Voir la fiche complète du film : La Sentinelle des Maudits (Michael Winner - 1977)

La Sentinelle des Maudits

Mannequin à succès, la belle Alison Parker, fragilisée par un passé trouble, souhaite emménager seule dans un appartement. La Sentinelle des Maudits mérite incontestablement une seconde chance, après une sortie cinéma plutôt discrète. Riche d'un casting de grande qualité, ce film démontre surtout les qualités d'un cinéaste aujourd'hui un peu oublié.
Publié le 24 Novembre 2018 par GORE MANIACVoir la fiche de La Sentinelle des Maudits
8

Attention, cette critique contient des spoilers.

Mannequin à succès, la belle Alison Parker, fragilisée par un passé trouble, souhaite emménager seule dans un appartement. Elle trouve refuge dans un vieil immeuble new-yorkais, et fait la connaissance d'étranges voisins.

Les années 70 marquent un tournant majeur dans le fantastique, avec de nouvelles thématiques et des effets visuels plus élaborés. A la suite de L'Exorciste, de nombreux films tentèrent de profiter de cette embellie du genre pour proposer moult films de possession démoniaque, avec une belle part offerte aux prêtres, tour à tour gardiens du Bien ou simples guides spirituels.

Surtout réputé pour sa collaboration avec Charles Bronson sur la saga épique des Death Wish, Michael Winner s'essayait ici à l'épouvante, en y apportant toutefois sa propre touche. Même s'il est très ancré dans les seventies (habits, décors, publicités dans lesquelles évolue Alison), la première demi-heure du film instille une ambiance pesante, Winner soignant à merveille les caractéristiques techniques du métrage.

1

Dans un style évoquant le poisseux Rosemary's Baby, on découvre le passé tumultueux de l'héroïne, victime d'une double tentative de suicide. Dans ce rôle complexe, la trop rare Cristina Raines, qui joua surtout pour la télévision, est aussi touchante qu'attachante, face à un Chris Sarandon (Jeu d'Enfant) lui aussi parfait en avocat froid et pragmatique.

A la fois nostalgique d'un faste passé et mystérieux, le vieil immeuble va occuper rapidement une place prépondérante dans La Sentinelle des Maudits. Tour à tour témoin d'étranges moeurs (dont le couple de lesbiennes), puis actrice des cauchemars d'Alison (le lustre qui bouge la nuit, les bruits de pas au dessus de l'appartement de l'héroïne), cette vieille demeure, propriété du diocèse, va devenir le théâtre d'une lutte antédiluvienne entre le Bien et le Mal.

La force de ce film, qui alterne en fait entre suspense, fantastique et horreur pure (avec d'excellents effets spéciaux pour l'époque) réside dans un son étincelant casting. Outre le plaisir de découvrir certains grands acteurs à leurs débuts (Walken, Goldblum), Winner s'offre de grands noms qui portent à merveille un scénario plutôt réussi. Ainsi, Eli Wallach (Le Bon, la Brute et le Truand) campe un flic obstiné mais néanmoins très sarcastique. Burgess Meredith, l'entraineur mythique de Rocky, interprète un vieux locataire aussi malicieux qu'effrayant dans un épilogue remarquable. Ava Gardner, en logeuse sévère, ne manque pas de classe et de délicatesse. Enfin, le trouble couple formé par Beverly D'Angelo et Sylvia Miles (Massacres dans le Train Fantôme) propose un érotisme malsain rarement évoqué à l'époque dans ce type de films, mais qui démarque nettement La Sentinelle des Maudits d'autres productions des années 70.

1

Ce parti pris original et (ré)créatif continuera d'envahir notre rétine durablement, à mesure que la vérité s'éclaircira sur les raisons du décès de la première femme du fiancé d'Alison. L'épilogue, avec un défilé de monstres que n'aurait pas renié un Tod Browning, finit par emporter définitivement l'adhésion, Michael Winner offrant une tonalité sombre à l'ensemble dont il a le secret.

Edité en Blu-Ray par Elephant Films depuis quelques jours, avec d'autres raretés, à l'occasion de fêtes de fin d'année placées sous le signe du fantastique, La Sentinelle des Maudits mérite incontestablement une seconde chance, après une sortie cinéma plutôt discrète. Riche d'un casting de grande qualité, ce film démontre surtout les qualités d'un cinéaste aujourd'hui un peu oublié.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

The Jungle
La première chose qui m'est venu à l'esprit après avoir vu l'image finale de The Jungle a été : mais qu'est-ce que je vais bien pouvoir raconter sur ce film ? Car si je devais résumer en un mot ce que j'en ai pensé, je dirais nul. Ou chiant. Ou affreux, c'est au choix. Ce résultat est d'autant plus surprenant que le réalisateur et scénariste du film n'est autre que l'Australien Andrew Traucki ,...
Peur Bleue 2
Annoncée il y a peu, la suite de Deep Blue Sea ( Peur Bleue en version française, à ne pas confondre avec l’adaptation éponyme du roman lycanthrope de Stephen King) ne promettait pas que de bonnes choses, loin de là. Ayant la lourde tâche de succéder au plus gros blockbuster de requins des années 2000, cette petite production est, quant à elle, annoncée sur la chaîne Syfy, connue pour...
Taram et le Chaudron Magique
Film Disney mal-aimé et singulier au sein de la filmographie du studio aux grandes oreilles, Taram et le Chaudron Magique , sorti en 1985, vaut pourtant bien mieux que sa désastreuse réputation le laisse supposer. Déjà, c'est un spectacle étonnament adulte pour un Disney, mais en outre, il constitue l'une des rares tentatives de sortir du carcan des "films musicaux pour toute la...
Dredd
Le personnage de Judge Dredd, créé par John Wagner et Carlos Ezquerra, fait sa première apparition dans 2000 A.D, une revue britannique de science-fiction, en 1977. Mais ce n'est qu'en 1990 que le personnage possède sa propre série avec Judge Dredd Magazine. Ce personnage deviendra vite emblématique par sa représentation de la justice et par la violence du propos. L'univers dans lequel évolue le...
Kong - Skull Island
Depuis le chef d’œuvre de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, King Kong est devenu une figure emblématique du septième art. Au fil des époques, le gorille géant s’est initié dans des remakes tout à fait convenables, mais aussi dans des séries B et des nanars pour le moins discutables. Preuve en est avec King Kong 2 de John Guillermin, un métrage de sinistre mémoire. Malgré ces...