Voir la fiche complète du film : L'Arène (Josh C. Waller - 2012)

L'Arène

Même si l’on sait déjà qu’il ne faut pas trop se frotter aux dames, L’Arène enfonce le clou en exhibant des combats à mort purement féminins. Dur, violent, presque cynique, ce film vous fera au moins une fois détourner le regard de l’écran.
Publié le 19 Août 2018 par KinemaVoir la fiche de L'Arène
6

Elles vont s’entretuer et ça va faire très mal ! La thématique du combat à mort est omniprésente dans le cinéma. Ces automassacres sont parfois de pures expériences à l’instar de Battle Royale ou encore The Belko Experiment. On pense même à adapter des shows TV comme dans le cas de Hunger Games, Course à la mort ou le récent The Jurassic Games. Ces émissions sont peut-être d’ailleurs des mises en abîme de notre propre condition de spectateur avide de duels jusqu’à trépas. De temps à autre, l’affrontement se voit plus subtil comme dans l’excellent Circle d’Aaron Hann et Mario Miscione, où des inconnus seront confrontés au choix cornélien de qui mérite la vie. Et quand il le faut, on va balancer toutes ces justifications superflues et proposer de sales bagarres entre jolies filles pour le plaisir de quelques bourgeois manquant d’inspirations constructives pour leurs dépenses.

L'Arène

Vous l’aurez compris, il s’agira donc de jeunes femmes qui vont s’étriper sous peine de voir les membres de leur famille tués en cas de refus d’obtempérer. Leurs seules armes ; leur corps et les murs de pierres définissant leur arène de fortune. Elles ne manqueront pas d’imagination pour anéantir leurs adversaires, le film n’étant pas avare en hémoglobine, il sera parfois nécessaire de détourner les yeux. Même si à force, malheureusement, il se dégagera une impression de gratuité dans la violence tirant vers le sadisme, et ce, jusqu’aux dernières minutes de visionnage.

On suivra principalement les mésaventures de Sabrina, interprétée par Zoë Bell (Freshwater, Les 8 Salopards), se battant pour la survie de sa fille. Principalement, oui, car L’Arène propose un tour de passe-passe scénaristique en tout début de bobine. Une petite audace assez peu vue et plus que bienvenue qui met encore davantage en avant l’aspect impitoyable du film. Ce n’est pas parce que l’on a affaire à des demoiselles qu’il faut faire dans la dentelle.

On soulignera également la présence de Doug Jones au casting jouant le rôle d’un des antagonistes principaux. L’homme étant majoritairement connu pour son travail aux côtés de Guillermo Del Toro. L’acteur est un habitué des très lourds maquillages demandant plusieurs heures d’application, il se cache notamment derrière les traits du faune du Labyrinthe de Pan. Mais ici, il se montrera sous son vrai visage et c’est assez rare pour être mentionné.

L'Arène

Violent, presque cynique, L’Arène vous forcera au moins une fois éloigner votre regard de l’écran. À scénario dérisoire, impact disproportionné, le métrage veut vous remuer les viscères et vous faire ressentir sa hargne. Reste à savoir si le discours, tellement peu imaginatif, ne finit pas par en être un peu vain. Oh et puis mince ! Arrêtons de réfléchir et jetons-leur de la boue. Ça agrémentera le spectacle et dissimulera le sang qui, décidément, coule à flots.

Autres critiques

American Horror Story
Un couple qui bat de l'aile déménage à Los Angeles avec leur fille dans une immense demeure. Toutefois, leur joie est de courte durée lorsqu'ils comprennent que le passé du lieu est loin d'être un mauvais souvenir... Après s'être attelé aux travers de la chirurgie esthétique avec Nip/Tuck ou à la comédie musicale au sein d'un lycée ( Glee ), le duo Murphy/Falchuk se penche sur...
Phantasm
Quand on évoque les grands films d'horreur "à suite" et leur boogeyman charismatique, on pense de suite à des sagas cultes comme Les griffes de la nuit et Freddy Krueger , Vendredi 13 et Jason Voorhees , Halloween et Michael Myers ou encore la série des Chucky . Mais il y a une autre saga, composée de 4 épisodes (paraitrait qu'un cinquième verra le jour dans un avenir incertain...
Timber Falls
Pour son premier film d'horreur, le réalisateur Tony Giglio s'est attaqué à un genre très prisé, voire surexploité: le Survival. Forestier dans le cas de Timber Falls . Pour ce faire, le réalisateur s'est muni de son petit livre "Le Survival pour les Nuls" afin de respecter le cahier des charges inhérent au genre. Le film ressemble donc à une succession de clins d'oeil...
La pluie du diable
Bien souvent, les productions sur le satanisme sont l’expression de fantasmes issus de l’imaginaire collectif. Des histoires telles que L’exorciste joue de surréalisme pour dépeindre le mal de manière explicite. On ne reviendra pas sur le statut de chef-d’œuvre mérité et incontournable de l’adaptation de William Friedkin. Tout aussi culte, Rosemary’s Baby se...
Sharktopus
Entre deux épisodes de la saga Détour mortel, Declan O'Brien troque les régions boisées et reculées de la Virginie pour des eaux turquoise, des plages de sable fin, de jeunes donzelles en bikini et une bestiole comme vous n'en avez encore jamais vu. On le sait la sharksploitation est toujours une manne providentielle pour des producteurs peu scrupuleux. En tête de liste, les studios...