Voir la fiche complète du film : L'Arène (Josh C. Waller - 2012)

L'Arène

Même si l’on sait déjà qu’il ne faut pas trop se frotter aux dames, L’Arène enfonce le clou en exhibant des combats à mort purement féminins. Dur, violent, presque cynique, ce film vous fera au moins une fois détourner le regard de l’écran.
Publié le 19 Août 2018 par KinemaVoir la fiche de L'Arène
6

Elles vont s’entretuer et ça va faire très mal ! La thématique du combat à mort est omniprésente dans le cinéma. Ces automassacres sont parfois de pures expériences à l’instar de Battle Royale ou encore The Belko Experiment. On pense même à adapter des shows TV comme dans le cas de Hunger Games, Course à la mort ou le récent The Jurassic Games. Ces émissions sont peut-être d’ailleurs des mises en abîme de notre propre condition de spectateur avide de duels jusqu’à trépas. De temps à autre, l’affrontement se voit plus subtil comme dans l’excellent Circle d’Aaron Hann et Mario Miscione, où des inconnus seront confrontés au choix cornélien de qui mérite la vie. Et quand il le faut, on va balancer toutes ces justifications superflues et proposer de sales bagarres entre jolies filles pour le plaisir de quelques bourgeois manquant d’inspirations constructives pour leurs dépenses.

L'Arène

Vous l’aurez compris, il s’agira donc de jeunes femmes qui vont s’étriper sous peine de voir les membres de leur famille tués en cas de refus d’obtempérer. Leurs seules armes ; leur corps et les murs de pierres définissant leur arène de fortune. Elles ne manqueront pas d’imagination pour anéantir leurs adversaires, le film n’étant pas avare en hémoglobine, il sera parfois nécessaire de détourner les yeux. Même si à force, malheureusement, il se dégagera une impression de gratuité dans la violence tirant vers le sadisme, et ce, jusqu’aux dernières minutes de visionnage.

On suivra principalement les mésaventures de Sabrina, interprétée par Zoë Bell (Freshwater, Les 8 Salopards), se battant pour la survie de sa fille. Principalement, oui, car L’Arène propose un tour de passe-passe scénaristique en tout début de bobine. Une petite audace assez peu vue et plus que bienvenue qui met encore davantage en avant l’aspect impitoyable du film. Ce n’est pas parce que l’on a affaire à des demoiselles qu’il faut faire dans la dentelle.

On soulignera également la présence de Doug Jones au casting jouant le rôle d’un des antagonistes principaux. L’homme étant majoritairement connu pour son travail aux côtés de Guillermo Del Toro. L’acteur est un habitué des très lourds maquillages demandant plusieurs heures d’application, il se cache notamment derrière les traits du faune du Labyrinthe de Pan. Mais ici, il se montrera sous son vrai visage et c’est assez rare pour être mentionné.

L'Arène

Violent, presque cynique, L’Arène vous forcera au moins une fois éloigner votre regard de l’écran. À scénario dérisoire, impact disproportionné, le métrage veut vous remuer les viscères et vous faire ressentir sa hargne. Reste à savoir si le discours, tellement peu imaginatif, ne finit pas par en être un peu vain. Oh et puis mince ! Arrêtons de réfléchir et jetons-leur de la boue. Ça agrémentera le spectacle et dissimulera le sang qui, décidément, coule à flots.

Autres critiques

2001 Maniacs
Un groupe de jeunes partis en vacances se retrouvent à Pleasant Valley, une bourgade perdue du sud des États-Unis qui les accueille à bras levés. Mais cette bonne humeur apparente cache un appétit insatiable pour… la chair humaine. Considéré à tort ou à raison comme un film culte, 2000 maniacs avait au moins le mérite d'être le précurseur du cinéma gore. Aussi, le remake voit le jour...
Alone in the Dark 2
Quand on reçoit le DVD d' Alone in the Dark 2 pour en effectuer la critique, on ne peut s'empêcher de penser aux atroces 90 minutes qu'avait constitué le visionnage d' Alone in The Dark premier du nom, adaptation complètement foirée du célèbre jeu-vidéo et réalisée par le "maître" Uwe Boll . Ce même Uwe Boll qui avait déjà commis un autre forfait devenu célèbre dans le...
Repo! The Genetic Opera
Celà faisait des années qu'il nous en parlait, et il est enfin là. Le voilà enfin le fameux opéra-rock de Darren Lynn Bousman ! Le réalisateur de Saw 2, 3 et 4 criait à qui voulait l'entendre qu'il était un artiste et qu'il n'avait jamais voulu devenir réalisateur de film de torture. Et il comptait bien nous le prouver avec Repo, the genetic opera , un film qu'il murit depuis des années. On...
The Thing
Quand l'annonce d'un remake/prequel du mythique chef d'oeuvre de Big John Carpenter a été proclamée, beaucoup ont crié au scandale. Je ne fais pas partie des gens qui s'amusent à défoncer un métrage avant de l'avoir vu et de me faire une propre opinion, mais pour le coup, je me suis dit que cela allait être très difficile de passer derrière le film de 1982, tant il reste...
Fanatique
**Attention, cette critique contient de nombreux spoilers.** Sept étudiants séjournent un week-end sur une petite île afin d'y étudier la faune locale. Ils sont accueillis sur place par leurs hôtes, un couple de cinéphiles sympathique mais quelque peu insolite. Le slasher, sous-genre horrifique rendu célèbre dès la fin des années 70, avec le succès des franchises Halloween et Vendredi 13 ,...