Voir la fiche complète du film : Hidden (Jack Sholder - 1987)

Hidden

Série B bien troussée et sans temps morts. Divertissant.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de Hidden
8
Extra-Terrestre
Une vague de vols, de destructions et de meurtres s’abat sur Los Angeles, tous commis par des gens parfaitement tranquilles et respectables. L’inspecteur Tom Beck (Michael Nouri), chargé de l’affaire, est rejoint sur l’enquête par un mystérieux agent du FBI, Lloyd Galagher (Kyle MacLachlan), qui semble avoir un intérêt plus que professionnel à retrouver ces étranges tueurs… Et en effet, il affirme que l’auteur de ces crimes est une seule et même créature qui a la capacité de se « glisser » de corps en corps et d’en prendre le contrôle…

Voilà ce que j’appelle une bonne série B, bien américaine, bien violente et bien emballée ! Et ce n’est pas pour rien que le film a raflé le Grand Prix du défunt Festival d’Avoriaz en 1988. Hidden est un film sans prétentions autres que de divertir et ce, dans les règles de l’art du cinéma américain (c’est-à-dire à grand renfort d’action). Avec un scénario simple et une réalisation carrée, Hidden n’a aucun mal à maintenir son spectateur en éveil.

Quelques lignes plus haut, vous avez pu lire que je qualifiais ce film de « bonne série B, bien américaine ». Pourquoi « bien américaine » ? Parce que l’on retrouve pas mal de stéréotypes typiquement américains dans le film de Sholder : des courses-poursuites à pied et en voiture, des explosions et des fusillades, un flic têtu et borné qui ne cherche qu’à faire son boulot, un alien fan de hard rock ( !?!) et de belles voitures (bah oui, il en a pas des comme ça sur sa planète le pauvre !), un soupçon d’érotisme, des décors « classiques » (la boîte de nuit mal famée, les parkings de nuit, le commissariat, la maison du flic et sa gentille petite famille, etc.)… Bref, tout un tas d’ingrédients qui font que lorsque vous regardez le film, vous ne vous posez pas la question de savoir si c’est une production espagnole ou anglaise.

Ajoutez à cela un casting made in USA avec, en têtes d’affiche, Michael Nouri (Flashdance, Captain America, Black Ice avec Michael Ironside) et Kyle Mac Lachlan (Dune, Blue Velvet, Twin Peaks, Showgirls) et des effets spéciaux assez bien foutus pour l’époque et qui passent encore plutôt bien aujourd’hui, et vous obtiendrez un très bon film policier/SF.

A noter que le réalisateur Jack Sholder a réalisé la suite des Griffes de la Nuit de Wes Craven : La Revanche de Freddy (et qui est sans doute le pire volet de la série).

Autres critiques

REC 3: Genesis
Le territoire ibérique est devenu en très peu de temps le nouveau pays des films d'horreur. La faute, ou plutôt grâce à Jaume Balaguero et son compagnon de caméra Paco Plaza. En effet, en seulement deux ou trois films, les deux compères ont conquis le monde de la terreur et ont rejoint le panthéon des cinéastes à suivre de très près. En effet, après un Fragile de la part de Balaguero, qui montre...
Mu Zan E
Grand pourvoyeur de pellicules scabreuses et dérangeantes, le cinéma japonais a tôt fait d’explorer les recoins les plus sombres et putrides de l’âme humaine. Certains réalisateurs s’en sont allègrement repus dans les années1970 avec les pinku eiga. Mais les inclinations sadiques et masochistes ne se limitent pas à un sous-genre érotique. Elles s’insinuent dans des...
Sin Ciy 2
A Sin City, les années passent, mais rien ne change. Cependant, l'heure de la revanche a sonné pour Nancy, Dwight et Johnny. En 2005, Sin City révolutionnait le Septième Art avec des graphismes bluffants restituant à merveille les comics de Frank Miller. Près de dix ans plus tard, sa suite se frayait enfin un chemin jusqu'aux salles obscures. Les fans de Sin City attendaient avec impatience ce...
V pour Vendetta
« On nous dit de nous souvenir de l'idée et non de l'homme parce qu'un homme peut échouer. Il peut être arrêté. Il peut être exécuté et tombé dans l'oubli. Alors qu'après 400 ans, une idée peut encore changer le monde. Je connais d'expérience le pouvoir des idées. J'ai vu des hommes tuer en leur nom et mourir en les défendant, mais on ne peut embrasser une idée, on ne peut la toucher ou la serrer...
Zombillenium
Occupés par une majorité de productions américaines, les films d’animation qui sortent sur grand écran aiment de temps à autre rendre un hommage au cinéma de genre. Ainsi, on concilie deux publics où les histoires sont parsemées de références en pagaille. Monstres contre Aliens, Monster House, L’étrange pouvoir de Norman ou encore Hôtel Transylvanie ... Autant d’exemples...