Voir la fiche complète du film : Massacre au Camp d'Eté 2 (Michael A. Simpson - 1988)

Massacre au Camp d'Eté 2

Cinq ans après une sanglante vague de crimes, un camp de vacances est victime de mystérieuses disparitions en chaîne. Sleepaway Camp 2, à défaut d'être un chef d’œuvre du genre, reste un agréable divertissement.
Publié le 16 Janvier 2011 par GORE MANIACVoir la fiche de Massacre au Camp d'Eté 2
6

**Attention, cette critique contient des spoilers.**

Cinq ans après une sanglante vague de crimes commise non loin de là, un camp de vacances est victime de mystérieuses disparitions en chaîne.

Moins connue que son homologue Jason Voorhees, Angela est pourtant au centre de la saga des Sleepaway Camp, initiée en 1983 et toujours d'actualité (un sixième volet est prévu pour 2011).

Oeuvrant à la base dans le même environnement que le tueur à la machette des Vendredi 13, un camp d'été, Angela ne fait pourtant pas partie des cadors du slasher.
Manque de reconnaissance illogique ? Une partie de la réponse se trouve dans cette chronique s'intéressant à la suite du film originel, réalisée cinq ans plus tard.

Angela, héroïne du premier massacre, est sortie de l'asile, en apparence "guérie". Elle est engagée comme monitrice dans un camp de vacances et entend bien y faire respecter sa propre vision du bonheur, quitte à employer les grands moyens !
Dès lors, entre deux soeurs régulièrement ivres et droguées, une jolie blonde peu farouche avec ses camarades de jeu masculins et des jeunes voyeurs, la timide monitrice aura du pain sur la planche, usant d'arguments variés pour parvenir à ses fins.

Disposant d'un budget réduit, cette suite tardive assume davantage le parti pris de la comédie. Un choix plutôt judicieux lorsque les moyens ne permettent pas à un métrage de pouvoir rivaliser sur le plan du gore ou de l'intrigue avec des références du genre.
Le slasher, commandité par de nombreuses règles, n'est en effet pas toujours un exercice de style évident à mettre en place, et les navets insipides et puérils s'y trouvent en plus grand nombre que les films cultes.

Cette suite dispose de quelques marques d'originalité qu'il ne faut pas négliger.

Tout d'abord, la personnalité du tueur. Ici, il s'agit d'une femme réservée et discrète à première vue. La sauvagerie de ses crimes semble quelque peu disproportionnée par rapport aux fautes commises par ses victimes, qui ne sont finalement que des adolescents en vacances ayant envie de prendre du bon temps. En cela, l'on peut penser qu'il s'agit d'une marque d'ironie du scénariste, dans un pays réputé pour son puritanisme exacerbé. Les filles dénudées y sont d'ailleurs plus présentes que dans les autres slashers du moment, preuve de l'envie de se démarquer de ce métrage.
L'autre point fort du film demeure les nombreuses armes utilisées par Angela, de la perceuse à la tronçonneuse, en passant par l'huile bouillante. Sur ce point, on peut tirer un coup de chapeau à cette fille qui va jusqu'au bout de ses idées ! Sans oublier un clin d'oeil bien senti à trois tueurs mythiques du Septième Art : Jason, Freddy et Leatherface.

Néanmoins, ne versant pas totalement dans la parodie, Sleepaway Camp 2 doit aussi être quelque peu convaincant dans ses moments d'effroi pour être totalement efficace. Et dans ce domaine, il est clair que ce film manque sa cible !
En effet, entre deux meurtres et quelques scènes humoristiques un peu kitsch (la chansonnette poussée par l'héroïne, soeur du chanteur Bruce Springsteen dans la vie), ce métrage n'a rien d'effrayant.

L'humour, pas toujours forcément recherché (le personnage de T.C. par exemple), évite certes au spectateur de s'ennuyer fermement.
Toutefois, certains acteurs manquent de crédibilité, la mise en scène est parfois maladroite, et le final, accumulant les morts mais pas les idées neuves, est un peu longuet.

