Voir la fiche complète du film : Le Dernier Templier (Jean-Marc Piché - 1998)

Le Dernier Templier

Dolph Lundgren en prêtre de l'ordre des Templiers, en lutte contre le Malin, dans les rues de New-York. Vous avez dit série Z ?
Publié le 1 Janvier 2008 par GORE MANIACVoir la fiche de Le Dernier Templier
4

En décembre 1999, peu avant le début du nouveau millénaire, on retrouve dans le métro new-yorkais la tombe d'un templier. Celle-ci renferme une clé qui, selon la légende, pourrait ramener sur Terre l'Antéchrist. Depuis quelques années, le mythe des Templiers a donné quelques idées au scénaristes. Concernant le Septième Art, il s'agit surtout de téléfilms jouant sur la crainte de la fin du monde. Tourné en 1998, Le Dernier Templier s'inscrit donc dans cette veine. Révélé au milieu des années 80, avec des rôles de méchants (Dangereusement Vôtre, Rocky IV), le mastodonte suédois Dolph Lundgren eut son heure de gloire avec des petits films d'action dans lesquels il jouait plus de sa musculature que de ses qualités d'acteurs (Universal Soldier, Dark Angel), avant de tomber aux oubliettes dès 1995, à l'instar d'un Jean-Claude Van Damme. Dolph Lundgren servit alors de faire valoir dans des téléfilms d'action répétitifs et basiques, avant un possible retour en grace sur les grands écrans (voir sa participation au film de Stallone, The Expendables).

Une femme archéologue est contactée par des employés du métro de New-York, qui ont découvert un tombeau fort ancien, dans lequel se trouve la dépouille d'un ancien templier, qui possède sur lui une clé en or. La jeune femme est alors attaquée par un suppot de Satan, qui souhaite libérer l'Antéchrist sur Terre. Heureusement, un templier la sauve in extremis. Commence alors une folle cavalcade, de New-York à Jerusalem en passant pas une réserve indienne, dont est originaire l'archéologue.

Le début du métrage est plutôt honnête, les personnages sont assez travaillés, et Lundgren est convaincant en prêtre combattant le Mal à l'aide d'un gant clouté. L'action se met rapidement en place, le strict minimum nous étant révélé par le biais de dialogues certes minimalistes, mais assez explicites. Le couple formé par le prêtre et l'archéologue est complémentaire, et l'ensemble est assez bien filmé.

Une fois le duo sorti de la ville, il est clair que le rythme baisse sensiblement, entre des dialogues trop longuets entre l'inspecteur chargé de l'enquête et ses assistants, et des scènes de poursuite qui rappellent un peu trop Terminator (voir la scène du commissariat, principalement, et aussi le tueur, qui peut changer d'enveloppe humaine à l'infini, sorte de T-1000 du pauvre). Le côté fantastique du long-métrage est un peu mis entre parenthèses, l'action étant privilégiée à mesure que l'on passe la moitié du métrage.

A partir des scènes situées dans l'usine, il est malheureusement perceptible que Le Dernier Templier ne sortira plus du carcan Bis dans lequel il s'est engouffré. Voir Dolph se battre avec une combinaison anti-radiation est plutôt drôle, ainsi que le jeu de l'envoyé du Diable, pas vraiment toute en retenue. L'assaut final dans l'église est un grand moment de Z, Lundgren n'étant pas un Highlander très marquant dans un combat à l'épée peu trépidant.

En somme, malgré une deuxième partie assez sommaire, ce long-métrage n'est pas si mauvais que ce l'on pourrait croire à première vue, permettant à Lundgren de se remettre quelque peu en évidence, dans un rôle plus nuancé que ses prestations de flic habituelles, même s'il est dommage que l'histoire des Templiers ne soit pas plus approfondie, finalement.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

The legend of Boggy Creek
Les films relatant les méfaits du bigfoot ou du sasquatch ont pris leur essor dans les années 1970. The Legend of Boggy Creek s’avance comme le fer de lance de ce sous-genre du survival animalier. Son succès a suscité bon nombre de vocations par la suite ; certaines plus dispensables que d’autres. S’appuyant sur de véritables témoignages et des faits divers, l’intrigue...
Lèvres de Sang
Lors d'une soirée mondaine à Paris, Frederic tombe par hasard sur une photographie de ruines, qu'il croit connaître. Obsédé par cette image, il est alors assailli de souvenirs remontant à son enfance, et d'une somptueuse femme pâle en particulier. Depuis son premier film, Le Viol du Vampire , en 1968, Jean Rollin reste fidèle à une même ligne de conduite, qu'il ne quittera presque...
Lake Placid Vs. Anaconda
Lake Placid et Anaconda sont deux franchises qui avaient plutôt bien démarré dans les années1990. Sortis sur grand écran, ces divertissements se révélaient sympathiques et généreux à bien des égards. Depuis, chacune de ces sagas a progressivement basculé dans le DTV bâclé à la nullité croissante. Nanti de quatre films respectifs dont la qualité périclitait au fil des ans, la rencontre entre les...
Dead Mine
Après avoir suscité un certain engouement avec Mum and dad , son premier long-métrage, Steven Sheil s'expatrie en Indonésie pour son nouveau projet : Dead mine . Il aura fallu cinq années de patience pour voir ce deuxième film arriver directement dans nos salons. De prime abord, l'on serait enclin à saluer l'initiative de Wild Side pour nous dégoter des productions presque...
Amityville
Si les remakes ont toujours fait partie du modèle hollywoodien, les années 2000 ont connu un recyclage effréné de productions emblématiques. Après le succès mérité du Massacre à la tronçonneuse de Marcus Nispel, le cinéma de genre a particulièrement été impacté. Bien que sa notoriété soit restée dans les mémoires pour les affaires DeFeo et Lutz, le cas Amityville a été progressivement dénaturé au...