Voir la fiche complète du film : Kill Dead Zombie! (Martijn Smits, Erwin Van Den Eshof - 2012)

Kill Dead Zombie!

Un film poussif au scénario relativement vide et lourd.
Publié le 22 Septembre 2013 par AqMEVoir la fiche de Kill Dead Zombie!
2
Zombie
Nous sommes tous influencés par les choses que l'on voit, que l'on vit ou que l'on écoute et lit. Il en ressort alors un conglomérat d'idées que l'on essaye de façonner, de défaire et de refaire pour être original ou sortir de cet amas une petite pépite totalement inédite et jamais vue. Mais en décortiquant cette petite pépite, on peut se rendre compte à quel auteur, quel réalisateur on a pris cette idée. Pour certains, il est plus facile de copier en ajoutant des choses déjà vues pour paraître faussement spécial. C'est un peu le cas de ce film néerlandais qui a pour titre original Zombibi. Prenant tout ce qu'il se fait dans la comédie horrifique de zombie, les deux réalisateurs vont faire un mélange peu amène où les références sont plus que visibles, ne prenant même pas des gants pour les dissimuler. Mais y a-t-il quelque chose à sauver dans ce métrage ?


L'histoire se centre sur un personnage nommé Aziz qui perd son travail à cause de son frère qui l'appelle trop souvent lorsqu'il est au boulot. Alors qu'il va le voir lors d'une fête pour lui expliquer les raisons de son licenciement, une embrouille éclate entre les deux frères et deux racailles. Les quatre énergumènes se retrouvent en prison. Le soir, en haut de la tour où travaillait Aziz, un satellite russe s'écrase et déverse un liquide vert qui transforme les gens en morts-vivants. Alors libérés, les quatre bonshommes vont faire équipe avec une flic au tempérament de feu et un banquier crétin pour faire route vers un point de sauvetage. Mais Aziz reçoit un coup de téléphone de la fille avec laquelle il a envie de sortir pour qu'il lui vienne en aide. En gros, nous sommes face à un énième film de zombies avec sauvetage et tuerie. Bien entendu, difficile de ne pas y voir les similitudes avec le film d'Edgar Wright, Shaun of the Dead, tant le film le copie sans vergogne, mais aussi sans la finesse ni le talent de l'anglais.

On pourra aussi y voir une similitude étrange avec Cloverfield dans la quête de sauver la nana en haut d'un immeuble, ou bien encore avec Scott Pilgrim Vs The World dans des élans d'effets spéciaux vidéoludiques qui ne servent absolument à rien et qui tombent comme un cheveu sur la soupe. Alors, une fois toutes ces références assimilées, il devient difficile de voir en Kill Dead Zombie un film vraiment original et drôle. Se basant sur un humour second degré, voir même dix-huitième degré, le film se pose là en termes de lourdeur. Les gags sont téléphonés, enfantins et franchement de mauvais goût. On sait de suite que Momo, le frère de Aziz va tirer par inadvertance une flèche dans la gueule d'une star. On sait aussi que le coup du lanceur de balles de tennis sera un flop. Et puis l'insistance sur certaines scènes qui ne sont pas drôles, comme lorsqu'ils essayent de buter leur pote qui s'est fait mordre et qui s'acharne dessus sans pouvoir le tuer. Bref, rien n'est vraiment drôle là-dedans.


Le problème vient aussi des acteurs et des personnages. C'est assez drôle de voir de la discrimination « positive » au sein d'un film hollandais. Alors je mets le mot entre guillemets parce que vu l'état psychologique des personnages, on ne peut pas y voir décemment de la discrimination positive. Aziz, joué par Yahya Gaier est peut-être le seul personnage crédible. Il fallait bien un héros, et même s'il n’a pas le physique typique du héros, tout simplement parce qu'il est entouré de bras cassés, il essaye tant bien que mal de tenir la baraque. Par contre, à ses côtés, on retrouve que du mauvais. Les deux autres compères sont forcément des racailles débiles qui parlent à peine le français et qui prennent toujours des décisions bêtes, comme mettre des boules de bowling à la place de ses mains ou prendre un lanceur de balle de tennis comme arme contre les zombies. Et à côté de ça, on a un banquier qui ne pense qu'à prendre l'argent de la banque, deux frères qui vendent des kebabs et qui sont des sortes de ninjas et un gros qui devient un zombie bouffeur de zombies.

