Voir la fiche complète du film : The Coffin (Ekachai Uekrongtham - 2008)

The Coffin

Un drame fantastique bavard et pour tout dire, un peu chiant...
Publié le 4 Juin 2011 par GeoffreyVoir la fiche de The Coffin
3

Pour le critique de cinéma, il existe en gros trois catégories de films : ceux qu'il a beaucoup apprécié et sur lesquels il y a beaucoup à dire, ceux qu'il a détesté et sur lesquels il y a également beaucoup de choses à raconter et puis il y a la dernière catégorie: ceux qui laissent indifférent. C'est celle-là qui donne le plus de fil à retordre au critique consciencieux et désireux d'informer son lectorat le mieux possible, car les films de cette catégorie sont généralement inspides. De fait, les critiquer devient très difficile car il n'y a pas grand chose à en dire.

Pour vous parler de The Coffin, je pourrais vous raconter que c'est un film atmosphérique et teinté d'exotisme, que son déroulement lent est propice à mettre en place une ambiance étrange ou que ses nombreux dialogues contribuent à mieux comprendre les rites de la culture thaïlandaise, c'est vrai, je pourrais vous dire tout ça. Mais ce serait déformer la vérité car pour être honnête, The Coffin est juste chiant.


Une mise en bière ratée...

Il existe un rituel thaï qui consiste à s'endormir dans un cercueil afin de se débarrasser de son mauvais karma et ainsi d'éloigner le mal ou la mort.
Chris dont la fiancée se meure et Sue atteinte d'un cancer en phase terminale décident d'accomplir ce rituel pour changer leur vies. Mais ils sont confrontés à une serie d'incidents paranormaux durant le rituel. Ils décident tout de même de poursuivre l'expérience.

Bientôt, des évènements terrifiants viendront les hanter, et avec l'aide d'un professeur spécialisé dans les rituels et événements paranormaux, ils vont tenter d'exorciser les fantômes qui les hantent...


Un plan d'introduction de toute grande classe.

Le problème de The Coffin, outre le manque d'action et ses scènes étirées plus que de raison, c'est qu'il est vendu comme un film d'épouvante. Or, à l'exception de quelques séquences horrorifiques (dont une très jolie scène dans un couloir de miroirs et une autre dans un cercueil qui se remplit de sang), il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Le film se présente plus comme un drame fantastique teinté d'horreur que comme un film d'horreur véritable. D'où, problème, car le spectateur se sent un peu lésé sur la marchandise. En lieu et place d'images sanguinolentes ou de fantômes effrayants, il a droit à de nombreux dialogues et à des scènes où il ne passe rien.
Le film parle d'amour et d'amitié, explore la psychologie de ses personnages et des conséquences de leur choix, et il faut reconnaître que de ce point de vue c'est assez bien fait. C'est tout à l'honneur du réalisateur Ekachai Uekrongtham qui a su se montrer efficace pour dépeindre le tourment de ses protagonistes.
On restera par contre un peu plus réservé en ce qui concerne le montage car beaucoup de scènes sont un peu trop étirées, de même que des plans d'inserts inutiles parsèment le métrage, ce qui a pour effet de ralentir un rythme déjà peu trépidant à la base.

Heureusement, les acteurs sont de qualité et très crédibles en plus d'être sympathiques, ce qui aide à faire passer la pilule.


Blood bath!

Graphiquement, le film est beau, à l'image de cette superbe introduction où des centaines de cercueils sont disposés autour d'une gigantesque statue thaïlandaise. Les séquences d'épouvante sont également bien troussées avec des fantômes qui ont le bon goût d'éviter le cliché "femme aux cheveux longs". Mais là où le bâs blesse, c'est clairement au niveau du rythme et de la narration. Les enjeux mettent trop de temps à se dessiner et les frissons sont trop rares pour un film estampillé "épouvante/horreur". Dommage, car on avait envie de l'aimer ce Coffin.

Malgré tout, je ne déconseillerais pas la vision de ce film Thaïlandais car les amateurs d'histoire atmosphériques ou de films asiatiques pourront peut-être l'apprécier. Pour celà, ils devront tout de même garder à l'esprit qu'il s'agit d'un drame fantastique parfois intimiste et non pas un film de fantômes classique.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Halloween 2
En 2007, Rob Zombie nous avait proposé sa vision du grand classique de John Carpenter , Halloween: La nuit des masques . L'exercice n'avait rien de facile puisque le film de Big John est un classique pour une grande majorité des amateurs de films d'horreur. Pourtant, le "jeune" réalisateur qui n'avait alors que deux longs métrages à son actif s'en était sorti avec...
Z nation
Si les zombies sont difficilement indissociables du domaine de l’horreur, ils le sont encore plus depuis quelques années avec un engouement populaire propre à les emporter au-delà d’une sphère de cinéphiles avertis. Les séries télévisées ne sont pas en reste avec quelques perles éphémères assez discrètes comme Dead set ou In the flesh . Mais c’est sans aucun doute The Walking Dead qui rafle la...
Priest
Dans un avenir proche, un prêtre se met en tête de sauver sa nièce des canines acérées d'une horde de vampires. Après l'imparfait et mésestimé Légion , Scott Stewart poursuit dans le thème de la religion et de la spiritualité avec Priest . Comme son précédent film, Priest pâtit d'une piètre réputation envers son public. Si les suceurs de sang ont subi maints revers depuis quelque temps, il n'en...
Blood Dolls
Impossible de commencer cette critique sans un petit rappel de qui est Charles Band et de la société qui lui est fondamentalement associée, Full Moon . Il s'agit d'une société qui a produit un nombre assez impressionnant de films d'horreur et qui continue aujourd'hui encore à faire des films un peu plus obscurs. À l'image de The Asylum qui bouffe à tous les râteliers, Full Moon et Charles Band s'...
L'enfer des zombies
À plus d’un égard, L’enfer des zombies occupe une importance particulière dans le genre horrifique et le cinéma transalpin. Surfant sur la vague initiée par les films de Romero, le présent métrage est également considéré comme le premier film d’horreur de Lucio Fulci. Déjà versé dans le giallo et le thriller sulfureux, comme l’attestent Le venin de la peur et L’...