Voir la fiche complète du film : La Maison de la Mort (James Whale - 1932)

La Maison de la Mort

Suite à un violent orage qui menace d'engloutir leur véhicule, un couple et leur ami trouvent refuge dans une étrange maison, perdue en pleine campagne. La Maison de la Mort reste un film mineur dans l'oeuvre de Whale et Karloff, mais devrait intéresser les amateurs de l'âge d'or du fantastique américain.
Publié le 7 Février 2017 par GORE MANIACVoir la fiche de La Maison de la Mort
5

Suite à un violent orage qui menace d'engloutir leur véhicule, un couple et leur ami trouvent refuge dans une étrange maison, perdue en pleine campagne. Rejoints par deux autres voyageurs, ils vont être confrontés à de terribles événements.

Révélé un an plus tôt par son premier Frankenstein, le réalisateur James Whale retrouve Boris Karloff dans un nouveau film d'épouvante. Cependant, le lien entre les deux films s'arrête là, tant les deux longs-métrages diffèrent.


Après nous avoir immergé, en même temps que ses interprètes, dans une ambiance gothique propice au frisson (orage en pleine nuit et demeure plongée dans la pénombre dissimulant bien des mystères), Whale nous présente une galerie de personnages disparate, allant de l'ancien soldat à la danseuse de cabaret, en passant par un magnat des affaires. Ces naufragés sont cependant moins intrigants que leurs hôtes, notamment le cousin Morgan, serviteur muet et alcoolique, au regard ténébreux, hanté par l'immense Karloff. Comme souvent caché derrière un maquillage effrayant, l'un des monstres sacrés d'Hollywood ne joue cependant ici qu'un illustre faire-valoir. Une déception, malgré la qualité du casting, avec le savoureux Charles Laughton, qui cabotine à souhait, et Melvyn Douglas, qui jouera les héros dans un épilogue assez haletant.

Toutefois, la première moitié du métrage tend surtout à mettre en place un nouveau couple, l'ensemble flirtant parfois avec la comédie (la vieille dame sourde) et la romance. Heureusement, entre de longs bavardages, Whale démontre sa virtuosité dans des cadrages de belle facture et des jeux de caméra réussis (la scène du miroir avec l'héroïne), évoquant les grandes heures de l'expressionisme allemand, dont Whale est un fervent admirateur.


La seconde moitié du métrage semble enfin s'orienter vers l'épouvante, avec une découverte plus détaillée de cette vieille demeure. L'occasion de découvrir les autres membres d'une famille ravagée (dans tous les sens du terme), même si Whale semble toujours hésiter à foncer tête baissée dans l'horreur pure, privilégiant une certaine forme d'onirisme parfois un peu naïf. La révélation du mystère hantant le grenier familial tient ses promesses, l'horreur visuelle faisant ici place à une terreur plus psychologique, annonçant sans doute, bien avant l'heure, les futurs psychopathes au sang froid du Septième Art. Néanmoins, les dernières minutes du film, à la lueur du jour, semblent indiquer que le drame qui vient d'avoir lieu n'était qu'un simple incident de parcours (cf. la réaction de l'hôte de maison, tout sourire), ce qui porte un coup au sérieux de cette entreprise.

Proposé en DVD chez l'éditeur Elephant Films, avec trois autres métrages des années 30, cette Maison de la Mort bénéficie d'une image restaurée assez réussie, malgré quelques scènes moins bien travaillées, et d'une présentation d'une bonne quinzaine de minutes signée Jean-Pierre Dionnet. L'occasion de redécouvrir une rareté des années 30 à petit prix.


Néanmoins, difficile de s'enthousiasmer plus que de raison pour ce long-métrage quelque peu décevant dans la filmographie de Whale. Une énième preuve que ce dernier semblait peu motivé à poursuivre dans l'épouvante gothique après son Frankenstein, même s'il renouera avec le succès quelques années plus tard, avec la cultissime Fiancée de Frankenstein.

Préfigurant sans doute les futurs détournements burlesques du genre (cf. la saga des Deux Nigauds, dès les années 40), la Maison de la Mort reste un film mineur dans l'oeuvre de Whale et Karloff, mais devrait intéresser les amateurs de l'âge d'or du fantastique américain, qui retrouveront quelques motifs de satisfaction derrière certaines scènes.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Phoenix Forgotten
Souvent confondus à cause de leurs similarités et leur mise en scène, le found-footage et le faux documentaire ont rapidement exploité toutes les déclinaisons de l’horreur et du fantastique passées à portée de caméras. Entre les créatures issues de la cryptozoologie, les fantômes et les psychopathes, les OVNIS n’échappent pas au phénomène. Preuve en est avec le déplorable Area51 d...
Z nation
Si les zombies sont difficilement indissociables du domaine de l’horreur, ils le sont encore plus depuis quelques années avec un engouement populaire propre à les emporter au-delà d’une sphère de cinéphiles avertis. Les séries télévisées ne sont pas en reste avec quelques perles éphémères assez discrètes comme Dead set ou In the flesh . Mais c’est sans aucun doute The Walking Dead qui rafle la...
Opération destruction
Tout comme le survival animalier est inépuisable en idées absurdes pour mettre en exergue les requins, le film catastrophe est intarissable pour exploiter à outrance l’apocalypse. Après les astéroïdes, le réchauffement climatique et la folie autour du 21 décembre 2012, les trublions du genre détournent les codes au profit d’une approche délirante du mythe de la boîte de Pandore. D...
Nos amis les Terriens
Aux confins de l’univers, l’impensable s’est produit. Une civilisation avancée a découvert une autre forme de vie : l’homme. Ils vont tenter de découvrir qui sont ces étranges créatures qui peuplent une petite planète bleue. Bernard Werber est avant tout connu pour ses talents d’écrivain incontestés. Des histoires qui parviennent à nous happer dans des univers...
Battleship
Notre planète est assaillie par une horde de vaisseaux spatiaux qui s'échoue au large de l'archipel d'Hawaï. Une flotte américaine en manoeuvre dans la zone va devoir repousser l'invasion. C'est donc avec trois bouts de ficelle en guise de scénario que Hasbro reprend le célèbre jeu de société pour en faire un blockbuster complètement décérébré. Tout comme leur licence phare...
La Maison de la Mort
Réalisateur:
Sortie France:
Durée:
72 min
6.33333
Moyenne : 6.3 (3 votes)

La Maison de la mort de James Whale : bande-annonce

Dernières critiques spectateurs

Thématiques