Bref, tout cela est assez aberrant. Il reste la fliquette, assez charmante, mais qui ne sert pas à grand-chose à part être l'élément fort du groupe et accessoirement, le futur coup de c½ur du héros. Au niveau du zombie, ça se tient, hormis le sang vert qui fait un peu tache, un peu comme si l'on voulait faire un film de zombie, mais avec la sécurité parentale, comme dans les jeux vidéo. Certains effets spéciaux sont plutôt bien foutus, comme lorsque le gros black éclate la tête d'un zombie avec une boule de bowling, mais d'autres frisent le ridicule, notamment lorsque l'autre black canarde une horde de zombies avec une gatling et où les effets numériques peinent à convaincre. Enfin, certains effets visuels, comme lorsque le réalisateur se prend à filmer cela comme un jeu vidéo de combat, sont malhabiles et tombent à plat, car ils n'ont rien à faire là. Sinon, on peut dire que deux twists sont assez drôles, mais cela est plutôt faible.


Strike dans ta gueule !

Au final, Kill Dead Zombie ! n'est pas un film très agréable à regarder. Poussif dans son scénario relativement vide, mais aussi bien lourd et avec des acteurs au rabais, le film ne contient que deux bonnes idées qui sont balayées d'un revers de la main. Bref, un film opportuniste, qui semble durer des heures alors qu'il ne dépasse pas les 1h20. Heureusement que les Hollandais ont Paul Verhoeven, parce sinon, leur cinéma serait au ras des tulipes...

Autres critiques

Masters of Horror 23 - Le Chat Noir
L'écrivain Edgar Poe tente, tant bien que mal, de subvenir aux besoins de son épouse, la jeune Virginia, gravement malade, en publiant ses poèmes et contes. Mais les ennuis s'accumulent suite à la présence toujours plus envahissante du chat du couple, Pluton. S'inspirant rarement de nouvelles ou de romans, la série Masters Of Horror faisait ici exception en adaptant, pour l'un des épisodes de la...
Casper
Ah! Casper le gentil fantôme ! Un chouette petit dessin animé sans prétentions qui a bercé l’enfance de pas mal d’entre nous. La transposition en film ne paraissait pas devoir poser trop de problèmes au vu des possibilités offertes, mais on sait tous comment ça peut se terminer avec les adaptations sur grand écran… Un look très "Burtonnien" pour l'intérieur de la...
Ghost Game
Tiens, un film asiatique avec des fantômes. Un de plus... C'est que depuis le succès de Ring 1er du nom, on en bouffe jusqu'à plus soif ( The Grudge, Réincarnations, Dark Water , et j'en passe) et si les qualités sont souvent présentes, il devient franchement dur de s'exciter sur ces productions qui s'empilent à n'en plus finir. Toutefois le pitch de Ghost Game pouvait s'avérer excitant avec sa...
Monster Brawl
Un geek féru de films d'horreur et de catch parvient à réunir huit monstres sacrés sur le ring, afin de déterminer quelle sera la créature la plus puissante au monde ! Le moins que l'on puisse dire en consultant le pitch de Monster Brawl , c'est que le réalisateur et scénariste du film, Jesse T. Cook, n'a pas eu peur d'aller très loin dans son délire, en confrontant des légendes du Septième Art...
All through the house
La période de Noël associée au slasher a connu son succès (et son déclin) avec la saga Douce nuit, sanglante nuit . Il en résultait des productions inégales où chaque suite sombrait toujours un peu plus dans la nullité. S’il existe d’autres incursions similaires telles que Very Bad Santa , le genre et le contexte ne se prêtent guère à des films notables, mais à des productions au mieux généreuse...