Voir la fiche complète du film : Resurrection (Matt Zettell - 2008)

Resurrection

Resurrection est typiquement le genre de film que l’on n’attend pas au tournant. La faute à un scénario archiconvenu qui ne laissera nulle place pour l’innovation ou une approche différente du genre qui, il faut bien le reconnaître, se révélerait miraculeux. Une fois prévenu de cela, on peut y trouver un film légèrement au-dessus de la moyenne où le cinéaste s’appesantit sur l’état actuel de notre société. Notamment de par la crédulité de personnes influençables et les dérives sectaires. À découvrir pour les mordus du genre. En revanche, les plus blasés passeront leur chemin pour se tourner vers des productions moins balisées.
Publié le 23 Février 2011 par Dante_1984Voir la fiche de Resurrection
6

Un groupe d’amis part en week-end dans de vertes contrées pour s’aérer la tête et faire du quad. Sur place, un endroit complètement retiré des plaisirs et du tumulte de la civilisation, ils vont tomber sur une communauté pour le moins inhospitalière.

Le survival est un genre similaire au slasher. Chaque film traite, à quelques détails prêts, de la même thématique à travers un panel de personnages similaires ; le tout évoluant dans un cadre de préférence isolé afin que tortures et massacres puissent se perpétrer sans intervention extérieure. Il n’est donc pas des plus évidents d’aborder un film qui possède une histoire maintes fois ressassée. Parler de renouveau du genre dans le cas présent, ne rime à rien également. Aussi, on ne condamnera pas pareille production pour son manque d’originalité ou sous prétexte de retrouver encore et toujours la même histoire. Certes, cela ne jouera pas en sa faveur, mais l’on peut trouver d’autres aspects sur lesquels focaliser notre analyse. Une ambiance, un concept un tant soit peu novateur ou même une caractérisation développée des protagonistes. On peut également s’attarder sur d’éventuels messages sous-jacents que veut nous faire passer le cinéaste. C’est en prenant tout cela en compte que l’on pourra décider si l’on se trouve en face d’un film à voir ou à éviter.


La forêt : ses arbres et ses communautés de psychopathes qui sortent de nulle part.

Dans le cas de Resurrection, nous démarrons avec une introduction somme toute convenue. Scénario éculé au possible, il n’y a aucune surprise à voir un groupe de quatre jeunes gens prendre des vacances qui vont rapidement tourner au cauchemar. Puis, s’ensuit l’erreur de trop, celle où le point de non-retour est atteint. Là où tout dérape. À cet instant, l’intrigue prend son envol via une vendetta qui tourne à une folie communicative. L’effet de groupe engendre une surenchère dans la violence et la barbarie. À travers ce tournant vindicatif, le cinéaste appose un rythme plutôt lent, prompt à soigner la personnalité de chaque personnage. Malgré quelques stéréotypes malvenus (principalement les rôles secondaires), les protagonistes s’en sortent bien compte tenu d’un départ cahoteux. Chacun dispose de réactions appropriées en fonction de son identité et les acteurs jouent sobrement sans en faire des tonnes. On ne leur en demandait pas plus et ils accomplissent leur travail avec application.


Un comité d’accueil des plus chaleureux.

En ce qui concerne l’ambiance, on remarquera quelques bonnes idées qui ne parviennent pas à trouver un second souffle. La randonnée champêtre dans les bois tourne court sitôt l’histoire lancée pour les caves sordides de maisons tout aussi poisseuses et les exactions d’une communauté fondamentaliste, proche du fonctionnement des mouvements sectaires. On a dû mal à définir leur nombre et c’est ce qui en fait la grande menace. Toujours est-il que la peur latente des tortionnaires cède rapidement la place à l’attente, un tourment encore plus pernicieux. Pour les prisonniers, les interrogations fusent. Quand vont-ils mourir et surtout de quelle manière ?


Les joies du camping...

