Voir la fiche complète du film : The Coffin (Ekachai Uekrongtham - 2008)

The Coffin

Un drame fantastique bavard et pour tout dire, un peu chiant...
Publié le 4 Juin 2011 par GeoffreyVoir la fiche de The Coffin
3

Pour le critique de cinéma, il existe en gros trois catégories de films : ceux qu'il a beaucoup apprécié et sur lesquels il y a beaucoup à dire, ceux qu'il a détesté et sur lesquels il y a également beaucoup de choses à raconter et puis il y a la dernière catégorie: ceux qui laissent indifférent. C'est celle-là qui donne le plus de fil à retordre au critique consciencieux et désireux d'informer son lectorat le mieux possible, car les films de cette catégorie sont généralement inspides. De fait, les critiquer devient très difficile car il n'y a pas grand chose à en dire.

Pour vous parler de The Coffin, je pourrais vous raconter que c'est un film atmosphérique et teinté d'exotisme, que son déroulement lent est propice à mettre en place une ambiance étrange ou que ses nombreux dialogues contribuent à mieux comprendre les rites de la culture thaïlandaise, c'est vrai, je pourrais vous dire tout ça. Mais ce serait déformer la vérité car pour être honnête, The Coffin est juste chiant.


Une mise en bière ratée...

Il existe un rituel thaï qui consiste à s'endormir dans un cercueil afin de se débarrasser de son mauvais karma et ainsi d'éloigner le mal ou la mort.
Chris dont la fiancée se meure et Sue atteinte d'un cancer en phase terminale décident d'accomplir ce rituel pour changer leur vies. Mais ils sont confrontés à une serie d'incidents paranormaux durant le rituel. Ils décident tout de même de poursuivre l'expérience.

Bientôt, des évènements terrifiants viendront les hanter, et avec l'aide d'un professeur spécialisé dans les rituels et événements paranormaux, ils vont tenter d'exorciser les fantômes qui les hantent...


Un plan d'introduction de toute grande classe.

Le problème de The Coffin, outre le manque d'action et ses scènes étirées plus que de raison, c'est qu'il est vendu comme un film d'épouvante. Or, à l'exception de quelques séquences horrorifiques (dont une très jolie scène dans un couloir de miroirs et une autre dans un cercueil qui se remplit de sang), il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Le film se présente plus comme un drame fantastique teinté d'horreur que comme un film d'horreur véritable. D'où, problème, car le spectateur se sent un peu lésé sur la marchandise. En lieu et place d'images sanguinolentes ou de fantômes effrayants, il a droit à de nombreux dialogues et à des scènes où il ne passe rien.
Le film parle d'amour et d'amitié, explore la psychologie de ses personnages et des conséquences de leur choix, et il faut reconnaître que de ce point de vue c'est assez bien fait. C'est tout à l'honneur du réalisateur Ekachai Uekrongtham qui a su se montrer efficace pour dépeindre le tourment de ses protagonistes.
On restera par contre un peu plus réservé en ce qui concerne le montage car beaucoup de scènes sont un peu trop étirées, de même que des plans d'inserts inutiles parsèment le métrage, ce qui a pour effet de ralentir un rythme déjà peu trépidant à la base.

Heureusement, les acteurs sont de qualité et très crédibles en plus d'être sympathiques, ce qui aide à faire passer la pilule.


Blood bath!

Graphiquement, le film est beau, à l'image de cette superbe introduction où des centaines de cercueils sont disposés autour d'une gigantesque statue thaïlandaise. Les séquences d'épouvante sont également bien troussées avec des fantômes qui ont le bon goût d'éviter le cliché "femme aux cheveux longs". Mais là où le bâs blesse, c'est clairement au niveau du rythme et de la narration. Les enjeux mettent trop de temps à se dessiner et les frissons sont trop rares pour un film estampillé "épouvante/horreur". Dommage, car on avait envie de l'aimer ce Coffin.

Malgré tout, je ne déconseillerais pas la vision de ce film Thaïlandais car les amateurs d'histoire atmosphériques ou de films asiatiques pourront peut-être l'apprécier. Pour celà, ils devront tout de même garder à l'esprit qu'il s'agit d'un drame fantastique parfois intimiste et non pas un film de fantômes classique.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Mushishi
Les Japonais sont doués dans le domaine du fantastique, particulièrement dans les histoires de fantômes. Plus ouvert d’esprit sur ce point que les Occidentaux, ce qui est invisible fait partie intégrante de leur existence. S’ils aiment explorer cet aspect de leur quotidien dans des légendes urbaines et des récits de hantise, ils n’ont pas leur pareil pour des œuvres plus posées...
Scary Movie 4
On prend les mêmes que le 3 et on recommence (encore!). Alors que le premier épisode parodiait intelligemment des classiques du slasher, la série des Scary movie s'est depuis enfoncée dans le détournement frénétique des blockbusters ayant récemment bien fonctionnés au box-office. Et la seule chose qui la différencie encore de navets comme Big Movie , Spartatouille ou autre ânerie du genre, ce...
Monster Man
Adam est sur la route pour rejoindre la fille qu'il aime depuis toujours sans jamais avoir eu le courage de lui avouer, Betty-Anne. Il découvre rapidement que son "meilleur" ami s’est joint à lui, pour son plus grand malheur. Mais les deux compères sont vite pris en chasse par un Monster Truck conduit par une créature bien décidée à en finir avec eux... Monster Man est un film...
Sin Ciy 2
A Sin City, les années passent, mais rien ne change. Cependant, l'heure de la revanche a sonné pour Nancy, Dwight et Johnny. En 2005, Sin City révolutionnait le Septième Art avec des graphismes bluffants restituant à merveille les comics de Frank Miller. Près de dix ans plus tard, sa suite se frayait enfin un chemin jusqu'aux salles obscures. Les fans de Sin City attendaient avec impatience ce...
Conjuring : les Dossiers Warren
On ne présente plus James Wan, grand talent du cinéma de genre révélé dans les années 2000 par la plus célèbre saga du torture-porn, Saw . Fort heureusement pour lui, il s'en détourne assez rapidement pour se tourner vers des films plus intimistes, mais non dénués d'ambitions. Après Insidious en 2010 qui avait partagé la communauté (il en ressortait tout de même un métrage à l'...