Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : La Folle Histoire de l'Espace (Mel Brooks - 1987)

La Folle Histoire de l'Espace

Une très bonne comédie signée Mel Brooks. Rigolo, kitsch et porté par un casting excellent.
Publié le 1 Janvier 2008 par JulienVoir la fiche de La Folle Histoire de l'Espace
8
Robot Extra-Terrestre Désert

La planète Spaceball est en danger, elle connaît une pénurie d'air. Le président Ezbroof, de la planète Spaceball, charge le maléfique Lord Casque Noir de s'emparer de l'atmosphère de la pacifique planète Druidia, qui s'apprête à célèbrer le mariage de la Princesse Vespa avec le Prince Valium. Au dernier moment, la Princesse Vespa prend la poudre d'escampette et s'envole vers les étoiles avec son fidèle droïde. Mais elle croise le chemin du vaisseau de Lord Casque Noir qui décide de la prendre en otage. Le père de la Princesse, le roi Roland, fait appel à Yob Solo et à son fidèle Beurk pour arracher sa fille des griffes de Lord Casque Noir...

C'est au déjanté Mel Brooks que l'on doit cette comédie très dynamique qui parodie allègrement Star Wars et Star Trek. Réalisateur de l'excellent Frankenstein Junior (1967), Mel Brooks développe dans sa Folle Histoire de l'Espace un humour à plusieurs "niveaux". Par conséquent, certains gags sont plus lourds que d'autres. Mais tout dépend de chaque individu, nous ne sommes pas tous sensibles à une même forme d'humour...

L'intrigue de Spaceballs (titre original du film) lorgne fortement du côté de La Guerre des Etoiles et L'Empire contre-attaque. Des personnages aux appareils, en passant par les décors et les situations, Spaceballs parodie sans vergogne la trilogie originale de George Lucas. On retrouve ainsi dans Spaceballs un Han Solo de pacotille (Yob Solo/Lone Starr) et son fidèle compagnon (Beurk/Barf), une princesse au caractère de cochon (Vespa) et surtout, un hilarant Dark Vador (Lord Casque Noir/Dark Helmet). D'autres personnages issus de Star Wars répondent également présent avec un Yoda qui fait du "merchandising" (Yaourt/Yogurt) ainsi qu'un Jabba répugnant (Pizza Rico/Pizza The Hutt). La "force" est également présente dans le film : elle s'appelle la "schtuss" (schwartz en v.o.) et fonctionne avec une espèce de bague magique...

Dans Spaceballs, nous nous retrouvons face à un large évantail de "ressources comiques", comprenez par là que Mel Brooks fait appel à divers "gimmicks". Par exemple, les personnages qui s'adressent directement au spectateur et à la caméra, des répliques à base de jeux de mots (ici, avec le fameux "Major Trouducul"), des personnages volontairement ridicules (de par leurs costumes par exemple)... Mel Brooks fait également référence à quelques gags très "Tex Avery" dans l'esprit (Lord Casque Noir qui se fracasse la tête contre un mur, le président Ezbroof qui se retrouve avec le derrière à la place de son sexe...). Brooks égratine au passage le fameux merchandising des produits dérivés de film (et notamment ceux de Star Wars qui, comme chacun sait, ont rendu Lucas plus riche qu'avec les recettes de son film). C'est ainsi qu'on retrouve Yaourt (interprété par Mel Brooks en personne) faisant de la réclame pour les produits dérivés du film Spaceballs. Enfin, on appréciera les décors et costumes du film, volontairement kitschs et ridicules.

Star Wars n'est pas la seule cible de Spaceballs. On retrouve de brèves parodies de La Planète des Singes (avec la scène de la statue), d'Alien (avec la présence de John Hurt en personne qui nous rejoue la scène de la cuisine), de Star Trek (avec le téléporteur défectueux). Un régal pour l'amateur de SF qui s'amusera à dénicher toutes les références aux classiques du genre...

Enfin, Spaceballs est doté d'un excellent casting et on saluera les très bonnes prestations de Rick Moranis (Lord Casque Noir), Bill Pullman (Yob Solo), Daphne Zuniga (Princesse Vespa), John Candy (Beurk) et Mel Brooks (Président Ezbroof/Yaourt). D'excellents acteurs au jeu volontairement exagéré qui contribue pour beaucoup à l'aspect délirant et parodique du film.

Autres critiques

Mortal Kombat 2 : Destruction Finale
Comment le dire gentiment et sans méchanceté? Mortal Kombat 2: Destruction Finale est... euh... un OVNI dans le ciel du paysage cinématographique. Même pas une aberration de la nature puisque ce film a été pensé par des hommes comme vous et moi. Enfin, comme vous et moi c'est vite dit car je ne voudrais pas vous insulter en vous associant aux gens qui ont pondu cette chose filmique. Ce film ne se...
Falling Skies
La Terre a été envahie par les extraterrestres et l'humanité a été éradiquée à 90 %. Six mois plus tard, un groupe de résistants arpentent les États-Unis en résistant tant bien que mal. Ce n'est un secret pour personne, Steven Spielberg et les extraterrestres, c'est une grande histoire d'amour qui a commencé voilà plus de 35 ans avec Rencontre du troisième type. On a eu droit à du mémorable, du...
The  Coffin
Pour le critique de cinéma, il existe en gros trois catégories de films : ceux qu'il a beaucoup apprécié et sur lesquels il y a beaucoup à dire, ceux qu'il a détesté et sur lesquels il y a également beaucoup de choses à raconter et puis il y a la dernière catégorie: ceux qui laissent indifférent. C'est celle-là qui donne le plus de fil à retordre au critique consciencieux et désireux...
Sinister
Auteur d'un best-seller il y a dix ans de cela, Ellison Oswalt est depuis en quête d'un nouveau succès marquant. Endetté, il emménage avec sa femme et ses deux enfants dans une maison dans laquelle d'odieux meurtres ont été commis. A mesure qu'il commence ses investigations pour son nouveau roman à sensation, Ellison découvre dans le grenier de la demeure un vieux Super 8 et des...
Megalodon
En parallèle de ses métrages vite faits mal fignolés, Asylum n’a pas son pareil pour produire des mockbusters au moment opportun. Le principe tient à surfer sur le succès d’un blockbuster tout en sortant son téléfilm fauché dans le même intervalle de temps; le plus souvent d’une bêtise affligeante. Bien entendu, un tel procédé flirte avec les frontières du plagiat et de la...