourgade quelconque du Canada. Alcoolique et paresseux, il est toujours en retard, ce qui lui vaut d’être constamment rappelé à l’ordre par son supérieur et d’être ridiculisé face à l’efficacité de sa collègue Tina. Pilier de comptoir du rad local où il échoue régulièrement pour étancher sa soif et draguer la serveuse sans succès, Lou est chargé par son chef d’aller...
Sharks - L&#039;Attaque du Requin à Deux Têtes
Asylum et les requins, c'est une grande histoire d'amour. Depuis le premier opus de sa mythique saga Mega Shark et sa nullité abyssale, la firme d'aliénés a vite compris les intérêts de ce filon décidément très porteur. Leurs productions sont d'une telle diversité ignominieuse que les requins sont une manne toute trouvée pour poursuivre leur périple à travers les méandres de la...
Béhémoth - Le Monstre des abîmes
De toutes les productions SyFy sorties, Maneaters Series a exploité le survival animalier sous toutes ses formes. Bien que modestes, certains films ont créé la surprise avec une approche relativement honnête du genre, comme l’a démontré L’instinct du chasseur . Insectes, félins, rapaces, dinosaures, requins et autres prédateurs se sont succédé sous la caméra de cinéastes plus ou moins...
Black Christmas
Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante ). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans...
Mulberry Street
- Meilleur film indépendant 2007 au festival de Toronto - Black tulip 2007 du meilleur film au festival d'Amsterdam - Meilleur film 2007 au fant-asia Film festival ainsi qu'une foule d'autres sélections, c'est avec cet impressionnant palmarès que nous accueille fièrement Mulberry Street . C'est certain qu'une tonne de références n'a jamais fait un bon film (on se demande parfois si le public des...

Sur Horreur.net