Voir la fiche complète du film : Horrible (Joe D'Amato - 1981)

Horrible

Un homme d'allure colossale est poursuivi par un prêtre. Blessé, il est transporté en urgence au sein d'un hôpital. Horrible demeure un slasher honorable, bien maîtrisé mais quelque peu daté, permettant de mieux appréhender l'oeuvre conséquente et inégale de Joe D'Amato !
Publié le 20 Novembre 2015 par GORE MANIACVoir la fiche de Horrible
5
Hôpital

Un homme d'allure colossale est poursuivi par un prêtre. Blessé, il est transporté en urgence au sein d'un hôpital. Mais son rétablissement est aussi spectaculaire qu'angoissant.

Après quelques épisodes érotico-exotiques de la franchise Emanuelle, le réalisateur Joe D'Amato s'est fait une petite réputation dans le monde de l'horreur dès 1979 avec le macabre Blue Holocaust. Sa rencontre avec l'acteur et scénariste George Eastman, lors du tournage du célèbre Anthropophagous, donnera naissance à quelques films d'horreur à petit budget, dont Horrible, sorti en 1981.

A des fins purement commerciales, ce long-métrage a d'ailleurs souvent été distribué sous le titre Antropophagous 2. Néanmoins, les deux films n'ont aucun rapport entre eux, si ce n'est la nationalité du tueur (D'Amato aurait il eu maille à partir avec la communauté grecque ?).

Comme dans Anthropophagous, D'Amato brode sur un canevas similaire, réparti sur un univers restreint (qui se résume à une petite bourgade, sans doute pour une question de budget), une poignée de personnages (dont le sempiternel flic blasé) et sur un tueur muet, doté d'une force surhumaine, qui évoque les références du slasher, sous-genre en vogue depuis la sortie d'Halloween. D'ailleurs, on ne peut s'empêcher d'entrevoir quelques similitudes entre le classique de John Carpenter et l'oeuvre de D'Amato, de par la dimension extraordinaire de son tueur, sorte de monstre dénué d'âme, et de son ennemi héréditaire (le prêtre remplaçant ici le docteur).


Niveau casting, outre Eastman, qui retrouve son rôle attitré de bourreau sanglant, signalons la présence d'Edmund Purdom (Peaces, Don't Open Till Christmas), dans le rôle du prêtre, et la française Annie Belle, déjà entrevue chez Jean Rollin (Lèvres de Sang) et Ruggero Deodato (La Maison au Fond du Parc).

Pouvant être dépeint comme un slasher, Horrible se démarque des productions concurrentes "made in USA" par un goût prononcé pour le gore. Avouons le, D'Amato ne fait pas grand cas du scénario, ni même de la psychologie des personnages. On le regrette pour Purdom, qui aurait sans doute apporté plus de relief et d'ambiguïté à ce prêtre visiblement marqué par les agissements de "sa créature". La bande originale, assez répétitive durant la première moitié du métrage, monte crescendo et apporte une tension bienvenue lors de l'assaut final du monstre. Très à son aise pour distiller une ambiance morbide dans Blue Holocaust (incontestablement son meilleur film d'horreur), D'Amato semble se contenter du strict minimum ici. Toutefois, cet ancien directeur photo n'est pas le premier venu et parvient à instaurer un rythme alerte à cette série B, surtout lors du dernier tiers, baignant dans un huis clos salvateur.


Point fort annoncé d'Horrible, le gore n'est toutefois pas aussi spectaculaire que prévu, même si les deux premiers meurtres sont plutôt réussis (les suivants sont plus vite expédiés), de sorte que cette petite production n'égalera en rien les séquences choc de L'Anthropophage.

Distribué en DVD à petit prix chez Bach Films depuis l'année dernière, dans une version intégrale inédite en France (ajoutant quelques scènes sans réelle importance), Horrible fait partie de ces séries B aujourd'hui oubliées qui, à défaut d'innover, reflètent à merveille un cinéma d'exploitation typique des années 80, digne des drive-in et autres cinémas de quartier. Moins malsain que Blue Holocaust et moins gore que L'Anthropophage, Horrible demeure un slasher honorable, bien maîtrisé mais quelque peu daté, permettant de mieux appréhender l'oeuvre conséquente et inégale de Joe D'Amato !

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Les Châtiments
Par le biais de leur société Dark Castle, Robert Zemeckis et Joel Silver nous offrent régulièrement des films d'horreur qui, sans être excellents, nous procurent tout de même de très bons moments. On retiendra notamment La maison de l'horreur ou La maison de cire. Assez prévisible dans l'ensemble, mais rondement mené par leur réalisateur respectif. Qui plus est, si les premières...
Star Trek
Des années que les fans l’attendaient et il est enfin là, sept ans après Némésis , le dixième film de la saga. Avec à la barre J.J. Abrams , auteur d’un incroyable Mission impossible 3 et créateur des séries que sont LOST, Alias et la toute récente Fringe , Star Trek 11 a finalement débarqué sur nos écrans. Onzième film ? Pas tout à fait car le métrage est intitulé Star Trek , un...
After Earth
Le nom de M. Night Shyamalan est raccroché à des perles du septième art de genre telles que Sixième sens , Incassable ou Signes . Des films qui laissent une empreinte nostalgique dans l'esprit des cinéphiles. D'aucuns considèrent qu'il s'agit là de ses meilleurs projets et que, depuis, le réalisateur a bien du mal à réunir les foules sous sa bannière. Même si ces derniers métrages...
The Hunger Games
Adaptation du roman éponyme qui a fait la renommée de son auteur, Hunger games est aujourd'hui porté sur pellicule. À l'instar de grandes sagas pour adolescents (Harry Potter, Twilight...), cet univers connaîtra plusieurs suites au cours des années à venir. Pour l'instant, nous sommes en présence du premier volet qui résume le premier tome de la trilogie. Avant de voir ce qu'il en...
Eyeborgs
Il me faut être honnête : lorsque l'on reçoit, pour chroniquer, un film qui s'appelle Eyeborgs , que la jaquette cherche à en mettre plein la vue avec son robot belliqueux sur fond de carnage, que l'acteur principal est Adrian Paul (la série télé Highlander ) et que le réalisateur est un illustre inconnu qui n'a accouché que de deux autres film dont le piteux Python (haha!),...