De sorte que l'on gardera un souvenir sympathique mais pas impérissable de ce second opus d'une série méritant cependant bien d'être mise en lumière par l'éditeur Oh My Gore !, qui distribue aussi le troisième volet de cette série.
Car si on le compare à bon nombre de slashers des eighties, Sleepaway Camp 2, à défaut d'être un chef d'oeuvre du genre, reste un agréable divertissement qui méritait bien sa place sur les étagères DVD des cinéphiles amateurs de séries B décomplexées.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Doom
La saga Doom est connue de tous les fans de jeux vidéo pour avoir popularisé tout un genre : le FPS (First Person Shooter). Certes, il y avait bien Wolfenstein , mais Doom était tellement novateur et supérieur à son aîné de seulement un an qu'on lui donna son nom pour caractériser les jeux de tirs à la première personne, soit "Doom-like". Des couloirs labyrinthiques, des beuglements...
Dance in the Vampire Bund
On le sait, les vampires ont largement été représentés dans la culture populaire. Le septième art ne fait pas exception à la règle et, tout comme les zombies et autres mythes en vogue, a usé le filon jusqu'à la corde. Difficile d'innover sur un sujet aussi récurrent et encore plus de ne pas sombrer dans les clichés maladroits après le passage de la bit-lit et ses rocambolesques romances à l'eau...
Slender Man
Considéré comme une légende urbaine montée de toute pièce pour une diffusion virale sur le web, Slender Man est un personnage aussi inquiétant que passionnant. La silhouette humaine élancée, d‘où son patronyme, l’absence de visage renvoyant à un anonymat dans sa forme la plus stricte... Ces caractéristiques sont ancrées dans l’imaginaire collectif sous des noms et des mythes...
Total Recall : Mémoires Programmées
Le cinéma américain actuel est malade. C'est un fait, et il suffit de regarder les quelques sorties en salles pour s'en rendre compte. Bien souvent, ce sont les grands réalisateurs qui sortent de bons films, et encore, et parfois, il faut regarder dans les sorties en DVD pour voir quelques pépites du pays outre-Atlantique. Mais quels sont les symptômes de cette anémie cinématographique ? Le...
Soleil Rouge
Quelques années après son premier court métrage, Maniak , le jeune réalisateur Mickael Perret nous revient avec Soleil Rouge , un second métrage plus ambitieux, dont l'ambiance moite et pesante serait au service d'une terrible histoire de vengeance. Malheureusement, ces belles intentions furent fortement bridées par des aléas de production imprévus. Ainsi, le film était initialement prévu...
Réalisateur:
Sortie France:
18 Octobre 2010
Durée:
80 min
7.15385
Moyenne : 7.2 (13 votes)

Message Important

FB

Depuis quelques mois, nous sommes dans l'incapacité de partager notre contenu comme nous le souhaitons sur la page Facebook d'Horreur.net. En effet, Facebook considère notre site comme "contraire" à leurs Standards de la communauté.
Malgré nos demandes répétées, restées sans réponses, Monsieur Facebook ne nous a pas précisé la raison de ce blocage.

Comme nous aider ?
Si vous avez un compte Facebook, il vous suffit de vous rendre sur cette page : https://developers.facebook.com/tools/debug/?q=horreur.net

Puis de cliquer sur "Veuillez nous en informer".
Nous vous proposons de copier ce message :

"Bonjour, depuis quelques temps, il m'est impossible de partager le contenu de ce site. Pourriez-vous en rétablir l'accès?"

Nous sommes convaincus que, plus vous serez nombreux à informer Facebook et plus nous aurons de chance d'avoir enfin une réponse ! Merci à tous pour votre aide !
L'équipe d'Horreur.net

Critiques de films

10 films indispensables pour Halloween