Voir la fiche complète du film : Le Dernier Templier (Jean-Marc Piché - 1998)

Le Dernier Templier

Dolph Lundgren en prêtre de l'ordre des Templiers, en lutte contre le Malin, dans les rues de New-York. Vous avez dit série Z ?
Publié le 1 Janvier 2008 par GORE MANIACVoir la fiche de Le Dernier Templier
4

En décembre 1999, peu avant le début du nouveau millénaire, on retrouve dans le métro new-yorkais la tombe d'un templier. Celle-ci renferme une clé qui, selon la légende, pourrait ramener sur Terre l'Antéchrist. Depuis quelques années, le mythe des Templiers a donné quelques idées au scénaristes. Concernant le Septième Art, il s'agit surtout de téléfilms jouant sur la crainte de la fin du monde. Tourné en 1998, Le Dernier Templier s'inscrit donc dans cette veine. Révélé au milieu des années 80, avec des rôles de méchants (Dangereusement Vôtre, Rocky IV), le mastodonte suédois Dolph Lundgren eut son heure de gloire avec des petits films d'action dans lesquels il jouait plus de sa musculature que de ses qualités d'acteurs (Universal Soldier, Dark Angel), avant de tomber aux oubliettes dès 1995, à l'instar d'un Jean-Claude Van Damme. Dolph Lundgren servit alors de faire valoir dans des téléfilms d'action répétitifs et basiques, avant un possible retour en grace sur les grands écrans (voir sa participation au film de Stallone, The Expendables).

Une femme archéologue est contactée par des employés du métro de New-York, qui ont découvert un tombeau fort ancien, dans lequel se trouve la dépouille d'un ancien templier, qui possède sur lui une clé en or. La jeune femme est alors attaquée par un suppot de Satan, qui souhaite libérer l'Antéchrist sur Terre. Heureusement, un templier la sauve in extremis. Commence alors une folle cavalcade, de New-York à Jerusalem en passant pas une réserve indienne, dont est originaire l'archéologue.

Le début du métrage est plutôt honnête, les personnages sont assez travaillés, et Lundgren est convaincant en prêtre combattant le Mal à l'aide d'un gant clouté. L'action se met rapidement en place, le strict minimum nous étant révélé par le biais de dialogues certes minimalistes, mais assez explicites. Le couple formé par le prêtre et l'archéologue est complémentaire, et l'ensemble est assez bien filmé.

Une fois le duo sorti de la ville, il est clair que le rythme baisse sensiblement, entre des dialogues trop longuets entre l'inspecteur chargé de l'enquête et ses assistants, et des scènes de poursuite qui rappellent un peu trop Terminator (voir la scène du commissariat, principalement, et aussi le tueur, qui peut changer d'enveloppe humaine à l'infini, sorte de T-1000 du pauvre). Le côté fantastique du long-métrage est un peu mis entre parenthèses, l'action étant privilégiée à mesure que l'on passe la moitié du métrage.

A partir des scènes situées dans l'usine, il est malheureusement perceptible que Le Dernier Templier ne sortira plus du carcan Bis dans lequel il s'est engouffré. Voir Dolph se battre avec une combinaison anti-radiation est plutôt drôle, ainsi que le jeu de l'envoyé du Diable, pas vraiment toute en retenue. L'assaut final dans l'église est un grand moment de Z, Lundgren n'étant pas un Highlander très marquant dans un combat à l'épée peu trépidant.

En somme, malgré une deuxième partie assez sommaire, ce long-métrage n'est pas si mauvais que ce l'on pourrait croire à première vue, permettant à Lundgren de se remettre quelque peu en évidence, dans un rôle plus nuancé que ses prestations de flic habituelles, même s'il est dommage que l'histoire des Templiers ne soit pas plus approfondie, finalement.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Black Christmas
À quelques exceptions prêtes, le slasher s’est étiolé au fil du temps dans les affres du bis et du Z pour ne fournir que des productions à l’emporte-pièce. Pourtant, les années1970 et 1980 ont posé les bases d’un sous-genre horrifique avec quelques références indétrônables en la matière. Le Black Christmas de Bob Clark fait partie de ces films ayant contribué à définir les codes...
Hemlock grove
Tout comme les vampires et autres créatures de la nuit, les loups-garous disposent d'un capital sympathie indéniable et ont depuis longtemps inspiré la culture populaire. Le cinéma n'échappe pas à la règle, la télévision non plus. En général, les séries laissent notre bon vieux lycanthrope au second plan, notamment dans les adaptations de la bit-lit ( Vampire diaries , True blood ...). On...
Monde fantastique d'Oz, Le
Oscar Diggs est un magicien sans envergure qui multiplie les tours de pacotilles pour impressionner une foule crédule. À la suite d'une altercation, il s'enfuit dans un ballon, mais échoue dans une tornade à la violence inouïe. À son réveil, il découvre le merveilleux pays d'Oz et ses habitants... Inutile de présenter Sam Raimi, l'homme derrière une certaine saga culte horrifique et la trilogie...
Le rituel
Qu’il s’agisse de littérature ou de cinéma, se faire un nom dans le domaine horrifique n’est guère chose aisée. Des écrivains intemporels tels que Graham Masterton, Clive Barker, James Herbert ou Stephen King occupent une place essentielle dans la démocratisation et la réussite du genre. Parmi les «nouveaux» auteurs à l’excellente réputation, on peut évoquer...
Demonic
Nombreuses sont les productions outre-Atlantique dont la distribution reste incertaine dans nos contrées. La perle horrifique Grave Encounters – qui a mis plusieurs années à sortir en DVD chez nous – est d’ailleurs un exemple frappant de ce phénomène regrettable. Sachant qu’il vaut mieux prévenir que guérir, abordons le Demonic de Will Canon qui, malgré des faiblesses et...

Sur Horreur.net