Quant au pasteur, véritable dictateur qui manipule à souhait ses pauvres ouailles, il tente de justifier ses actions par le biais d’une société décadente et égocentrique. Si le fond s’avère réel, il ne s’en sert qu’à travers un masque fuligineux afin d’imposer sa vision du monde. Un être rétrograde qui prône la xénophobie (littéralement « la peur de l’étranger ») afin que ses moutons, dociles et malléables, ne soient pas perturbés. Tout cela ressemble davantage à un traitement sectaire plutôt qu’un pasteur soucieux de protéger sa communauté. On décèlera également un traitement proche de celui d’Eden lake où la loi du Talion prévaut sur toute autre considération. Œil pour œil, dent pour dent semble être la devise des locaux.


Restons zen avant de plomber du petit touriste.

À ce titre, le réalisateur met en exergue leur naïveté, voire une certaine candeur, lorsqu’ils boivent littéralement les paroles de leur leader. Un microcosme qui vit en totale autarcie de par ses préceptes radicaux, ses habitudes et leurs mœurs des plus rétrogrades. En d’autres termes, la parfaite isolation d’individus marginalisés par un monde qu’ils ne veulent pas comprendre. Ce constat vaut pour les touristes également. Cette dualité réciproque s’avérera le fil rouge de l’intrigue. La collision entre deux modes de vie aux antipodes qui ne parviennent à s’incorporer l’un à l’autre.


Le père, le fils, mais pas de Saint-Esprit...

Bref, Resurrection comble un scénario des plus classiques par l’entremise d’un traitement soigné sur les personnages. Malgré quelques maladresses techniques (de menus problèmes de cadrages, ainsi que certaines longueurs), il en ressort un survival sombre, pessimiste et qui, contrairement à certaines productions identiques, donne à réfléchir sur l’état de la société et des individus qu’elle produit. Voilà donc un film d’horreur qui ne s’avère pas simplement une boucherie purement gratuite (les séquences explicites sont quasiment absentes du métrage). Son principal défaut étant de jouer sur le tableau du survival, genre saturé à outrance qui voit fleurir de trop nombreuses productions insignifiantes. Nul doute que le film de Matt Zettell aura le plus grand mal à s’en démarquer, quand bien même ses intentions s’avèrent louables.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Dolan's Cadillac
Stephen King et le cinéma c'est une longue histoire d'amour, néanmoins pavée d'innombrables échecs. Pour quelques réussites ( Shining , Misery , La Ligne Verte ,...), combien de navets/nanards ont-ils été réalisés à partir des écrits du maître de l'horreur? Le problème, c'est que ses romans sont trop denses pour être bien retranscrits tandis que ses nouvelles sont souvent trop...
Mu Zan E
Grand pourvoyeur de pellicules scabreuses et dérangeantes, le cinéma japonais a tôt fait d’explorer les recoins les plus sombres et putrides de l’âme humaine. Certains réalisateurs s’en sont allègrement repus dans les années1970 avec les pinku eiga. Mais les inclinations sadiques et masochistes ne se limitent pas à un sous-genre érotique. Elles s’insinuent dans des...
Stake Land
A l'époque de ma critique de Mulberry Street , j'avais déjà loué la capacité du réalisateur Jim Mickle à tirer le maximum des maigres moyens mis à sa disposition et force est de constater qu'avec Stake Land , il a encore augmenté son niveau d'un cran, en gommant les imperfections de son précédent essai. Ce faisant, il réalise le sans-faute, propulsant son road-movie vampirique au rang de film à...
Le Fantôme Vivant
Dans une sinistre demeure perdue au fin fond de la campagne anglaise, divers personnages se réunissent à l'occasion de la mort du propriétaire des lieux, l'étrange Henry Morlant. Le succès des premiers films d'épouvante des studios Universal aux Etats-Unis inspirent les producteurs européens qui, à leur tour, se projettent dans plusieurs projets du même genre. Le Fantôme Vivant , qui...
Le fantôme de Milburn
Adapter un roman pour le grand écran est toujours délicat. Si l’on part du principe que le livre est un best-seller, l’attente des lecteurs est une pression supplémentaire pour la production. Or, il existe deux types d’adaptation: celle purement mercantile qui se moque bien de l’histoire originelle et des personnes qui l’apprécient. Celle qui tente de coller au plus juste à la vision de l’auteur...