Voir la fiche complète du film : La Sentinelle des Maudits (Michael Winner - 1977)

La Sentinelle des Maudits

Mannequin à succès, la belle Alison Parker, fragilisée par un passé trouble, souhaite emménager seule dans un appartement. La Sentinelle des Maudits mérite incontestablement une seconde chance, après une sortie cinéma plutôt discrète. Riche d'un casting de grande qualité, ce film démontre surtout les qualités d'un cinéaste aujourd'hui un peu oublié.
Publié le 24 Novembre 2018 par GORE MANIACVoir la fiche de La Sentinelle des Maudits
8

Attention, cette critique contient des spoilers.

Mannequin à succès, la belle Alison Parker, fragilisée par un passé trouble, souhaite emménager seule dans un appartement. Elle trouve refuge dans un vieil immeuble new-yorkais, et fait la connaissance d'étranges voisins.

Les années 70 marquent un tournant majeur dans le fantastique, avec de nouvelles thématiques et des effets visuels plus élaborés. A la suite de L'Exorciste, de nombreux films tentèrent de profiter de cette embellie du genre pour proposer moult films de possession démoniaque, avec une belle part offerte aux prêtres, tour à tour gardiens du Bien ou simples guides spirituels.

Surtout réputé pour sa collaboration avec Charles Bronson sur la saga épique des Death Wish, Michael Winner s'essayait ici à l'épouvante, en y apportant toutefois sa propre touche. Même s'il est très ancré dans les seventies (habits, décors, publicités dans lesquelles évolue Alison), la première demi-heure du film instille une ambiance pesante, Winner soignant à merveille les caractéristiques techniques du métrage.

1

Dans un style évoquant le poisseux Rosemary's Baby, on découvre le passé tumultueux de l'héroïne, victime d'une double tentative de suicide. Dans ce rôle complexe, la trop rare Cristina Raines, qui joua surtout pour la télévision, est aussi touchante qu'attachante, face à un Chris Sarandon (Jeu d'Enfant) lui aussi parfait en avocat froid et pragmatique.

A la fois nostalgique d'un faste passé et mystérieux, le vieil immeuble va occuper rapidement une place prépondérante dans La Sentinelle des Maudits. Tour à tour témoin d'étranges moeurs (dont le couple de lesbiennes), puis actrice des cauchemars d'Alison (le lustre qui bouge la nuit, les bruits de pas au dessus de l'appartement de l'héroïne), cette vieille demeure, propriété du diocèse, va devenir le théâtre d'une lutte antédiluvienne entre le Bien et le Mal.

La force de ce film, qui alterne en fait entre suspense, fantastique et horreur pure (avec d'excellents effets spéciaux pour l'époque) réside dans un son étincelant casting. Outre le plaisir de découvrir certains grands acteurs à leurs débuts (Walken, Goldblum), Winner s'offre de grands noms qui portent à merveille un scénario plutôt réussi. Ainsi, Eli Wallach (Le Bon, la Brute et le Truand) campe un flic obstiné mais néanmoins très sarcastique. Burgess Meredith, l'entraineur mythique de Rocky, interprète un vieux locataire aussi malicieux qu'effrayant dans un épilogue remarquable. Ava Gardner, en logeuse sévère, ne manque pas de classe et de délicatesse. Enfin, le trouble couple formé par Beverly D'Angelo et Sylvia Miles (Massacres dans le Train Fantôme) propose un érotisme malsain rarement évoqué à l'époque dans ce type de films, mais qui démarque nettement La Sentinelle des Maudits d'autres productions des années 70.

1

Ce parti pris original et (ré)créatif continuera d'envahir notre rétine durablement, à mesure que la vérité s'éclaircira sur les raisons du décès de la première femme du fiancé d'Alison. L'épilogue, avec un défilé de monstres que n'aurait pas renié un Tod Browning, finit par emporter définitivement l'adhésion, Michael Winner offrant une tonalité sombre à l'ensemble dont il a le secret.

Edité en Blu-Ray par Elephant Films depuis quelques jours, avec d'autres raretés, à l'occasion de fêtes de fin d'année placées sous le signe du fantastique, La Sentinelle des Maudits mérite incontestablement une seconde chance, après une sortie cinéma plutôt discrète. Riche d'un casting de grande qualité, ce film démontre surtout les qualités d'un cinéaste aujourd'hui un peu oublié.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Black Christmas
Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante ). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans...
Magic Magic
Il est parfois des films avec lesquels on ne sait pas trop à quoi s’attendre. Un cinéaste peu connu, une histoire qui ne paie pas de mine et pourtant, l’on souhaite découvrir ce genre de métrage en espérant y déceler une petite perle rare boudée par le grand public, à tout le moins passer une bonne soirée en compagnie d’une surprise agréable. Magic magic semblait rentrer dans ces considérations...
Dracula 3D
L'adaptation entreprise par Dario Argento pour le grand écran du célèbre roman de Bram Stoker est un ratage quasi complet. C'est un constat qu'il faut faire d'emblé si l'on veut pouvoir en tirer un peu de satisfaction, refusant d'accepter totalement le bourbier progressif dans lequel, celui que l'on nomma autrefois "le maître de l'horreur", s'empêtre plus profondément avec chacun de ses derniers...
Yéti : Le géant d'un autre monde
Les années 1970 sont particulièrement friandes des créatures mythiques qui ornent le tableau de chasse fantasmé des cryptozoologues. Le sasquatch, le bigfoot ou même l’abominable homme des neiges ont eu droit à quelques métrages plus ou moins dispensables. C’est notamment le cas de Sasquatch, the Legend of Bigfoot , Snowbeast ou encore Screams of a Winter Night . Il est en revanche un...
Krampus Unleashed
Dans la catégorie des films d’horreur de Noël, on distingue plusieurs types de productions. Celles qui démystifient l’image symbolique du père Noël. Les métrages qui usent du contexte de manière plus ou moins abusive. Et enfin ceux qui explorent la face cachée de cette fête, en mettant souvent sur le devant de la scène des antithèses du père Noël, comme le Grinch, Saint-Nicolas ou...